• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 260 005 lecteurs depuis avril 2009

Censure Chinoise (plus précisément, censure d’une Chinoise en France)

lobster johnson

(Lobster Johnson – Dessinateur : Jason Armstrong – Scénariste : Mike Mignola  – Coloriste : Dave Stewart – Editeur : DELCOURT)

Extraits d’un article paru sur Téléréma.fr

C’est ironique, quand on est un artiste chinois, d’être censuré en France pour subversion politique. Critiquer Hu Jintao à Pékin, c’est possible. Mais Nicolas Sarkozy à Paris, ça non, c’est interdit. L’artiste Siu Lan Ko, 33 ans, en a fait les frais hier matin. Son installation a été décrochée en toute hâte de la façade des Beaux-Arts de Paris à la demande de son directeur Henry-Claude Cousseau, alors qu’elle était prévue depuis longtemps dans le cadre de l’exposition Week-end de sept jours. L’œuvre a été jugée trop provocante. Attention, âmes sensibles, nous allons en dévoiler le contenu : Siu Lan Ko a écrit (ô sacrilège) les mots « Travailler », « Gagner », « Plus », « Moins », sur de grandes banderoles noires. C’est tout ? Oui, c’est tout. Juste une référence au slogan bien connu du président français. Son projet peut sembler gratuit, or il est en totale cohérence avec sa démarche artistique : Siu Lan Ko travaille sur les slogans, interroge leur sens, les manipule et les détourne…

En France, il est interdit d’accrocher les mots “travailler”, “gagner” “plus” et “moins”, sur une façade. Comme a pu le constater, effarée, une jeune artiste chinoise, Siu Lan Ko, censurée alors qu’elle exposait ses slogans sur l’immeuble de l’école des Beaux-Arts, à Paris. C’est une blague ? Non.

On l’avait rencontrée en septembre dernier, à Pékin. Découvrant une jeune artiste prometteuse, performeuse engagée, se recouvrant de sang lors des commémorations de Tian’anmen, faisant voyager dans le monde entier des performances subtiles sur le sort des Tibétains – elle a longtemps travaillé au Tibet pour des ONG. Une jeune femme passionnée par les signes, les idéogrammes chinois, les slogans de propagande. Ce qui est paradoxal, c’est qu’elle expose assez facilement à Pékin, où son talent est reconnu, et son travail globalement toléré par les autorités.

Mais à Paris, niet. « Le directeur des Beaux-Arts a peur que ça lui cause des ennuis, et que ça nuise au financement public de l’école », explique Siu Lan Ko. Partenaire de l’expo, la commissaire Clare Carolin (du prestigieux Royal College of Art de Londres) est furieuse. « Mon professionnalisme a été insulté », dit-elle (c’est elle qui avait choisi cette artiste).

« Cet incident reflète bien le climat de peur politique dès qu’on touche à Sarkozy en France, et à quel point la liberté d’expression est bafouée dès que des intérêts économiques sont en jeu », constate l’artiste. Venant d’une Chinoise, le coup fait mal.

Lire l’article intégral.

Siu Lan Ko, “Memory of air” Siu Lan Ko, 33 ans, est une artiste chinoise incontournable. Ses performances mêlent puissance poétique, force conceptuelle et contestation politique. La voici dans une rue de Hongkong, le 4 juin 2006, traçant dans le vide les chiffres 6/4 (4 juin), date du massacre du Tian’anmen.

abonnezvous

Bookmark and Share

14 Réponses

  1. Salut Frederic

    Notre cher pays s’orienterai t’il vers une dictature ? …douce mais certaine en tout cas …au vue des interdictions qui de plus en plus nous enchainent…interdiction ,repression , et intimidation ..mais j’y pense Sarko ne prendrait t’il pas des cours en chine ? il va être un bon èleve !
    alors j’ai envie de dire ; casse toi pov….heu je ne voudrais pas que tu sois censuré !
    Bon week end
    Gérard

    • Ce qu’il faut voir c’est qu’à mon avis il n’y a pas eu de consignes directes de données à cette école pour faire supprimer ces banderolles
      c’est la PEUR qui fait que les gens s’autocensurent ou censurent les personnes qui dépendent d’elles
      un bon système de contrôle se débrouille pour que chacun de part la peur, ne déborde pas et puisse contrôler ceux qui l’entourent
      après « cela marche tout seul »
      jusqu’à ce que cela s’écroule
      car jusqu’à aujourd’hui on n’a pas encore vu de systèmes totalitaires tenir très longtemps !

      chaleureusement

      frédéric

  2. Merci Frederic pour ton bouddhisme engagé (formule que je tiens finalement pour bien équilibrée et équlilbrante !) et pour cette info passée quasi-inaperçue… Je suis assez proche de l’analyse précédente…dictature forte mais qui se fait insensible pour les ensommeillés nombreux de notre pays et gros cul-te de la personnalité de notre nab-po 0-;)
    Bon week-end, paix au coeur pour toi Lung Ta Zen !

    • ensommeillés, oui nous le sommes pour la plupart
      comme je le disais cela permet au système de contrôle de fonctionner d’autant mieux sans contrôle direct
      c’est pourquoi il faut se réveiller, ne pas rester dans ses charentaises 😉

      bises

      frédéric

      « Bien plus que le bruit des bottes, je crains le silence des pantoufles. » – Thierry Van Humbeek

  3. En fait, il a fallu que la créativité d’une ressortissante chinoise soit réprimée… pour que nous apercevions que la plupart des créateurs engagés le sont aussi… Douce la dictature ! nous dit Gérard 😉
    Sournoise surtout, me semble-t-il….

    Bon week end engagé, précieux ami…
    Bises
    M+M

  4. Dernier news ….

    Mise à jour : A la demande du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, qui a d’ailleurs appelé l’artiste pour lui dire qu’il était « désolé de cette histoire idiote », les bannières ont été raccrochées samedi matin sur la façade des Beaux-Arts.

    http://www.telerama.fr/scenes/une-artiste-chinoise-censuree-a-paris,52575.php

  5. Les slogans qu’on subit au travail ne sont pas mal, non plus, et beaucoup s’y laissent prendre. Les gens se trompent de cible en toute bonne foi, parce qu’on leur a bourré le crâne : »ça vaut mieux que d’être au chômage ».
    Et les chômeurs assimilés à des profiteurs.
    Un très vieil exemple de bourrage de crâne répété par un gamin, entendu dans ma jeunesse… » Un clochard est quelqu’un qui ne veut pas travailler ».
    Et le « Dalaï-lama séparatiste » (contre toute évidence) est pas mal comme slogan chinois.
    Je serais très étonnée que cette jeune femme chinoise puisse faire à Pékin, ou à Lhassa (!) , ce qu’elle fait à Hong Kong,

  6. Slogan de la décroissance …soutenable

    GAGNER MOINS POUR VIVRE MIEUX

    Tout un programme

    • oui on souscrit !!! 😀
      pour moi, il manque au programme des mouvements décroissants une vue politique et sociale engagée, clairement de gauche
      mais j’aprouve plus que le capitalisme 😆

      chaleureusement

      frédéric

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :