• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    décembre 2009
    L M M J V S D
    « Nov   Jan »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 247,614 lecteurs depuis avril 2009

L’altruisme du Zen

Extrait d’un article lu sur le site de l’UBF

L’expression « L’altruisme du zen », plutôt que « L’altruisme dans le zen », parce que le mot zen lui-même est la prononciation Japonaise du mot sanscrit « dyana » qui veut dire recueillement et le recueillement, c’est l’acte fondateur du bouddhisme. Le Bouddha s’est installé sous son arbre, après avoir fait différentes pratiques pour essayer de trouver la sagesse pour lui-même et surtout, il a essayé de trouver cette sagesse pour qu’elle lui permette d’aider tous ses contemporains et tous les gens du monde, y compris nous, quelques siècles plus tard. N’ayant pas trouvé la plénitude de la sagesse dans ces pratiques, il s’est tout simplement assis sous un arbre en disant qu’il ne bougerait pas de là, tant que la sagesse et la vérité qu’il avait cherchées pendant des années, ne viendraient pas à lui. C’est cet acte fondateur qui s’est perpétué dans tous les courants du bouddhisme et en particulier dans la lignée dont je suis un des héritiers : le zen.

C’est l’expression d’un message qui soulage tous les êtres vivants, tous les êtres qui souffrent de leur mal-être, de leur mal de vivre, de leur tristesse, de leur peur de la mort surtout, qui est la souffrance des souffrances en quelque sorte. Et cet acte ne peut apporter la sagesse à quelqu’un que s’il est fait avec une dimension qui le dépasse. Les deux jambes de la pratique du bouddhisme dans son ensemble et pratiquement de toutes les religions dans l’univers, c’est de pratiquer le recueillement pour faire apparaître, émaner de soi la sagesse et en même temps le faire en faisant le vœu de sauver tous les êtres, aussi innombrables qu’ils puissent être.

L’altruisme est d’abord un état d’esprit. Il y a d’abord cette sagesse que l’on intègre en soi, ou que l’on fait se révéler en soi par la pratique de l’immobilité, puisque c’est ce qu’a pratiqué le Bouddha sous son arbre.

C’est lorsque vous avez trouvé la tranquillité parfaite dans l’immobilité complète, ce que l’on appelle le recueillement accompli, le samadhi en sanscrit, à ce moment-là, votre cœur est complètement ouvert, d’abord dans l’expression de la joie. C’est un état d’esprit de joie qui se manifeste et cette joie là est communicative, on entreprend les choses avec enthousiasme. Et par ailleurs, dans la pratique de cette sagesse, au moment de ce recueillement accompli, l’être humain appréhende l’univers de façon très large et intègre tous les paramètres de la vie sans à priori, sans réticence, sans jugement, sans se dire que cela lui plait ou pas.

Ce sont les trois états d’esprit qui émanent de la pratique du recueillement, face au mur, ce qui surprend beaucoup les gens.

La générosité   c’est transmettre cette sagesse et ce message d’espoir envers les gens qui souffrent à travers quatre attitudes, quatre méthodes :

  1. Le don, c’est donner la parole de sagesse, mais c’est aussi se donner soi-même, donner son temps, donner tout son savoir, donner son enthousiasme aussi, sans arrière pensée , sans jugement et sans même attendre de merci.

  2. La parole aimante, parler avec amour. Maître Dögen justement nous dit qu’il faut parler aux gens avec cette idée que le Bouddha a donné sa vie, a consacré sa vie à s’occuper de tous les êtres qui souffrent comme des bébés qu’il prend dans ses bras. Même si parfois on est sévère, car on peut fort bien dire quelque chose de très sévère à quelqu’un, mais avec amour.

  3. Agir pour le bien d’autrui.

  4. L’empathie veut dire « être en souffrance en même temps », selon l’étymologie du mot en français, prendre la même maladie, mais cela ne veut pas dire subir le problème de l’autre… c’est s’identifier à l’autre, justement pour permettre au message de mieux passer d’une certaine façon et de soulager.

On peut dire que tout l’ensemble, ces quatre attitudes, qualifie la compassion.
Lorsqu’on parle du bien ou du mal dans le bouddhisme, c’est toujours avec l’idée d’apporter aux personnes, non pas un bien matériel nécessairement, mais d’apporter le soulagement de ce mal-être, de cette grande douleur pour certaines personnes. C’est cela qui est « faire le bien ».

Maître Kengan Robert

Lire l’article dans son intégralité.

♥ ॐ 🙂 ॐ ♥

Bookmark and Share

Publicités

14 Réponses

  1. En lisant cet article, en le laissant reposer en moi,
    une voix profonde se lève pour te dire:
    Tu  » fais le bien  » à travers ce blog.
    Merci.

  2. Compassion : état naturel de l’être humain, caractérisée par une ouverture aux autres spontanée, généreuse, fluide, vaste et illimitée.
    Une fin d’année lumineuse et paisible pour toi
    Michel

  3. OUI, comme Lilou nous le dit : « Tu ” fais le bien ” à travers ce blog. »
    Et faire plus, que souligner quelques notions particulièrement utilement éclairantes de ce texte serait sans doute assez vain… aussi soulignerais-je :

    « Les deux jambes de la pratique du bouddhisme dans son ensemble et PRATIQUEMENT DE TOUTES LES RELIGIONS DANS L’UNIVERS , C’EST DE PRATIQUER LE RECUEILLEMENT pour faire apparaître, émaner de soi la sagesse et en même temps le faire en faisant le vœu de sauver tous les êtres, aussi innombrables qu’ils puissent être. »

    « au moment de ce recueillement accompli, l’être humain appréhende l’univers de façon très large et INTEGRE TOUS LES PARAMETRES DE LA VIE SANS A PRIORI, SANS RETICENCE, SANS JUGEMENT, sans se dire que cela lui plait ou pas. »

    « 2- La parole aimante, PARLER AVEC AMOUR….
    Même si parfois on est sévère, car on peut fort bien dire quelque chose de très sévère à quelqu’un, mais avec amour. »

    Sévère ou SERIEUSEMENT… parce que parler avec amour ce n’est nullement être « mièvre » ce n’est pas que du « bon sentiment » c’est avoir intégré tout ce qui est offert dans ce texte même sur des chemins autres que le Zen…
    Et, c’est aussi avoir intégré, par la voie de la méditation, du recueillement … que :
     »
    Ce qu’on pense, ce qu’on veut, ne veut pas,
    ce qu’on craint, qu’on espère,
    tout cela va et vient,
    ce n’est pas la vraie vie,
    c’est la couleur du temps. »
    (Henri Gougaud – in L’Expédition)

    MERCI, Frédéric, pour cet extrait de la parole de Maître Kengan Robert et pour tous les trésors de sagesse que tu nous offres quotidiennement…
    Prends bien soin de toi, tu nous es infiniment précieux.

    Je t’embrasse
    Michèle

  4. Merci pour les textes et aussi pour toutes les bonnes pensées que tu déposes comme des fleurs sur mes blogs. Bonnes fêtes.

  5. comme disent Lilou et Mutti
    tu fais le bien – et tu le fais bien

    Heureuses fêtes de fin d’année à toi et aux tiens
    je t’Ambr’asse 🙂

  6. je t’embrasse et je te souhaites de belles fêtes , que paix, Amour, et joie illuminent tes jours, je t’embrasse.
    Virginie

  7. Merci pour cet enseignement Frédéric…

    Belle et douce année Frédéric, qu’elle soit pour toi source de tous les possibles et de tous les bonheur.
    Je t’embrasse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :