• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 248,581 lecteurs depuis avril 2009

Soyez l’hôte et l’invité

cliquer sur l'image pour lire la BD

Aujourd’hui je vous propose une des multiples BD du Chinois Tsaï Chih Chung sur le bouddhisme, le zen, le taoïsme. Celle ci n’est plus éditée mais vous pourrez en trouver bien d’autres.

Beaucoup de personnes qui fréquentent notre Centre de zen me remercient et remercient ma famille d’ouvrir ainsi notre maison au Dharma et de permettre la venue d’un enseignant tel Eric Rommeluère. Mais comme le dit la BD entre hôte et invités il n’y a pas de séparation. Pour ma part je qualifie même sincèrement ma démarche d’égoiste, car cela me permet d’avoir à domicile de tels enseignements sans être obligé d’aller à Paris pour les chercher. C’est donc à chacun, tout en étant invité, de se sentir soi-même « l’hôte des autres » et d’agir le coeur ouvert, en conséquence.

Mais c’est important de revenir à la notion de « moi » et de vacuité qui est la prise en compte d’un moi interdépendant et impermanent. Il ne s’agit pas d’une personnalité qu’on devrait supprimer pour disparaître en l’autre ou en un grand « tout », mais bien d’un état de bien être qui n’est plus centré que sur soi.

Sur ce chemin spirituel nous travaillons à être plus vrai, plus nous mêmes, pour être plus en harmonie avec l’ensemble de la vie, et moins centré sur un moi souffrant.

C’est quelque chose de très délicat d’avancer entre ces deux pôles, ce n’est pas sans risque.

Il y a ce que Chögyam Trungpa Rimpoché nomme le « matérialisme spirituel » qui est de prendre les outils de la démarche spirituelle pour uniquement renforcer l’ego. Il parle alors d’une version égocentrique de la spiritualité.

Et nous pouvons nous abuser sans nous en rendre compte, penser avancer sur ce chemin spirituel et ne s’enfoncer que dans une démarche égoïsme.

C’est pourquoi à cette utilisation des outils de sagesse, le bouddhisme propose d’utiliser en même temps la compassion. C’est notre ouverture à l’autre, qui nous permettra de ne pas nous renfermer sur un faux moi.

Soyons l’hôte et l’invité :).

♥ ॐ 🙂 ॐ ♥

Bookmark and Share

Publicités

18 Réponses

  1. Notre pire ennemi n’est autre que nous-même. Merci pour ce rappel de sagesse et de modestie Frédéric. Bonne nuit

  2. J’ai rien compris. Encore un truc que Ambre va devoir m’expliquer ! 🙂

    • Explique moi très chère Mifa
      ce que tu n’as pas compris 🙂

      bises

      frédéric

      • Je n’ai pas compris la BD chinoise.
        @Ambre : c’était un vent affectueux qui sifflait à tes oreilles. Les choses sont ainsi faites que parfois quelqu’un dit quelque chose et on comprend ce que personne n’a réussi à faire passer jusque-là. C’était le cas la dernière fois où tu m’as expliqué quelque chose.

        • Chère Mifa , peut être n’as tu pas cliqué sur l’image pour voir toute la BD ?
          je PLAISANTE ! 😆
          à vouloir se faire passer pour nounoune ! 😆 hahaha

          pour moi dans la BD un est dans le faire, et dans l’être pendant son action, l’autre est dans l’analyse
          un ne sépare pas, un est dans la discrimination

          on croit jouer un rôle, on les remplit tous 😉

          je t’embrasse

          frédéric

  3. et voilà que l’on dit encore des choses dans mon dos, m’étonnes pas que j’ai les oreilles qui sifflent, pff

    ce que j’aimerais savoir Frédéric c’est si votre Centre de Zen a été ouvert avant, après ou en mm temps que tu as croisé la route d’Éric ?
    pour agir « le coeur ouvert », faut avoir quelque chose à donner (ce qui est ton cas, j’ai pu le vérifier de mes petits zyeux curieux)
    moi je veux bien ouvrir ma maison aux amis, mais à part quelques gâteaux plus ou moins cramés et quelques tranches de rigolade, je ne vois pas l’intérêt que l’on y trouverait
    Quant à l’ego et au faux moi, j’avoue que je ne saisis pas très bien pourquoi tu en parles
    Par modestie ?
    ça m’étonnerait pas de toi ..
    ah…. FrédéricFrédéric ..
    lorsqu’on est VRAIMENT avec qui l’on est et qu’on fait VRAIMENT ce que l’on fait a-t-on VRAIMENT besoin de se demander si l’on est ce que l’on est ?

    • Chère Ambre, le centre en tant que lieu de pratique de zazen a existé grâce à Eric Rommeluère, comme Eric l’explique sur son site, auparant il a été créé par des lamas et rimpoché du bouddhisme vajrayana tibétain. C’est d’ailleurs pourquoi il a un nom tibétain, qu’il a conservé.

      Oui pour agir le coeur ouvert il faut avoir qq chose à donner. Mais QUI n’aurait rien à donner ?
      Je me souviens l’histoire du 1er compagnon d’Emmaus, il est venu voir l’abbé Pierre, qui lui a dit qu’il ne pouvait rien lui donner, mais qu’il lui offrait la possibilité de venir avec lui pour aider les autres. Quelle grandeur « d’âme » cette capacité de transmuter une demande d’aide en action d’aide !

      L’intérêt, est celui de l’amitié, du partage, du soutien. Après il peut être dans le cadre du Dharma ou dans un autre cadre.

      L’ego, le faux moi, est cette image sociale qu’on donne à voir et qu’on protège à tous prix et dont la peur de la voir détruite nous crée tant de souffrance.

      il est important de rester vigilant, l’ego, le mental pouvant prendre des chemins détournés. Par la pratique de la méditation on peut même renforcer l’ego et la souffrance donc, en s’y accrochant, en se fixant des objectifs, en voulant être meilleur que les autres.

      nous sommes tous dans cette situation

      bises

      frédéric

  4. ah le pouvoir de l’altruisme sincère et détaché … merveilleux !

    c’est ce que nous dit aussi le dalai lama … en rigolant :
    « I often joke that if you really want to be selfish, you should be very altruistic! You should take good care of others, be concerned for their welfare, help them, serve them, make more friends, make more smiles, The result? When you yourself need help, you find plenty of helpers! If, on the other hand, you neglect the happiness of others, in the long term you will be the loser. And is friendship produced through quarrels and anger, jealousy and intense competitiveness? I do not think so. Only affection brings us genuine close friends. »
    in ‘Compassion et the Individual’, sur son site

    e

    • Oui, j’ai entendu parler de cet « égoïsme » intelligent ! 😀
      C’est d’une logique imparable !

    • bon cher Eric je dirais que je ne suis pas très doué en anglais, mais ce qu’il dit me semble très juste et plein d’humour. Je dis aussi, d’une façon un peu provocatrice, que l’abbé Pierre était le plus grand des égoistes, lui qui était capable de comprendre qu’il ne pouvait pas être heureux si un humain souffrait, et faisait tout pour les aider (et donc pouvoir in fine être heureux) 😉
      c’est une métaphore bien sûr 😉
      paix à son âme 😉

      chaleureusement

      frédéric

  5. compassion en toute chose en tout instant
    oui, si le repli a du bon pour l’introspection, si le détachement a du bon, si l’ascèse a du bon, tout comme la dévotion aussi… ils ne suffisent pas…
    de la joie, du partage, de l’ouverture…
    du vivant quoi… 🙂

    chaleureusement
    et bisouillement

    • Oui tout à fait chère Lilou, et en plus je ne vis pas la méditation comme introspection, mais au contraire ouverture à ce qui est, en moi en dehors de moi, dans le monde.

      bises

      frédéric

  6. L’égoïsme de Frédéric, d’Éric, de Mifa, d’Ambre, de l’Abbé Pierre (l’ordre est celui qui est venu et n’a rien de délectif) et de tant et tant d’autres inconnus chacun à sa mesure, c’est à dire sans mesure est preuve qu’il n’y a qu’à donner ce que l’on a et parfois même ce que l’on n’a pas. Pas donner pour de défaire du problème, apprendre que j’ai moi aussi autant à donner sinon plus que ce que j’ai reçu. S’inscrire dans le mouvement de la roue dont nous sommes un maillon. Et ce maillon c’est la vie. Il y a des maillon de diamant, d’autres de fil, et chacun est là lié aux autres et c’est tout.

    Avec infiniment de tendresse et d’humilité

    • En tant que parent de famille dite nombreuse, on peut s’appercevoir qu’on peut donner de l’amour sans en perdre, mais au contraire en s’enrichissant.
      L’image de la chaîne et des maillons est belle, pour ma part je préfère encore la métaphore de la corde (et on peut reprendre ton idée qu’il y a des torons de cette corde en chanvre, en laine, en fil, en coton, en lin…), pourquoi ?
      Si un maillon cède, la chaîne cède ! Elle est rompue.
      Si un toron de la corde cède, les autres par solidarité continuent de faire lien 🙂

      avec amitié, tendre, humilité, humour et encore plein de bonnes choses pour toi cher Phuntsok et tous les autres 🙂

      frédéric

  7. Remplacez délectif par sélectif et ça ira mieux. Je vais limer le bout de mes doigts ou changer mon clavier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :