• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 250,065 lecteurs depuis avril 2009

12 mars 1930 : Gandhi entame la «marche du sel»

Extrait d’un article lu sur Hérodote

Le 12 mars 1930, Mohandas Karamchand Gandhi entame une «marche du sel». C’estt la première application concrète de sa doctrine de la non-violence…

La non-violence à l’oeuvre

Dans les années précédentes, le Mahatma a multiplié les manifestations non-violentes et les grèves de la faim en vue d’obtenir pour l’Empire des Indes un statut d’autonomie analogue à celui dont bénéficient les colonies à population européenne telles que le Canada ou l’Australie.

Faute de résultat, certains membres de son parti, le parti du Congrès, s’impatientent et menacent de déclencher une guerre en faveur de l’indépendance.

Gandhi, pour ne pas être débordé, avertit le vice-roi des Indes que sa prochaine campagne de désobéissance civile aura pour objectif l’indépendance. C’est ainsi qu’il quitte son ashram des environs d’Ahmedabad, au nord-ouest du pays, accompagné de quelques dizaines de disciples… et d’une meute de journalistes.

Après un parcours à pied de 300 km, il arrive le 6 avril au bord de l’océan Indien. Il s’avance dans l’eau et recueille dans ses mains un peu de… sel. Par ce geste dérisoire et hautement symbolique, Gandhi encourage ses compatriotes à violer le monopole d’État sur la distribution du sel. Ce monopole oblige tous les consommateurs indiens, y compris les plus pauvres, à payer un impôt sur le sel et leur interdit d’en récolter eux-mêmes. Il est analogue à l’impôt de la gabelle sous l’Ancien Régime, en France.

Sur la plage, la foule, grossie de plusieurs milliers de sympathisants, imite le Mahatma et remplit des récipients d’eau salée. L’exemple se répand dans tout le pays… À Karachi comme à Bombay, les Indiens font évaporer l’eau et collectent le sel au vu des Anglais. Ces derniers jettent plus de 60.000 contrevenants en prison.

Les Indiens, fidèles aux recommandations de Gandhi, se gardent de résister. Le Mahatma lui-même est arrêté le 4 mai 1930. Ironique, il lance à ses geôliers : «Je vais enfin pouvoir dormir !» Il passera neuf mois en prison. À la fin, le vice-roi reconnaît son impuissance à imposer la loi britannique. Cédant aux injonctions du Mahatma, il libère tous les prisonniers et accorde aux Indiens le droit de collecter eux-mêmes le sel.

Le 15 août 1947, l’Empire des Indes deviendra enfin indépendant mais au prix d’une sauvage guerre religieuse et d’une scission entre Inde et Pakistan. Gandhi y perdra la vie.

La «marche du sel» apparaît aux Indiens comme l’équivalent de la «Tea Party» de Boston qui a conduit à l’indépendance des États-Unis.

Alban Dignat.

lire l’article intégral.

Publicités

7 Réponses

  1. Quel bel anniversaire… la force de l’esprit, sur la sauvagerie.

    Je suis stupéfaite de la non prise en conscience des terriens à tous les démonstration du vivre en force de PAIX des sages de tous pays.
    Remettons inlassablement l’ouvrage sur le métier à tisser la vie.

    Tendresses.
    Viviane

    • ben ce n’est pas surprenant pourtant que l’on n’en prenne pas conscience, il « faut » vivre VITE et avoir du RÉSULTAT tout de suite
      or quelque chose comme la marche du sel est une « arme » qui n’a donné ses fruits qu’au bout d’un certain temps et surtout qui a demandé des EFFORTS et des privations ..

      • Oui l’effort est toujours nécessaire, rien ne se fait sans rien, pas de miracle, on aimerait bien
        nous parlions ce WE de la chute du rideau de fer, mais la nuit où à Berlin Est, les barrières se sont ouvertes, il y avait des miliers de personnes rassemblées devant les barrières du check point charlie, côté est, et débordés par cette marée humaine, sans instruction claire, ou avec des instructions contradictoires, la VOPO a laissé passer cette marée humaine, mais cela aurait pu tourner aussi au drame,
        il a donc fallu des humains qui ENSEMBLE fassent bouger cela , prennent le RISQUE
        comme les Indiens avec Gandhi prenaient le risque (qui était réel) de coups, de morts, d’emprisonnement

    • Merci Viviane 🙂

      chaleureusement

      frédéric

  2. il est des dates à se remémorer pour les générations qui se succèdent et qui apprennent encore….
    bienveillance à toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :