• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 250,090 lecteurs depuis avril 2009

Aimer plusieurs hommes à la fois, une seconde fois

Un article paru sur le blog de Françoise Simpère. Elle vient de rééditer son célèbre livre et avec le courage de monter sa propre maison d’édition. Je vous avais déjà parlé de son Guide  des amours plurielles.Pour éviter toute polémique (encore que la différence crée la richesse 😉 ) je reprécise qu’il ne s’agit pas d’un texte contre la monogamie, la famille ou un brûlot pour les amours libertins, mais comme le dit Françoise : une réflexion concrète sur les a priori sur lesquels nous fondons notre vie amoureuse, a priori issus de mythes, de contes, de conditionnement social, et qui ne tiennent pas devant la réalité. C’est un hymne à la responsabilité, à l’attention aux autres, à l’autonomie et à la capacité à assumer à être seul, avec le travail que chacun doit effectuer sur l’Ego: avoir confiance en soi et rester humble en même temps. Comme le dit Françoise ce choix ne convient pas à tous, mais il domageable que la monogamie (monoandrie) soit présentée comme seul modèle possible alors que tant de gens en transgressent les principes de base, preuve que ce modèle ne leur convient pas.

Je laisse la parole à Françoise :

« Aimer plusieurs hommes » épuisé depuis début 2009 reparaît en version revue et augmentée. Une nouvelle couverture très très belle, une quarantaine de pages de plus… et 3 euros de moins que la version originale parue en 2002, avantage d’avoir travaillé en circuit court.

Quarante pages de plus ? Oui, parce que sept ans ont passé et bien des choses évolué depuis la première édition, ne serait-ce que l’âge de mes filles, devenue jeunes adultes, et je sais que la question des enfants compte beaucoup pour les Lutins et Lutines. J’ai développé également les remous et les doutes que peut provoquer le Lutinage, car la majorité des lettres que j’ai reçues depuis 7 ans, même d’amoureux pluriels convaincus, montrent que « si la montagne est belle, le chemin est parfois rude et escarpé ». Enfin, le temps qui passe et donne du recul permet d’écrire de façon plus complexe et plus nuancée, sans faire l’impasse sur les questions qui se posent inévitablement quand on change de logique de pensée.

Griotte sur le clafoutis, ce livre inaugure une maison d’édition artisanale que nous créons avec mon cher et tendre. Son nom : Autres Mondes. Sa ligne éditoriale : tout texte- fiction, essai, souvenirs- de nature à offrir une autre logique que celle du monde où nous vivons, pour en imaginer d’autres. C’est vaste, et nous avons en projet un roman qui paraîtra au printemps et un autre… quand l’auteur aura fini de le corriger !

Pour les pressés et les fauchés, « Aimer plusieurs hommes » est d’ores et déjà en vente sous forme numérique au prix de 8 € TTC (TVA de 19,6% sur les livres numériques !) permettant deux téléchargements.

Pour les fans passés et à venir de ce livre, la version papier sera disponible, avec dédicace personnalisée et frais de port offerts du 7 janvier au 30 janvier. Il vous suffit pour cela de m’envoyer à partir du 4 janvier aux éditions « Autres Mondes »- voir coordonnées ci-dessous- le nom et l’adresse où doit être expédié le livre, la personne à qui le dédicacer, en joignant un chèque à mon nom de 14 € par exemplaire souhaité.

Après le 30 janvier, le livre sera disponible, sans dédicace et avec participation aux frais d’envoi, sur le site www.autresmondesdiffusion.fr

♥ ॐ 🙂 ॐ ♥

Bookmark and Share

Publicités

24 Réponses

  1. C’est assez courageux de proposer une autre manière de vivre l’amour. Le grand A n’étant surement, en fait, que celui que l’on porte à l’autre, plusieurs autres, et surtout à soi.
    Cela permettrait des frustrations en moins même si cette manière de penser est tout de même bien difficile à vivre dans notre société.
    Merci de cette lecture bien dérangeante (dans le bon sens du terme), plus que choquante!

    • Désolé mais il me semble que rêver du grand A c’est risquer de passer à côté de l’amour en général et en particulier,
      dans un couple ce sont deux humains qui se rencontrent, rarement deux éveillés (mais je ne parle que de ce que je connais 😉 ) avec leur complexité et leurs limites
      se dire que notre amour est déjà en risque lorsqu’il nait c’est s’autoriser à le questionner, à questionner l’autre, notre relation commune
      J’avoue que j’ai toujours été plus sensible au miracle qui consistait à semer, récolter, moudre, pétrir, cuire pour faire du pain que de les multiplier d’une manière magique 😉

      chaleureusement et avec amour 🙂

  2. zut alors je pensais avoir commenté sur méditation à Nantes…ou alors j’ai du oublier d’appuyer sur submit comment…bref je disais c’est loin nantes mais un jour au printemps, je viendrai. Juste pour le plaisir et la curiosité….Je sais je sais Curiosity kills the cat !

    J’ai aimé plusieurs hommes mais pas en même temps. C’est mon éducation judeo-chrétienne qui y a certainement fait obstacle. ceci étant, j’aime mon mari (qui est aussi mon amant) mes enfants, mes amis, ma famille…Hé ça va ! ça fait du monde l’air de rien !

    Bon Week-end avec tes femmes 😉

    • La polygamie/andrie n’a jamais été aussi présente qu’à notre époque, certes en effet souvent d’une manière successive
      Si notre vie est riche d’aimer un seul être pour avoir envie d’être en couple seulement avec lui, c’est super 🙂
      Et en effet nous aimons plusieurs amis, plusieurs enfants, et jamais nous ne nous posons la question si cela sera possible, si on peut partager cet amour

      Ce week-end sera méditation avec les amis 🙂
      Pour mes femmes, il n’en reste plus bcp à la maison, sur 5, 4 sont parties, elles sont majeures, vaccinées et pour certaines déjà mères 😆

      chaleureusement (et au plaisir de t’accueillir -en couple 😉 – quand tu seras prête à faire les 1 heures de 4 voies 😆 )

      et sinon en effet :

  3. je redis ce que je dis depuis le début
    c’est déjà pas simple d’AIMER un homme
    alors plusieurs ..

    • la phrase est complexe en soi
      On peut dire que pour nous autres humains il est complexe d’aimer
      Ensuite si on peut aimer plusiers personnes à la fois, il est difficile (impossible ?) de vivre plusieurs passions à la fois, mais la folle passion amoureuse n’est qu’une étape dans l’amour
      certains d’ailleurs vont de liaisons en liaisons par addiction à cet état là

      Mais jene peux que conseiller à tous de lire le livre pour s’éclaircir les idées si besoin est 🙂

      bises


      • je parlais d’amour Frédéric, pas de « passion »
        étymologiquement, dans la passion nous sommes « passifs »,
        cela n’a rien à voir avec l’amour, tel que je l’entends, c’est à dire « quelque chose » qui se confectionne, qui se reconstruit au jour le jour, et surtout qui n’est jamais acquis
        Peut être que l’amour, c’est ce qu’il reste (ou ce qui peut rester, pour peu qu’on se « batte » pour ça, qu’on se batte avec sa volonté et son désir je veux dire) c’est ce qu’il reste lorsque la « passion » du début de la relation est retombée ?
        Ce qu’a écrit Lilou est très proche de ce que je ressens et de ce que j’ai vécu
        je suis en capacité, je l’ai fait, de vivre aux côtés du même homme pendant 10, 15 ans sans me lasser, en le voyant chaque jour avec des yeux nouveaux, avec le mm amour, le mm élan
        mais quand cela n’est pas partagé, qd l’autre en face ne prend pas cette mm responsabilité de « reconstruire » chaque jour l’amour, peut on dans ce cas parler d’amour ? c’est la question que je me pose aujourd’hui

        • Oui nous sommes d’accord sur les mots mais peut être pas sur ce qu’ils engendrent 😉
          Tout amour démarre par une phase passionnelle, l’autre est tout pour soi, son principal côté négatif est d’ailleurs le sentiment de manque qu’il y a lorsqu’il n’est pas présent. Dans une phase suivante, l’amour de chacun enrichi l’autre et le couple, normalement chacun s’en nourrit et le nourrit, pour y trouver donc une autonomie tout en restant en lien fort.
          ce que je dis c’est qu’il me semble que durant la 1ère phase nous sommes centrés sur UN être, et qu’après nous nous ouvrons à d’autres êtres (pour toutes sortes de relations)

          Passion n’a pas à voir étymologiquement avec passif, je dirais même que c’est plutôt l’inverse, c’est au contraire la recherche active de la fusion avec l’autre. Etymologiquement cela vient du latin et désigne la souffrance !! 😮
          La relation de couple est en effet pour moi aussi qq chose qui se tisse au jour le jour, sans fin et en effet je dirais aussi que c’est ce qui se construit après la tempête de la passion

          L’amour est principalement une relation à deux (minima 😉 ) pour être justement source d’enrichissement de chacun et du couple
          S’il n’y en a qu’un il peut y avoir plusieurs situations, comme par exemple :
          1/// en général il y en a un qui souffre de voir son amour non reçu et de ne rien recevoir en retour
          2/// soit celui qui donne et ne reçoit rien est dans un schéma personnel de « soignant » et continue à donner malgré le déni de l’autre, espérant le sauver & le ramener dans l’amour (cela marche-t-il ? il faudrait une étude ou des témoignages 😉 )
          3/// un des deux serait dans une démarche de Bodhisattva, il donne de l’amour à tous les êtres vivants, pour les aider à atteindre le bonheur, dont à celui avec qui il partage son couple sans retour. celui ci sûrement n’en souffre pas, mais à une autre hauteur de vue je suppose

          bises

  4. Aimer plusieurs hommes à la fois
    Ce peut être aussi ..
    Aimer le même homme à plusieurs voix
    En écoutant ce qui chante en soi
    Selon l’angle où on le voit .
    Et l’aventure toujours nouvelle à chaque pas
    N’en finit pas.

    • ôôô Lilou, MERCI !!!!
      tu as exprimé tout à fait ce que je voulais dire, mais tellement plus joliment !

    • Bien entendu et heureusement chère Lilou 🙂

      Merci à toi

      bises


      • comment ça t’es crazy about Lilou ?
        eh bien moi je boude !


        • Dans le bouddhisme il y a des concepts importants qui sont nommés : Les 4 incommensurables :Maitri, Karuna, Mudita, Upekcha
          Ce sont en fait 4 facettes de l’amour actif. Ils sont reconnus comme incommensurables car aux effets illimités :

          – L’amour, le souhait que tous les êtres trouvent le bonheur
          – La compassion, le souhait que tous les êtres ne souffrent plus
          – La Grande Joie : le souhait que tous les êtres soient dans le bien être sans souffrance de l’instant
          – L’équanimité, le souhait que tous les êtres ne soient pas prisonniers de leurs passions, ni éloignés de tout ce qui est vivant et de son contexte

          bises


  5. La polyandrie devrait être une option possible, elle existe dans certaines sociétés, et l’exemple de celles où existe la polygamie montre que ce peut être bénéfique à ce type de famille. J’ai lu, il y a longtemps, un livre de SF où existait un « mariage familial’, qui perdurait dans le temps, chaque nouvel « époux » ou  » épouse  » s’insérant naturellement dans le groupe, chaque homme étant l’époux de toutes les femmes et chaque femme l’épouse de tous les hommes, et chaque génération s’intégrant aux autres. Cela m’avait paru une excellente idée. Le résultat était harmonieux, y compris pour les enfants. Evidemment, on peut penser au comportement inacceptable de certaines sectes, mais ce n’est pas le propos ici.
    Il n’y a aucun argument sérieux qui s’oppose à la polyandrie ou la polygamie, hors le modèle légal.

    • Comme tu le marques par ailleurs : liberté ET responsabilité (et non pas manipulation, comme cela peut se retrouver dans des sectes et dans TOUTES relations qu’elle qu’elle soit ! 😦 )

      chaleureusement


      • il faudrait aussi souligner que chacun d’entre nous peut être « manipulateur » sans obligatoirement en avoir conscience
        je pense notamment aux jeux de séductions féminins pour obtenir ce que l’on veut 😀
        (c’est pas pour rien qu’on dit « ce que femme veut, Dieu le veut » ;-))

        • Il faudrait le souligner en effet, mais est ce réel ? Je n’ai pas la réponse. Peut on manipuler l’autre, c’est à dire l’amener à faire ce que l’on désire contre sa volonté première, sans soi-même le savoir ??????? ❓
          Il me semble que les jeux féminins (et peut être aussi masculins ? 😉 ) sont tout à fait conscients quand au désir du but atteindre,non ? Je ne sais pas je ne suis pas une femme ! 😉

          bises

          • je le pense, oui, on peut manipuler l’autre sans en être conscient
            Par ex lorsqu’une de mes filles était ado, j’ai quasiment choisi pour elle de prendre espagnol en 2e langue et non pas allemand comme elle le souhaitait ardemment, au prétexte que son niveau grammatical en français était trop modeste pour qu’elle suive correctement
            Aujourd’hui elle me dit que j’ai eu raison – mais elle me dit aussi qu’elle veut toujours apprendre l’allemand et que c’est son grand regret de ne pas l’avoir fait
            A partir du moment où ma fille était en âge de faire des choix, n’aurais je pas dû le respecter ? à partir de là n’est-ce pas de la manipulation inconsciente, une façon de « contrôler » la scolarité de ma fille ?

            • désolé, mais ton exemple ne me semble pas probant pour valider ton hypothèse 😉 ou alors je ne l’ai pas compris
              Tu as fait un choix basé sur des critères rationnels, reconnus par l’éducation et même par ta fille, mais comme tout choix il a ses limites et n’était pas obligatoirement le bon, mais qd ilest pris, c’est le seul présent qui existe ensuite 😉

              Il pourrait y avoir plus manipulation si par exemple un parent n’avait jamais fait espagnol et en avait toujours rêvé et du coup fera tout pour que ses enfants fassent espagnol
              Mais si le parent peut être inconscient de l’origine de sa manipulation, il est bien conscient qu’il fait tout pour que son enfant suive ce qu’il prône

              bon mais je n’ai pas de réponse, je pose la question : peut on manipuler sans le savoir ?

              bises

  6. le seul et vrai débat ne réside ni dans la culture ni dans les conditionnements ou la moralisation
    le débat est toujours le même: que signifie le mariage monogame
    s’il n’y a que ça pour unir les êtres alors on a le choix d’accepter ou non les modalités de ce contrat de réciprocité de la préférence de vie commune et de l’exclusivité supposée (on rappelle qu’on se promet fidélité et non exclusivité amoureuse et/ou sexuelle… sans vouloir chipoter)
    dès lors qu’il y a contrat par mariage, il y a des obligations spécifiques, il n’y a pas à revenir là-dessus,
    aujourd’hui nul n’est contraint au mariage, le mariage monogame a donc un sens précis, libre à chacun de le réaliser. Si l’on ne peut l’honorer conjointement dans ses termes, sans défaire.

    maintenant on peut discuter de l’intérêt de contractualiser une union non monogame, voire bisexuelle

    sujet dans l’air du temps
    belle soirée à toi

    • La contrainte peut être autre chose que purement légale, elle peut être sociale.

      Le débat peut en effet se situer sur les origines & objectifs de la monogamie, qui est une contrainte plus faite aux femmes (la femme adultère lapidée dans la Bible) et qui permet de garder le pouvoir de l’un sur l’autre.
      On peut parler de l’importance éventuelle d’être en couple pour élever ses enfants, ce qui est fort probable, mais hélas notre système actuel prouve qu’il ne fonctionne pas (vu le nombre de divorces et de familles recomposées), mais il me semble logique que dans certaines périodes de la vie on se consacre plus particulièrement à sa famille et au parent de ses enfants

      En fait ce qui me parait important c’est la liberté de choix, la responsabilité à l’assumer et l’égalité de traitement

      chaleureusement

  7. une femme à plusieurs hommes?halalaaaa 😀 ce serait plus une femme alors..mais une serpillère mdr :-D..non sérieux..moi je me verrai femme à un seul homme..si jamais ça foire avec..ben là on essaie autre part..mais jamais 3 même pas 2 en même temps rhooo 🙂 …
    pour ce qui est de ta question:le berbère j’en ai quelques ‘bribes’,je tiens ça de ma mère née et grandie côté ‘zayane’ au Maroc..pour le ‘kabyle’ c’est une langue berbère parlée en kabylie en Algérie..ici le nord parle berbère( comme le kabyle) alors que le sud parle ‘chleuh’..mais pour nous,qui parlons arabe, ils sont tous chleuh mdr 😀 bien à toi 😉

    • Merci pour ta réponse (pour la langue pas la serpillère 😆 )
      je découvre et du coup je me suis interrogé, car nos (grands)parents lorsqu’ils parlaient des Allemands lors des deux secondes guerrs mondiales parlaient des « chleus » je me demandais donc le rapport ? Et je l’ai trouvé dans l’histoire de la colonisation (évidemment) et de la stigmatisation de la différence (comme d’habitude 😦 ) :

      De Chleuh, un peuple berbère du sud-ouest marocain.
      Lors de la Première Guerre mondiale, le mot apparait avec le sens de « soldat des troupes territoriales » dans l’argot des soldats combattant au Maroc. (1936) Avec le sens de « frontalier parlant une langue autre que le français : comtois ou alsacien ». (1939) Le sens évolue vers « personne allemande ou de langue allemande » (à Metz d’après Dauzat) puis, vers mai 1940 « militaire allemand ».

      chaleureusement


      • merci pour cette explication car moi aussi en lisant le comm de Nj je me posais la question du rapport entre les « chleus » et les Berbères 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :