• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 250,065 lecteurs depuis avril 2009

La pauvreté

Photo Seul Vasia

Pour résumer le sermon de Maître Eckhart, je dirais que l’abandon principal est l’abandon de se raccrocher à une idée solide de soi-même et à des désirs capables de compenser notre souffrance, nos maladies, notre vieillesse, notre mort inéluctable.

« La pauvreté ce n’est pas de posséder peu de choses, mais d’avoir le cœur plein de désirs inassouvis »

Patrick Pétri – Pensées de vie

Et face à cette « pauvre pauvreté », la vraie richesse de la pauvreté est au contraire d’avoir le coeur vide et ouvert, à l’instant, à la vie, sans attente précise et précisée.

Publicités

10 Réponses

  1. c’est un concept vraiment difficile à appréhender, ce coeur ouvert mais vide, et sans attente, dans un monde dans lequel nous sommes sollicités sans arrêt
    Pour ma part je nage en ce moment en pleines contradictions ..
    D’où l’intérêt pour moi de venir me ressourcer à tes mots
    merci Frédéric, merci pour cela
    et merci pour tout ce que je ne dis pas 😉

    • oui c’est difficile, c’est la Présence
      et en même temps quand on la rencontre chez quelqu’un c’est évident (mais pas plus facile à reproduire)
      J’ai l’impression que le chemin c’est être dans cette évidence pas facile, avec authenticité, sans non plus s’y accrocher

      bises

      frédéric

  2. j’aime beaucoup des derniers posts, ça me rappelle une journée très belle et très riche 😉

    • Merci Bérangère
      Puisse cette journée nous être utile à tous pour mettre en oeuvre la sagesse et la compassion dans nos vies

      chaleureusement

      frédéric

  3. Bonjour Frederic

    Lacher prise ,ce n’est pas aisé ,c sur mais quelle delivrance ce doit être !
    Bon week end
    Gérard

    • L’image qui me parait la plus évidente est une image traditionnelle orientale, je vais la redonner de mémoire, c’est un piège pour attraper les singes, on met une boîte en bois avec à l’intérieur un aliment, le singe affamé passe sa main dans un trou d’une face de la boîte, et tire l’aliment à la lui. Par ce trou il peut passer la main vide, mais pas la main et l’aliment. Il devient prisionnier de cette boite, sa main enfermée, alors qu’il lui suffit de lâcher-prise, lacher l’aliment pour être libre, mais sa faim (dans le bouddhisme on parle de soif : tanha ) le pousse à être prisonnier.

      amitié

      frédéric

      • heu………………………….le problème c’est qu’il n’est pas rassasié ?

        • le problème c’est qu’il se fait prisonnier tout seul :

          Bouddha et le singe

          Savez vous que les singes se font piéger à cause de leur avidité ?
          Pour cela, faite un trou dans une noix de coco, laissez tomber des morceaux de chair au fond, le singe les saisira mais son poing fermé contenant le morceau ne pourra plus sortir de la noix de coco. Pour rien au monde il le lâchera, il est ainsi piégé vous n’avez plus qu’à l’attraper.
          Piégé par son avidité !
          Ainsi procède les gens d’Asie du Sud-est asiatique pour capturer les singes vivants.
          Parabole bouddhiste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :