• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 247,614 lecteurs depuis avril 2009

Être le son de la pluie

cliquer sur l'image pour lire la BD de Tsaï Chih Chung ©

Dans cette Bd, la voie zen nous propose d’être le son de la pluie. Tsaï Chih Chung nous dit

« pas de discrimination, soyons un avec les phénomènes ».

D’un point de vue neurologique comme philosophique on considère que la perception sensorielle est la perception « immédiate » que nos sens nous livrent, comme des informations directes. Le terme de « sensation » est parfois utilisé dans un sens plus large (recouvrant aussi les émotions).

Mais ensuite ces sensations sont traduites directement par système nerveux et le mental, et cette interprétation crée une séparation entre nous et l’objet perçu, nous et le monde.

Lalande nous dit que :

 » la perception est l’acte par lequel un individu, organisant immédiatement ses sensations, les interprétant et les complétant par des images et des souvenirs, s’oppose un objet qu’il juge spontanément distinct de lui, réel et actuellement connu de lui. »

Les anciennes traditions chamaniques ont une vision complètement différentes du monde et de l’humain. L’humain est inclus dans le monde, en relation avec le monde, sans pouvoir dresser une frontière fixe entre lui et le monde. C’est une vision systémique où nous sommes éléments en relation avec les autres éléments et l’ensemble des éléments, le système.

Le zen, lui, nous propose d’aller au delà du processus de séparation du monde, qui nous fait croire bien souvent que nous sommes au-dessus du monde (comme dans la Genèse, où l’humain se trouve pourvu d’un rôle particulier dans la nature). Le zen nous donne les moyens de simplement (totalement ?) être dans la vie.

Nous verrons demain comment le bouddhisme a très tôt étudié les perceptions humaines, et pourquoi.

pour complément lire ici.

Publicités

12 Réponses

  1. eh bien hier j’étais non seulement le son de la pluie mais on pourrait dire que j’étais la pluie elle même puisqu’elle m’a sur-pluie heu surprise 🙂 au beau milieu de ma marche alors qu’il faisait super beau et chaud .. quelle saucée !
    mais c’est vrai que l’on dit « giboulées de mars » : elles sont soudaines, violentes et … très grisantes ! (mouillantes, aussi, un peu ;D)

    • oui le fait d’être ou pas la pluie dépend de notre esprit, soit nous discriminons (poutana de pluie qui me mouille) soit nous jouissons de la pluie (qui poutana nous mouille ! atchoum 😆 )

      bises

      frédéric

  2. Cette vision « chamanique » m’est totalement étrangère, bien que j’aie déjà été, comme Ambre, complètement trempée par la pluie ! 🙂

  3. Bonjour

    Marrant ,que tu ecrives ça aujourdhui …hier soir en allant a mon cours de tai chi je regardait le ciel d’ou il tombait queluques pluies au loin, je me suis dit d’un seul coup .. c’est ça la realité ….mais c pas facile à expliquer …
    Amicalement
    Gérard

  4. Sentir chaque goutte
    Comme si de l’intérieur
    On voyageait avec elle
    Et la pluie se fait chant .

  5. […] on Le BouddhismeLilou on La véritable raison de la sort…ambre on Être le son de la pluielungtazen on Les 12 bonheurs du Yogilungtazen on Être le son de la pluielungtazen on […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :