• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 250,127 lecteurs depuis avril 2009

La véritable raison de la sortie du Paradis : La connaissance du bien et du mal

Bien avant la philosophie, la psychologie et la neurologie le bouddhisme s’est intéressé au processus de perception de l’être humain.

Dans le bouddhisme nous avons un ensemble d’éléments importants qu’on appelle les cinq « agrégats » (traduction approximative du mot sancrit « Skandha » qui signifie « amas »). Ils sont les constituants de ce qui est communément appelé : une personne, un être.
L’erreur des humains est de s’attacher à ces processus comme étant existants en soi et permanents. La souffrance humaine vient de cette grande déception que nous amène la vie qui contredit cela. Il n’y a pas une personne séparée, autonome et persistante qui existe, mais un ensemble de processus changeant sans cesse et en interrelation avec le monde.

Ces différents processus (agrégats) s’engendrent.
La méditation est ce silence que nous essayons de laisser se déployer, pour observer ces processus et faire diminuer nos troubles perpétuels liés au désanchement évoqué ci-dessus.

  • L’agrégat de la forme ( Rūpa), c’est tout ce qui définit la matière par des qualificatifs liés à sa température, sa dureté, son état, ses mouvements, c’est tout ce qui est purement physique et observable d’une manière neutre.

Les quatre autres agrégats sont dits « immatériels ».

  • Mais l’observation de cette forme engendre une discrimination (j’aime, je n’aime pas, c’est bon, ce n’est pas bon, c’est neutre). Cette capacité à ressentir ce qui est agréable, désagréable, ou neutre, c’est l’agrégat de la sensation ( Vedanā).

  • A partir de ce processus se crée une mémorisation qui va orienter toutes nos autres sensations. Le stockage de ces informations référentes c’est l’agrégat dit de la perception (Samjñā).

  • Toutes ces informations ne sont pas seulement stockées, elles sont organisées suivant un sens global et en fonction des opinions particulières précédentes, par l’agrégat des formations ou des volitions ( Samskāra). On pourrait le nommer, agrégat de la pensée, le bouddhisme le définit précisemment puisqu’il dit qu’il y a 52 différentes propriétés de la conscience qui forment cet agrégat.

  • Le dernier agrégat est un peu l’explication métaphorique du de la Genèse, nous avons mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (discrimination), nous en avons perdu la vie paradisiaque, nous amenant la souffrance et la mort (des gardes armés nous empêchent de revenir au Paradis pour ne pas goûter de l’Arbre de vie dont les fruits rendent immortels). C’est donc l’agrégat de la conscience ( Vijñāna), la connaissance d’un point de vue, celui acquis par les processus précédents, la discrimination, qui va nous rendre capable de chercher à comprendre, mais aussi d’exclure, qui nous donne l’illusion d’être séparé et supérieur et qui finalement nous rend malheureux.

Pour complément lire ICI & ICI

Nous verrons demain comment il est paradoxal de chercher à prendre conscience d’une transcendance alors que cette conscience est de ce monde.

Publicités

22 Réponses

  1. je suis.
    Par ce que je suis, je sens.
    Par ce que je sens, je sais.
    Par ce que je sais, je sens que je suis.
    Qui suis – « je » ?

    • C’est tout le paradoxe de ce jeu du Je qui se pose la question de qui il est sans pouvoir sortir de son propre système, il est donc obligé d’émettre des hypothèses ou… (la suite demain :lol:)

      bises Lise

      frédéric

  2. Ce qui nous rend malheureux c’est de trop réfléchir ! c’est ça que ça veut dire « manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal » (au fait tu as répété deux fois « l’arbre ») alors qu’avant l‘histoire de la pomme, tant qu’Adam et Eve se contentaient de faire des galipettes et autres joyeusetés ensemble, c’était le pied voilà tout ! D’ailleurs je fais remarquer un truc, c’est que quand on est heureux, on ne s’en pose pas des questions !

    • Et on s’en pose quand on ne l’est plus, parce qu’on voudrait l’être encore, alors où est le bénéfice ?

    • Oui il s’agit bien de l’abre l’arbre 😆

      On souffre de TROP mais pas de réfléchir, sinon redevenons amibe ! 😉

      C’est quand on a conscience d’être heureux que les réponses sont évidentes (être heureux) mais je connais des tas de personnes qui ont tout pour être heureuses et qui continuent à se poser des questions du genre « oui mais après » ou « cela ne durera pas »
      donc l’état de bonheur ne suffit pas 😉

      je t’Ambrasse

      frédéric

      • « tout pour être heureux » Frédéric ça veut dire quoi ?
        QUI décide de ce qu’est ce TOUT pour être heureux ?
        On peut supposer que c’est pas « tout » pour tout le monde puisque même ceux qui l’ont n’y sont pas !

        je vais juste te dire quelque chose
        parmi les nombreuses périodes galère de ma vie, j’en ai connu une vraiment difficile, puisque je vivais seule avec mes filles, sans ressoruces pour commencer (après j’ai trouvé du boulot payé au SMIC)puisque le RMI et RSA n’existaient pas, je faisais donc « l’aumône » j’avais mm obtenu une aide exceptionnelle de la DDASS pendant 3 mois pour acheter à manger pour les filles
        ça c’est le contexte matériel
        le contexte psychologique, c’est tous les sentiments honteux que j’ai pu éprouver et que j’ai fait supporter à mes filles, de devoir aller à l’aide alimentaire, à l’aide vestimentaire, les gens qui viennent réclamer les factures, qui voient les ppetites et qui me disent « c’est votre problème pas le notre  » etc
        eh bien assez curieusement, cela ne m’empêchait pas d’être heureuse
        enfin plus exactement, je me sentais vivante, tu sais cette petite flamme que décrit si bien Etty lorsqu’elle parle de l’amour inconditionnel qu’elle avait de la vie

        or cette petite lueur, que je ne sais pas nommer, je l’ai perdue -elle ne brûle plus, et pourtant Dieu soit loué, mes enfants vont bien – et je suis dans une situation matérielle moins difficile

        Alors : « tout pour être heureux » : c’est quoi ?

        • … « Alors : « tout pour être heureux » : c’est quoi ? »

          Eh bien déjà, c’est D’ ECOUTER VRAIMENT ce que dans ce super blog de Frédéric il nous est donné à entendre et à comprendre et ici notamment, en cet article, sur les constituants de « la personne »…
          Cela peut vraiment aider à cesser de tout rappporter uniquement à « sa personne »… et à sortir de ce « contexte psychologique » c’est à dire de comprendre profondément que  » L’erreur des humains est de s’attacher à ces processus comme étant existants en soi et permanents. « …

          « A quoi ça sert » … que l’Ami Frédéric se décarcasse… 😉

        • eh bien tu as exactement répondu, rien à rajouter puisque tu réponds à tes questions 🙂

          je t’Ambrasse

          frédéric

  3. Infiniment merci Frédéric pour cet article d’une grande clarté, ainsi que pour les deux renvois également fort intéressants…
    Je t’embrasse

  4. […] prenez la parole Il n’y a rien d’exis… on Être le son de la pluieMutti on La véritable raison de la sort…Mifa on La véritable raison de la sort…ambre on La véritable raison de la sort…ambre […]

  5. Fréderic,
    Je me félicite de ne pas tenir cette pause, lorsque je lis cette série d’article,
    merci a toi cher Frédéric,
    je t’embrasse !!

    • Chère Virginie, chercherais tu à me faire porter ton karma de non-pause ? 😆
      Bon en tant que apprenti-bodhisattva je veux bien en prendre une partie sur mes frêles mais courageuses épaules 😆

      bonne pause quand même 😉

      frédéric

      • Haha ha , je te reconnais bien là cher Fréderic !!! , non rassure toi je n’ai pas l’intention de me décharger sur toi !!! Il manquerai plus que ça ! j’assume ma non-pause toute seule !! mais je profite de ses bienfait !!!
        bise.
        Virginie.

  6. …et lorsque l’on on meurt on se dés…agrège ?!

    Zem !

    • Oui on peut dire qu’au moment de la mort on se dés-agrège (il y a même dansle bouddhisme tantrique une explication très précise de comment les éléments vont se fondre les uns dans les autres, mais c’est une autre histoire) c’est pourquoi le moment dela mort est un moment important parce que c’est une autre possibilité d’atteindre le Nirvana, l’éveil. Toujours dans le bouddhisme tantrique tibétain nous avons une pratique particulière : Powa, que certains vont apprendre et s’entraîner toute leur vie, pour être en capacité de le faire, même en cas de mort subite. Enfin il y a parait il (?) après la mort d’autres états de conscience avec des étapes (tout cela est décrit dans le Bardo Thodol, le fameux livre des morts tibétains -en fait livre de la libération des états intermédiaires, par l’écoute – mais aussi plus succinctement dans les récits de NDE) et chaque étape est une occasion d’éveil, mais plus on s’enfonce dans la mort et plus cela devient difficile.

      chaleureusement

      frédéric

  7. […] prenez la parole bleuvirus on La véritable raison de la sort…Marie-Pierre on Il n’y a rien d’existant en so…ariaga on Il n’y a rien d’existant en […]

  8. c’est quoi les récits de NDE ?
    c’est difficile d’appréhender le concept qu’il puisse y avoir de la conscience après la mort, puisqu’on sera « mort » càd « sans conscience »..

    • Near Death Experience (NDE), appellées aussi Expériences de Mort Imminentes en français (EMI), désignent les expériences se déroulant généralement lors d’arrêts cardiaques et de comas et faisant état de critères spécifiques : impression de voir son corps de l’extérieur, de voyager dans un tunnel, de revoir sa vie… Pour certains, l’origine de ces expérience est réductible à des causes bio-physiologiques. Pour d’autres, les NDE démontrent certaines facultés inconnues du psychisme humain.

      Le concept de mort a bcp évolué avec la science, d’arrêt de respiration à l’arrêt de fonctionnement du cerveau en passant par l’arrêt de la circulation sanguine. Qu’en est il après la « mort », le bouddhisme donne des réponses, à chacun de croire en ce qu’il veut
      pour ma part, j’y suis assez indifférent, j’ai bien assez à faire avec le présent ! 🙂

      je t’Ambrasse

      frédéric

  9. […] ou « bien » ou autre chose qui nous rabaisse, le mental s’emballe en puisant dans ses « entrailles inconscientes » pour renforcer ce manque de confiance en […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :