• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 250,090 lecteurs depuis avril 2009

Qui va se laver ?

Un membre de l'Unité d'urgence de l'Armée espagnole se rafraîchit après avoir travaillé sur un incendie à Mojacar, dans le sud de l'Espagne en 2009 - ©: boston.com/bigpicture

Il est parfois difficile pour certaines pesonnes de comprendre que nous n’avons pas une claire vision de la réalité, mais que nous agissons le plus souvent en fonction de jugements que nous portons sur les autres. Cette petite histoire peut illustrer cela d’une manière métaphorique.

« Supposons que deux pompiers entrent dans une forêt pour éteindre un petit incendie. À la fin, quand ils en sortent, ils vont au bord d’un ruisseau, l’un a le visage tout couvert de cendres, et l’autre est d’une propreté immaculée. Je demande: lequel des deux va se laver le visage?

Cela parait une question idiote: il est évident que ce sera celui qui est couvert de cendres.

Mais c’est faux: celui dont le visage est sale va regarder l’autre et penser qu’il est dans le même état. Et vice versa: celui qui a le visage propre va voir que son compagnon a de la suie partout, et il se dira : « Je dois être sale moi aussi, j’ai besoin de me laver. »

Paulho COELHO

♥ ॐ 🙂 ॐ ♥

Bookmark and Share

Publicités

26 Réponses

  1. Vérifié des milliers de fois, spontanément, dans la joie ou le déni.
    Non pas je regarde l’arbre, mais l’arbre est regardé comme disent les Sages.

  2. Je ne suis pas un fan de Paulho COELHO, mais je suis fortement interpelé par ce petit texte.
    Que vont-ils laver l’un et l’autre au delà d’une simple évidence ?
    Quel film faisons-nous sur le fait que l’un soit couvert de suie mais pas l’autre ?
    Et moi, lequel des deux suis-je ?
    Pas besoin de projeter sur tel ou tel cas extérieur, c’est plus simple ! Et moi dans quel moteur ai-je plongé les mains pour qu’elles sortent « propres » ou « sales » ?

    À tous un rayon de soleil qui éclaire les Pyrénées.

    • Paolo Coelho, je l’ai découvert comme bcp en 94/95 avec sa sortie en France de l’Alchimiste, très belle fable, même si traditionnellement elle est racontée en qqs lignes 😉
      D’atures de ses livres étaient sympas aussi, après …
      Son écriture est aussi très « moderne » au sens de « ce qui se fait et se vend » comme Levy ou Musso. Des personnages au caractère bien défini. Des chapitres courts. Un suspens à la fin de chaque chapitre, qui te fait toujours dire j’arrête de lire à la fin du suivant.
      Mais il y a 50 ans (et plus) un autre homme de talent écrivait déjà comme cela : René Barjavel. C’est une culture cinématographique (américaine)
      Alors même si c’est devenu un style (qui rapporte) ils ne sont pas tant que cela a bien le mener, donc je ne nie pas mon plaisir.
      Même si j’avoue ne pas en avoir lu depuis longtemps et les derniers étaient de moindre intérêts.

      Cette histoire m’a tout de suite fait penser à certains jeux de rôles qu’on peut faire dans des stages, où chaque personne a une couleur sur le front, qu’elle est donc la seule à ne pas voir. Le but du jeu est de se ranger ensemble par couleurs. En général cela va dans tous les sens, avec des personnes qui veulent ranger les autres (puisqu’elles voient leur couleur) jusqu’à ce que la communication puisse passer où chacun puisse connaître sa couleur et se ranger.
      Il suffirait que les deux parlent ensemble pour savoir dans quel état ils sont.

      amitié et à vendredi

      frédéric

  3. Tous au baquet, propre ou sale, ça régénère et ça rend les idées claires. D’ailleurs on n’est jamais ni aussi propre ni aussi sale qu’on le croit, alors…
    Bises

  4. La projection est un phénomène méconnu, et pourtant combien présent dans la société, ce qui engendre des malentendus et des préjugés sans fin. Bon petit texte très vrai. Merci, Frédéric!

  5. Et si le visage était à la fois propre et sale, cela m’irait bien… Bises.

    • véritable koan ! 😉
      Il l’est c’est sûr
      car la propreté et la saleté sont aussi très relatives, suivant les époques et les cultures 😉

      je t’embrasse

      frédéric

  6. j’ai parfois eu un sentiment de saleté à l’intérieur qui me poussait à toutes forces à me laver, laver, laver..
    mais je suis hors sujet, comme d’hab ..
    Belle fin de dimanche à toi Frédéric 😉

    • Oui je comprends tout à fait , c’est aussi quand on mélange les effets et les causes, on peut chercher à lutter contre un effet (qui plus est seulement métaphorique) parce qu’on ne p/v-eut pas regarder la cause pour agir dessus.
      Cela arrive par exemple dans des moments de viol-ence où on cherche à se nettoyer de ce que l’autre a fait, prenant sur soi une culpabiité qui n’est pas la notre

      je t’embrasse

      frédéric

      • j’aurais préféré que tu tombes à côté..
        tu viens de décrire ce qu’il se passait en moi alors qu’en t’écrivant le commentaire je ne me rendais pas compte que c’était cela ..
        tu vois bien que je régresse, je redeviens miro (ô confortable cécité !)
        Bises du lundi, ami

        • Qu’est ce que régresser ?
          La vie est palpitation, comme le sang, le coeur, la sève, le vent dans les feuilles, les graines qui deviennent fleurs qui deviennent graines
          On peut changer de niveau et recommencer la progression dans ce niveau
          Qui peut dire qu’on régresse ?
          pas moi en tout cas 😉

          je t’embrasse

          frédéric

          • moi je me sens régresser, affaiblie, vulnérable,
            démunie devant les incohérences, la mauvaise foi, l’agressivité gratuite et les attaques incohérentes dont je suis l’objet
            La vie n’est plus que peurs, parfois

            Pourquoi ne réponds tu pas à mes mails Frédéric ?

            • Oui ce que tu dis est important, il y a ce qu’on fait et ce que l’on sent (ce que l’on croit) que l’on est.
              En fin de semaine prochaine je mettrai un article sur nos comportements qui paraissent négatifs mais qui sont toujours le résultat de souffrances personnelles.
              Et ce texte démarrera par une mise en garde : toute modification positive que nous attendons ne peut prendre appui que sur la bienveillance envers soi-même.
              La vie peut en effet sembler n’être faite que de peurs. En fait elle est sûrement faite d’agressions, ce qui peut être aidant c’est de passer des peurs à l’action pour se préserver, car comme le dit la phrase traditionnelle : « la peur n’évite pas le danger »

              Pour la réponse à mes mails, je ne comprends pas ?
              je réponds toujours à mes mails, sinon c’est qu’ils se sont perdus dans les limbes d’internet. Mais je peux mettre un peu de temps à répondre en fonction de mes disponibilités, en général je réponds dans les 48 heures, mais parfois cela peut prendre plus de temps 😉

              je t’embrasse

              frédéric

  7. Effet miroir …
    Et s’ils avaient eu l’idée de faire les narcisses et de se regarder dans l’eau du ruisseau ?

    Bien amicalement

  8. oh oui, j’adore, je l’avais lu déjà, c’est excellent
    et tellement vrai

    chaleureusement
    belle nuit à toi

  9. Ambre, la saleté intérieure… Je la connais, elle me force à penser plus humblement à mon éthique (quelqu’elle soit). Elle jaillit et me force à me souvenir.
    Je pense alors, que je ne m’en débarrasserais jamais, et pourtant je la considère comme une école des valeurs, sans laquelle je ne serais pas ce que je suis devenue.
    La culpabilité est proportionnelle à la hauteur de la barre que l’on s’octroie, et pas forcément celle de l’orgueil.
    La culpabilité due au regard des autres… le chemin est long, notre émergence, propre dans leur eau boueuse, est la libération d’une aliénation morale que l’on avait accepté de subir, pour de multiples raisons.
    Bises

    • On ne peut changer le regarde de l’autre, seulement changer comment on le perçoit et ce qu’on en fait
      ce qui d’ailleurs peut changer son regard, tout étant interdépendant
      merci de ton témoignage Viviane

      chaleureusement

      frédéric

  10. Je ne suis pas certaine que moi à la place d’un des pompiers, je ne me regarderai pas dans l’eau. Je ne vois pas l’autre comme un autre moi, comme mon moi-miroir même si je me positionne dans la vie en tenant compte de lui. En vieillissant, notamment -nombrilisme diront certains- j’apprends à me regarder moi.
    Cela me permet aussi, je crois de mieux regarder l’Autre et de derrière la suie qui recouvre sa peau de mieux le voir.
    Bisous
    Arthi

    • C’est sûr de prendre conscience de la suie qui nous recouvre nous permet de comprendre que derrière la suie en face, il y a un autre être humain

      je t’embrasse

      frédéric

  11. J’ai bien aimé cette histoire.
    Si l’homme au visage sale, avait dit à l’autre :
    « Tient comment se fait-il que ton visage ne soit pas recouvert de cendres ? » Etonnement de sa part, interrogation.
    L’autre aurait peut être répondu :
    « Je viens juste de le laver » :))
    L’être humain ne peut pas tout voir, tout savoir.
    Amicalement.

    • c’est sûr qu’en communiquant pour éclaircir ce qu’on ressent, ce qu’on croit voir, permet de résoudre bien des problèmes
      mais là en fait ce n’était que sur la vision, il voit le visage propre, automatiquement il pense que le sien l’est
      Il aurait pu dire aussi « dit donc mon salaud, je me demande si tu as vraiment été au feu, vu la propreté de ton visage ! tire au flanc ! » hahaha 😆

      chaleureusement

      frédéric

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :