• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 250,126 lecteurs depuis avril 2009

Ralentir ses mouvements

Quand nous abordons le corps comme hier, il est peut être plus facile de trouver des « trucs » concrets à mettre en oeuvre pour renforcer sa confiance en soi. Pourtant il est certain qu’après tout ce que j’ai écrit on peut voir que c’est un processus à mettre en oeuvre pour retrouver la confiance en soi et que ce n’est pas en donnant UN truc qu’on peut changer les choses.

Néanmoins ce qu’on peut proposer c’est que lorsqu’une crainte, une angoisse, une colère, monte en soi, on peut volontairement ralentir ses mouvements & détourner son attention sur autre chose pour créer un calme en soi.

Si on progresse dans cette voie, on peut même ne pas exprimer sur le moment notre mauvaise humeur, ou notre crainte et sourire.

Ensuite c’est tout un travail sur soi de voir ce qui est touché et d’exprimer, quand c’est possible, des demandes claires pour combler nos besoins. Mais il faut savoir que les personnes qui nous rabaissent et nous poussent dans cette image de manque de confiance en soi, sont elles-mêmes en difficulté et n’ont trouvé que cela pour se défendre. Elles seraient des adultes responsables elles pourraient exprimer leur désaccord ou mécontentement sans nous rabaisser.

Néanmoins, même si nous ne sommes pas coupable de vivre ce que nous vivons, c’est de notre responsabilité de bouger comme nous le verrons demain.

Publicités

49 Réponses

  1. […] prenez la parole Ralentir ses mouveme… on Communication Non-Violent…Ralentir ses mouveme… on […]

  2. Le QiGong a été pour moi « cette » Révélation du pouvoir de la Lenteur. Ce monde de plus en plus « y-perd-Tout » y a TOUT a gagné pour garder notre Humanité… (-:

    • Certains QiGong (chi kung) sont tellement des odes à la lenteur qu’on ne bouge plus 😉
      en position RitzuZen comme on dit en Kiko (QiGong en japonais)

      chaleureusement

      frédéric

  3. désolé belle fôte de francé! lol! ((-:
    Le QiGong a été pour moi « cette » Révélation du pouvoir de la Lenteur. Je crois profondément que dans ce monde de plus en plus « y-perd-Tout » y a TOUT à gagner si l’on veut garder notre Humanité… Homme Sweet Homme! (-:

  4. je trouve que c’est EXTRÊMEMENT important cette différence que tu soulignes entre être responsable et être coupable
    La difficulté majeure en effet lorsqu’on manque de confiance en soi, est de composer avec sa propre culpabilité, qui paradoxalement, empêche d’assumer ses responsabilités !
    Tu as sans doute raison que ce n’est pas en donnant « UN TRUC » qu’on peut aider l’autre à changer les choses.
    Néanmoins, il me semble pourtant qu' »un truc » aide à amorcer le changement, qui se fait très progressivement..
    dommage qu’on ne puisse se réveiller un matin en se disant : « tiens à partir de maintenant je vais arrêter de manquer de confiance en moi et de me sentir coupable, je vais plutôt être responsable » 😉

    • La culpabilité et la honte sont les deux peurs principales qui nous pourrissent la vie
      on peut en effet se réveiller comme tu dis un matin, et décider de changer une toute petite chose, oser en faire une toute simple mais qui nous fait peur, et voir comment on est mieux après, malgré la difficulté

      je t’ambrasse

      frédéric

  5. Ca oui! Il arrive un jour où on en a ras le bol de se faire rabaisser! En effet ce n’est pas très responsable de la part de celui qui s’amuse, consciemment ou non, à faire ça. Mais le comble, c’est lorsqu’il prétend que c’est nous qui le rabaissons parce qu’il ne supporte pas que nous lui faisions remarquer! Il existe des personnes qui n’ont tellement peur de se faire rabaisser, qu’elles se sentent rabaissée dès qu’on les contredit. Elles peuvent même se mettre alors dans un processus de manipulation de l’autre tout en se faisant passer pour des êtres de bonté, afin de se mettre à l’abri de toute remise en question qui pourrait nuire à leur réputation. Cela peut aller loin si on laisse faire par peur de blesser.
    Je m’exprime parce que je ne vois pas ici ce qu’il y a de mal à dire. Il y a une différence entre complaisance et compassion. La complaisance est pour moi l’ennemi de la compassion car elle laisse l’autre perdurer dans des erreurs qui ne font que l’encourager à ne pas voir clair. C’est ne pas lui faire confiance sur ses capacités de compréhension et d’évolution, tout en comprenant très bien que cela puisse être délicat.
    D’ailleurs être au-delà du bien et du mal c’est aussi être au-delà de coupable et responsable. C’est à dire que 1) il faudrait être sûr qu’il s’agisse bien de quelqu’un qui veut vous rabaisser. 2) Il n’y a pas à se sentir coupable quand c’est un autre qui nous accuse, simplement acteur de la situation et répondant avec amitié si l’amitié est sincère 3) Au lieu de vouloir paraître ou avoir la sensation d’être responsable, trouver l’issue par laquelle exprimer ses sentiments réels, faire acte de présence et si l’autre ne vous entend toujours pas alors que vous êtes sûrs de vous être manifesté réellement, c’est que la relation n’était pas vraie, soit de son côté, soit du vôtre, et donc, rien à regretter, pas de drame à faire, ni à se sentir coupable ou responsable, mais ENTIER.

    Il ne faut pas prendre les canards sauvages pour les enfants du bon dieu!

    Marie

    • Personnellement je crois plus aux canards sauvages qu’aux enfants du bon dieu 😉

      En fait par expérience je crois qu’il n’y a pas à trop se compliquer la vie (mais je sais que le mental nous pousse à le faire)
      nous avons des besoins à satisfaire
      en tant qu’adulte responsable nous savons que :
      1/// tous ne pourront pas être satisfaits et
      2/// qu’une seule personne ne pourra tous les satisfaire

      dans une relation nous allons être entre comment combler les besoins de l’autre dans la mesure où c’est possible et correct pour nous, c’est la partie compassion, et exprimer des besoins personnels (tout en sachant ce que j’ai dit plus haut)
      si ces besoins ne peuvent être satisfaits par la personne, il est de notre responsabilité de prendre une décision, soit on continue la relation avec la personne malgré qu’elle ne puisse répondre à notre demande, car néanmoins elle nous nourrit par ailleurs (points 1 & 2) soit c’est impensable pour nous de continuer à être en relation avec cette personne puisqu’elle ne peut répondre à notre besoin, et nous arrêtons la relation

      pas de colère, de violence, ou de regret
      il suffit de faire ce qu’il faut

      « S’il y a un remède, à quoi bon le mécontentement ? S’il n’y a pas de remède, à quoi bon le mécontententement ? » Shantideva

      Si en plus du côté compassion évoqué ci dessus on a développé la sagesse, alors on sait que chacun est dans ce monde de souffrances, fait ce qu’il peut et ne peut pas nous combler seul entièrement, comme enfant on le croyait de la part de nos parents et cela ouvre une autre vision des personnes avec qui nous sommes en relation.

      chaleureusement

      frédéric

  6. Pour « entendre » dans les propos de l’autre quelque chose qui nous rabaisse il faut soi même êre  » en bas », dans un niveau de conscience qui capte cette énergie dite  » négative ».
    Et dans ces niveaux l’activité est toujours intense, éparpillée, dans la hâte.

    Le calme est une porte d’accés vers un autre état .

    • Ou bien découvrir que l’on est devant quelqu’un qui ne peut pas s’empêcher de prendre les autres de haut, de mettre son grain de sel par derrière sans prévenir dans vos histoire personnelle, en vous tenant un discours contraire quand il vous a en face. Enfin, en avoir assez d’être à cette place, lui faire comprendre! Et tant pis s’il ne veut pas l’entendre! Et ça ne veut absolument pas dire que l’on se trouve dans un niveau de conscience qui capte cette énergie, ça veut simplement dire que l’on ne marche plus dans ce niveau de conscience comme vous dites, tout simplement
      Marie

      • Comme je l’ai dit ici, être clair sur ses besoins et sur les actes responsables à poser
        pas de colère, pas de haîne
        simplement des actes justes (octuple sentier)

        chaleureusement

        frédéric

        • Pardonnez-moi, mais je n’ai aucune colère ni haine, et je n’ai pas de relation avec l’autre par besoin, mais par le fait d’une rencontre qui existe. Pourquoi parler de colère quand il s’agit simplement d’expression simple d’un désaccord? Maintenant l’amitié c’est tout de même pouvoir dire à l’autre et di l’autre ne peut accepter, il n’y a pas ici de notion de besoin mais bien plutôt une réelle et légitime interrogation sur la sincérité de l’autre. Pourquoi se forcer à accepter une situation fausse? Pour faire plaisir à qui?
          Maintenant si l’amitié est réelle elle ne souffre pas de la franchise et l’accepte.

          Belle journée

          Marie

          • Bonjour Marie,

            Il ne faut me donner aucun pouvoir 😆
            Je ne peux savoir si les personnes qui écrivent ici ont ou pas de la colère en elles. je ne suis pas devin.
            Je voulais parler d’un comportement général possible. Désolé d’avoir été mal compris.
            Je crois que l’amitié corresond à un besoin en effet. Le besoin, vital, d’entrer en relation, d’échanger, d’être reconnu, d’être soutenu et de soutenir. Avoir des besoins n’est pas en soi péjoratif pour moi, c’est tout simplement la vie 😉
            Nous ne pouvons vivre seul, nous sommes interdépendants et c’est aussi toute la richesse et le beauté de l’humain 🙂
            Je suis bien d’accord avec toi qu’en amitié on doit pouvoir se dire
            Je pense qu’on doit pouvoir toujours « se » dire où en est la relation (un peu plus compliqué, quand la relation est basée sur un contrat économique comme la profession bien sûr)
            Et en effet je crois qu’une situation qui ne nous parait pas juste (fausse) il faut chercher à l’éclaircir,si ce n’est pas possible, ne pas la prolonger, si elle crée des pbs.

            chaleureusement

            frédéric

      • Je voulais exprimer l’idée que ce qui nous touche nous informe de ce qui est en nous.
        Cette information est précieuse pour agir et retrouver effectivement sa juste place.

    • tu ne te mets jamais en colère, Lilou ????????

      • Quand je me mets en colère c’est que je suis dans une partie de moi qui se sent bléssée, qui s’ajuste à cette fréquence.
        Je sais alors que je peux changer de fréquence.

        L’essentiel je crois est de prendre conscience de ce qui bouge en nous, de la manière dont cela s’éveille puis s’éteint.

        La relation à l’autre et au monde prend alors une nouvelle dimension.

        • bel exemple de ma colère qui n’en fais qu’à sa tête, d’avoir réagi sur la phrase citée par Frédéric avant d’avoir réagi sur ce que tu écris Lilou
          J’avais mis ce commentaire parce que tu ME donnes l’impression de ne jamais te mettre en colère…

          • effectivement Ambre , « Je « ne me mets jamais en colère, quand la colère me porte, « Je » n’est plus là.
            C’est à dire mon identité est colère.

            Toute mon application est dans l’observation minutieuse de cela.

            Pour ce qui concerne ta réaction elle est juste , dans ce que tu perçois , ressent, dans le moment à travers l’expression  » consentir ».
            Tu te donnes l’autorisation de ressentir cela.
            Voilà pour moi le sens de cette phrase.

        • En effet l’essentiel est bien cela
          quand on y arrive, il est plus facile de se sentir responsable de ce qu’on en fait

          merci à toi Lise

          chaleureusement

          frédéric

    • avec d’autres mots que les tiens Lilou :
      «Personne ne peut vous diminuer sans que vous y consentiez.» Eleanor Roosevelt
      😉

      merci à toi

      bises

      • pas d’accord avec cette phrase Frédéric et tu le sais que je suis pas d’accord !
        demande à toutes les femmes battues de France ! (une sur 3 selon les statistiques)
        me dis pas qu’elles y consentent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        • Dire les choses comme tu le dis, serait presque insultant en effet en faisant croire qu’il puisse y avoir un plaisir
          Ce que je dis, c’est qu’on a la responsabilité de ce qu’on fait de ce qu’on vit
          Avoir la responsabilité ne veut pas dire que cela soit simple
          au contraire
          on reste en général dans des relations pathologiques parce que cela nous parait plus simple, voir normal (habituel)
          Par exemple pour une femme violenter, changer le système, implique de rentrer dans un nouveau rôle qu’elle n’a pas l’habitude de prendre, cela veut dire que le faire seule sans soutien sera très difficile
          ensuite cela veut dire qu’elle devrai se confronter à des questions de logement, des questions économiques, des questions de reconnaissances sociales, des questions juridiques
          ne serait ce que simplement aller dans un commissariat pour porter plainte contre son compagnon de vie, il faut voir comment dans certains commissariats une femme peut être reçue.
          Le commissariat de notre ville, a eu longtemps la réputation d’être machiste face aux femmes qui venaient ainsi porter plainte après avoir été violentée (voir violée ! là non plus pas simple comme démarche !!!)

          refuser la responsabilité qu’on peut prendre dans une situation c’est se contraindre à dire « on ne peut rien changer »

          chaleureusement

          frédéric

    • même si on n’est pas « en bas » comme tu dis Lilou c’est pas pour ça qu’on est complètement indifférent lorsque l’autre dit ou fait qq ch qui nous rabaisse..
      ou alors faut se balader avec une armure tel le preux chevalier du Moyen Age,
      qq’un en aurait il une à brader ???;-)

      • L’armure est la métaphore de la peur
        Elle nous enferme
        Il faut trouver les désirs qui sont derrière nos peurs
        Donc même si tu en trouves une bradée, à mon avis, il ne vaut mieux pas l’acheter 😉

  7. J’ai dans mon entourage une personne qui considère que tous les autres que lui sont des cons. Quand je lui demande de m’expliquer quelque chose, dans un domaine où il est plus performant que moi, il commence systématiquement par glousser à l’idée que je ne sais pas faire ça, et il commente, et ça lui prend un petit moment. J’attends patiemment qu’il ait fini pour noter le renseignement qu’il me donne enfin. J’ai un jour essayé de lui expliquer qu’il y a des domaines où je suis plus performante que lui, et que finalement c’est le cas général, les gens sont comme ça, chacun a sa richesse. Mais non. Il ne veut pas le savoir. Pour résumer ma pensée, je dirais que c’est sa drogue. Il en a sacrément besoin pour vivre. Et, finalement, s’il ne peut pas entendre autre chose, compte tenu d’une profonde détresse (j’en suis convaincue), je ne réagis plus, je le laisse faire. Il est clair que je ne suis pas la personne dont il acceptera un quelconque secours. Je ne me sens pas blessée, j’ai de la peine pour lui.

    • et qu’est-ce que t’en penses Mifa de ne plus rien demander à ce genre de personne ?

      • Cette personne n’a pas QUE ce côté-là. Il est capable de tout laisser tomber, même s’il est en détresse, pour venir au secours d’une personne qui a vraiment besoin d’aide.

        • tu as certainement raison, c’est sage, car il se prend pour le sauveur mais a une croyance qu’il ne peut en aucun cas être sauvé par qqn, chercher à le forcer c’est l’entraîner à devenir victime ou bourreau

          • c’est drôle comme cela me rappelle quelqu’un de mon entourage..
            j’en conclus que ce que j’ai suggéré à Mifa était une suggestion à moi même ahahahahah !

          • Pas d’accord. Il ne se prend pas pour le sauveur. Il y a quelque chose chez lui de très pur, et c’est justement cette capacité à porter secours quand il y a besoin. Les gens ne sont pas tout blancs ou tout noirs. Il ne refuse pas toujours le secours qu’on lui apporte quand il est réellement en détresse, quand ça touche à la panique. Si, il peut être sauvé par quelqu’un, à condition qu’on fasse appel à ce qu’il peut donner, et pas forcément à ce qu’on voudrait de lui.

            • Ce n’était qu’une hypothèse
              C’est sûr que nous ne sommes pas tout blanc ou tout noir, encore que une personne qui considère que tous les autres sont des cons. est plutôt dans cet état 😉

  8. Prendre soin de soi. tout un art ! PAr bonheur ça s’apprend, même si ça prend du temps !
    Et aussi : prendre soin de soi permet également de prendre soin des autres. C’est lié.
    et aussi : les réactions blessantes des autres ne font que titiller notre égo. Là aussi tout un programme pour apprendre à se détacher de tout ça. Et comme tu le dis très bien : comprendre que ces réactions viennent forcément de quelqu’un qui n’a pas réglé un truc permet d’entrer dans la compréhension et la compassion et est une des clés pour ne pas garder ça en mémoire et s’en libérer.
    pour info, j’ai retrouvé mes pantalons ! lol !
    Bises !

  9. […] prenez la parole ambre on Ralentir ses mouvementsambre on Ralentir ses mouvementsambre on Ralentir ses mouvementsindian isa on Ralentir […]

  10. Hier soir j’étais à un atelier organisé par mon prof de Qi Gong. Le but de cet atelier est de nous donner des outils pour nous apprendre à lâcher-prise. Ce sont des exercices, simples, que l’on peut faire tout au long de la journée, au bureau, en voiture, en métro… Leur but est de nous faire prendre conscience de comment on se sent, où sont nos tensions à l’instant présent …
    Un des exercices que nous avons fait était de prendre conscience que nous marchons à la vitesse de notre mental. Puis de ralentir notre pas en ayant conscience que nous ralentissions aussi notre mental.
    Faites l’essai, cet exercice n’est pas des plus faciles à mon sens car il nécessite une grande écoute de soi. Mais il est très enrichissant.
    Bonne marche.

  11. si nous pouvions pensez que la personne qui nous agresse,c est un défi et une opportunitée de progresser et que c est justement au bon moment pour nous qu elle est la !!! pas de problèmes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :