• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 249,351 lecteurs depuis avril 2009

Manque confiance en soi et agitation mentale

Comme je le suggérais hier, un point important pour concrètement entrer en contact avec cette « nature de Bouddha en nous » est la pratique de la méditation silencieuse.

En effet quand nous décidons que nous ne sommes pas « capables » ou « bien » ou autre chose qui nous rabaisse, le mental s’emballe en puisant dans ses « entrailles inconscientes » pour renforcer ce manque de confiance en soi.

La méditation va nous permettre d’expérimenter le fait que tout ce bouillonnement mental n’est pas nous, et que nous pouvons le laisser passer, sans lutter contre et sans être embarqué par lui.

« Un obstacle à une un meilleure compréhension de soi est un état d’agitation mentale. Puisque la compréhension de soi demande une certaine capacité à se concentrer sur ses propres capacités et son caractère, un esprit constamment agité ne disposera tout simplement pas de la place pour entreprendre une réflexion sérieuse sur soi. »

Dalaï-Lama & Howard Cutler

Mais il ne s’agit pas d’essayer de faire 30 mn de méditation et de voir que cela ne fonctionne pas, et d’arrêter et de reprendre 1 mois après avec un autre enseignant.

« La méthode principale pour obtenir une vie plus heureuse est d’entraîner votre esprit à une pratique quotidienne qui affaiblit les attitudes négatives et renforce les comportement positifs. »

Le Dalaï-Lama

Nous devons nous maintenir dans une pratique (quasi) quotidienne dont la durée sera adaptée à nos possibilités, quitte à être très courte au début, pour au moins ancrer le processus en nous. Et de conserver sur de longs mois une même pratique, si possible en étant en contact avec un enseignant.

Il ne s’agit pas de penser que plus nous pratiquons plus nous y arriverons, mais simplement savoir que nous avons besoin de cette réactualisation régulière pour la garder imprégnée en nous, comme on recharge son portable régulièrement. Mais la félicité ne vient pas « au bout de » mais dans l’instant, et parfois non 😉

Comme nous le verrons demain cela ne changera pas notre contexte de vie, mais pourtant cela changera beaucoup .

Publicités

29 Réponses

  1. dernières nouvelles du village des pruniers:
    – Thay vient de faire fabriquer des montres sur le cadran desquelles est écrit: au centre » il est », et, à la place de chaque heure: »maintenant », maintenant, maintenant… pour l’instant elles n’existent qu’en anglais »it is », « now ».
    – pour Thay, un mantra, est une phrase dans votre propre langue, à utiliser pour aider la pratique.
    le 5 ème mantra que Thay vient d’offrir à sa sangha:
    « maintenant est un instant de bonheur » , ou « C’est un instant de bonheur » .

    pratiquer en gardant l’esprit du débutant demande de l’inventivité…

    • Merci Marc, je l’ai noté sur ma page Twitter (qui n’est qu’un « stockage » de phrases positives ou mantra 😉 pour moi )
      peux tu nous redonner les 4 premiers ?

      Merci

      • pour les retrouver dans leur contexte , taper par exemple: thich nath hanh 4 mantras buddhaline.
        ils ont au moins 10ans, sont relatifs aux relations avec l’autre, et font penser à la communication non violente.

        dernière anecdote: la semaine dernière ,au 7 ème jour de retraite sur le sutra du coeur de la compréhension , et à propos de l’engagement dans la pleine conscience de l’instant présent, Thay distribua 6ou 700 petites cartes de visite ou, à coté de son sceau ,figuraient simplement ces caractères:

        100%

        • Merci Marc, en effet, ils parlent déjà dans ces livres de ces mantras
          c’est toute une pédagogie particulière qui appartient à TNH et qui fait son succès, c’est à chacun de trouver ainsi ses méthodes pour être présent, ouvert et dans l’esprit d’éveil, même si in fine c’est au delà des méthodes, mais il nous faut tellement de « rappel à l’ordre » par soi-même, l’esprit cherchant toujours à fuir

          Encore merci

          chaleureusement

          frédéric

  2. Dans quelques instants je prends la route vers la verte et douce campagne, et je venais te faire juste une tite bise… mais du coup par la magie de Marc je me suis dessinée une montre au poignet et bien sûr elle marque « Il est, maintenant ». Et d’évidence, là-bas, tous les instants seront des instants de bonheur…

    Merci et bises à tous les deux… sans oublier les amis d’ici…

  3. En gros, rien ne doit bouger et tout va bien dans le meilleur des mondes! On se demande bien pourquoi nous nous agitons! Les guerres sont donc causées par le mental qui s’agite et ceux qui s’agitent à cause des guerres doivent garder leur calme. Il n’y a plus rien à comprendre, tout est parfaitement clair. C’est curieux, c’est justement en me mettant enfin en colère que j’ai compris des situations que je ne comprenais pas avant et que j’ai pu être utile aux miens. Ca va un peu à l’inverse de ce que je lis là et qui du coup, me fait sourire:)))
    Mais je ne voudrais vexer personne! Car j’ai une amie qui s’est sérieusement vexée il y a quelques temps parce que je contredisais justement ces vérités là…

    Marie

    • Je ne sais pas à quoi répond ton commentaire ?
      Qui a parlé de ne pas bouger ? Merci de me le préciser 🙂

      Ceci dit tu parles que tu t’es mise en colère, donc finalement mon hypothèse était bonne hier 😉

      Chacun ses croyances et ses expériences, je crois que la colère ne permet jamais de comprendre des expériences, mais au contraire de les fuir, mais la fuite peut être un processus de survie comme un autre, il fait partie des trois moyens de survie indiqués par Laborit.

      Tu ne vexes personne ici, en tout cas je ne peux parler que de moi, pas de pb, je ne vois pas en quoi je pourrais être vexé, ici ne sont partagées que des expériences ou hypothèses, à chacun de faire la sienne
      d’ailleurs le Bouddha lui même disait qu’on n’avait pas tant à croire ce qu’il nous disait qu’à l’expérimenter sérieusement et ne garder que ce qui fonctionnait pour nous 🙂
      Il n’y a donc pas de Vérité ici mais que des véritéS 😉

      chaleureusement

      frédéric

      • je ne suis pas trop d’accord avec ce que tu dis de la colère, ou bien cela demande à être précisé..
        Il est vrai que la sagesse populaire prône que « la colère est mauvaise conseillère » mais il peut être aussi des cas où cette émotion permet d’exprimer quelque chose d’inadmissible.. non ? et sans l’expression de cette colère on ne serait pas à même de réfléchir dessus
        donc il me semble que si, la colère peut permettre de comprendre.. (mais c’est comme tout, il y a colère et colère, sans doute.. il faudrait commencer par définir chaque émotion :-))

        • Bien d’accord avec toi Ambre!
          Frédéric, désolée mais si une personne va trop loin, même si elle ne s’en rend pas compte, il est nécessaire d’agir et parfois la colère est la seule conduite que l’autre nous impose par son refus d’admettre ces dérives. Mais bien sûr, je ne parle pas ici de désir de dominer l’autre dans sa colère, mais de lui montrer par là fermement que nous ne nous laisserons pas faire.
          Je ne devrais pas à avoir à me justifier d’ailleurs. Moi aussi je fais preuve de patience.
          Marie

          • Il n’y a pas à être désolé d’exprimer son opinion Marie ni à se justifier, ici ce n’est qu’un échange, donc toute divergence respectueuse de l’opinion de l’autre, fait partie intégrante du dialogue que nous pouvons avoir

            Et je n’ai jamais dit le contraire de ce que tu écris

            En effet si une personne ne nous respecte pas il faut agir, il n’y a pas rester soumis. La soumission amène toujours la violence (comme la colère justement)
            Agir ne veut pas dire faire n’importe quoi ou tomber soi-même dans la violence, mais j’en ai parlé ici.
            Et c’est parce que nous agissons que nous sommes en capacité de ne pas avoir de colère qui nous emporte, car en fait celle ci monte quand on s’est senti non respecté sans avoir été capable d’agir pour se faire respecter.

            chaleureusement

            frédéric

        • La colère est toujours mauvaise conseillère, car elle fait perdre ses moyens
          Ceci dit nous en avons déjà parlé ainsi il y a plusieurs choses importantes :

          Par exemple les pratiques tantriques séparent la colère du courroux, mais cela me parait trop fin pour pouvoir le mettre en avant, il faut vraiment avoir une pratique complète de la vacuité pour pouvoir prendre conscience de l’un et de l’autre.

          ce qu’on peut retenir il me semble, c’est que à la manière de l’Abbé Pierre il y a des révoltes saines, comme je l’ai déjà écrit ici, on ne peut rester indifférent face à la misère des autres, et cela peut faire monter en soi un sentiment qui peut ressembler à de la colère, mais qui au lieu de détruire, au contraire est une révolte contre les injustices et mise en oeuvre d’actions contre celle celles ci

          Enfin quand on a une colère qui monte en soi, il ne sert à rien de se la cacher, car elle est un symtpôme du fait qu’on ne se sent pas respecté. Mais sortir la colère dans la situation n’arrangera le plus souvent rien à la situation y amenant de la violence mais au contaire comme j’en parlais l’autre jour de se servir de cette colère pour comprendre quel besoin n’est pas satisfait en nous (comme celui de la reconnaissace, ou du respect) pour exprimer des demandes précises aux personnes concernées
          Mais pour cela il faut un certain entraînement, et si cela n’est pas possible, à cause de cette colère, je le redis je pense qu’elle ne peut que faire empirer la situation au lieu de la régler.

          Maintenant à chacun ses expériences, ceci n’est que basé sur les miennes 😉

          bises

          frédéric

          • merci de cet éclaircissement car là en effet je suis d’accord avec toi pour l’avoir hélas vécu plus souvent qu’à mon tour
            la colère qui éclate dans une situation de cvonflit ne mfait qu’aggraver la situation et même cela bloque tout dialogue pour un bon moment
            en fait la colère dans ce moment là agit comme un catalyseur de tout ce qu’il y a de pire en nous (en chacun des protagonistes) et ça fait un gros « bouchon » qu’on a bien du mal à déboucher après
            Pour autant, j’ai encore un sacré chemin à faire même si je me rends plus beaucoup plus vite qu’avant que « j’aurais pas dû »…

            • Oui l’image du bouchon est très bonne, c’est l’ego qui se tournobichonne (?) pour venir boucher le goulot de la communication pour se préserver
              on ferme le système
              en fait un système fermé ne peut vivre que sur sa propre énergie, il se phagocyte et finit par en mourir
              alors que la révolte peut être un moteur pour changer le / son monde

              bises

              frédéric

  4. « cela ne changera pas notre contexte de vie, mais pourtant cela changera beaucoup  »

    Et dire que nous passons la plupart de notre temps à essayer de changer le contexte de notre vie pour une plus grande harmonie ,alors qu’un simple alignement en nous permet de vivre cette harmonie.

    • Il n’empêche que nous avons une action sur le contexte, celui ci est une co-création, il ne faut pas non plus tomber, il me semble, dans une démarche laxiste ou nihiliste, mais je sais que pour ta part, ce n’est pas ce dont tu parlais

      Bises Lise

      frédéric

      • Je parlais effectivement d’action..de co-création
        Poser le calme en soi pour créer le calme autour de soi dans l’interaction permanente de la vie.
        Vivre l’harmonie c’est alors il me semble ne rien changer au contexte (ce qui est )et pourtant le modifier pas à pas par la manière dont on le vit. ( notre présence à ce qui est )

        • Oui je savais que tu parlais de cela
          je précisais, car j’ai un point de vue légèrement différent, ou plutôt qui est en harmonie avec cela, mais qui en plus dit qu’il faut aussi participer à changer le contexte dans lequel on est en redonnant un cadre.
          Par exemple quand ce contexte crée des injustices, dont nous ne sommes pas les plus atteints, il me semble de notre devoir d’agir sur le contexte de vie pour redonner un cadre de respect de l’humain, travailler sur soi, n’est alors pas suffisant (mais cependant nécessaire) pour agir rapidement alors que d’autres êtres vivants souffrent dans l’instant.

          c’est une alchimie très difficile à trouver, que je n’ai pas encore découvert pour ma part, et par fois je fonce de trop ou trop vite pour participer au changement

          bises et merci Lise

          frédéric

          • pfff pour faire cela Frédéric faut déjà être « loin » !
            (avoir progressé)
            moi par ex si j’essaie… c’est que du blabla

            • faire, refaire, défaire
              comme le dit dans un magazine, nous sommes dans l’âge du faire (tiens en passant Phylippe, tu m’avais prêté des magazines et j’ai oublié de te les rendre lorsque tu es venu)

              sinon pas de blabla du faire même si on/ça est imparfait

              bises

              frédéric

          • Je comprends et approuve .
            « Il est de notre devoir d’agir sur le contexte de vie pour donner un cadre de respect à l’humain »..
            et cela reste pour moi intimement lié au travail sur soi.
            De maniière à ne pas agir contre quelque chose ( ce qui revient à agir en souffrance)
            mais avec pour le transformer ( ce qui revient à agir Joyeusement ))
            Je ne sais pas trés bien l ‘exprimer mais le ressent comme essentiel.
            Merci pour ce partage.

            • oui, d’ailleurs il y a une paramita dans le bouddhisme qui se nomme l’effort joyeux ou la vigueur joyeuse, c’est tout à fait ce que tu décris, j’aurais l’occasion de le réaborder d’ici la fin du mois (et la fin du moi qui sait :lol:)

              je t’embrasse Lise

              frédéric

              • je vais sûrement dire une bêtise mais..
                agir AVEC les événements, bon ça encore.. ça doit pouvoir se faire
                mais agir AVEC les personnes (certaines personnes)
                qui vont dans le sens de la souffrance ou du bouchon
                comment cela se peut -ce ?
                (tu as noté Frédéric, j’espère, l’emploi du « comment » ?)

                • En tout cas cela ne se peut à tout coup
                  On peut chercher à agir avec, c’est à dire dans un cadre précis et donné on peut énoncer en quoi les personnes peuvent amener des réponses
                  et en fonction de leurs réponses réelles , c’est là où on décide si on continue ou pas avec elles
                  mais sauf si elles ont contrevenues d’une manière formelle à la loi, comme par exemple dans un manque de respect d’un autre être humain, par de la violence, on peut décider que le dialogue s’arrête ici, puisqu’il n’y a pas réellement de dialogue, et partir l’esprit serein vers des personnes qui sont plus ouvertes
                  On ne peut pas être gentil tout le temps avec tout le monde, au risque de ne plus se respecter soi-même, mais on peut rester humain avec tout le monde.
                  En tant que avanaçant sur la voie des bodhisattva on peut même décider de ne pas prolonger un dialogue qui tourne en rond tout en laissant la porte ouverte pour du soutien À LA DEMANDE de la personne

                  amitié

                  frédéric

  5. Oublions un moment nos conditions de vie, ramenons notre vie à l’instant présent et faisons un peu de place…et on trouvera  » notre vie » qui se cache derrière nos conditions de vie.
    Belle journée

  6. […] prenez la parole Anne Marie on Manque confiance en soi et agi…Lilou on Manque confiance en soi et agi…Amandinatrobbe on Manque confiance en soi et […]

  7. Pour moi, l’agitation mentale, le caquetage comme le disait Krishnamurti, est un grave problème. J’ai parfois du mal à la combattre et seul le long silence en vient à bout. Je t’ai fait un coucou sur mon blog. Je t’embrasse.

    • C’est une difficulté pour quasiment tout le monde, et surtout pour les pratiquants de la méditation, car ils en deviennent conscients 😉
      Merci pour tes poèmes que j’apprécie et pour cette dédicace, de cet autre visage que nous cherchons tous peut être comme une inacessible étoile, parfois au détriment du trésor qui dort sous nos pieds : le juste ici.

      je t’embrasse Ariaga

      frédéric

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :