• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    novembre 2009
    L M M J V S D
    « Oct   Déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 248,136 lecteurs depuis avril 2009

Méditation et émotions

Une question revient régulièrement : « Si je pratique la méditation, en quoi cela m’aidera à gérer mes émotions dans la vie quotidienne ? ».
La méditation n’est pas un mode managérial qui tenterait de « tenir » ou ce supprimer les émotions de la vie.

En fait pratiquer la méditation c’est apprendre à voir, à oser (se) regarder de face, à s’ouvrir, sans juger, sans rejeter.
Et c’est cet apprentissage qui permet dans la vie quotidienne de prendre conscience de l’émotion qui monte et d’arriver à ne pas se prendre pour cette émotion et à retrouver en soi le calme inhérent, qui permet de poser des actes adéquats, justes.

Pour parler de la méditation, on donne souvent l’exemple de l’eau boueuse dans un verre, il faut attendre dans le calme, sans mouvement, pour que chaque particule de boue retombe au fond du verre et que l’eau devienne claire.

Mais ces particules sont aussi des oligo-éléments qui donnent la spécificité nourrissante de l’eau. Ainsi il n’est pas question de supprimer les émotions du quotidien. Par exemple face à une injustice on peut sentir monter la colère en soi.
Mais on voit cette colère, on n’est pas inconsciemment emmené par elle. On sait que nous ne sommes pas cette colère, mais qu’elle est une énergie issue de notre esprit face à une iniquité.Et enfin on peut utiliser cette énergie pour chercher à faire cesser l’abus, la persécution, l’injustice sans être prisonnier d’un idéal, mais en restant dans le concret.
C’est ce qu’on appelle la « colère saine ».
C’est la même chose lorsqu’on ressent de l’amour pour une autre personne.

Chercher à supprimer les émotions pour atteindre un état de parfaite sérénité apparente serait plus dangereux qu’autre chose.

« Le monde n’est pas parfait, et nous ne pouvons pas le rendre parfait. Tout au plus pouvons-nous en arrondir quelques angles.
Ça ne veut pas dire que notre existence soit nécessairement misérable. Au contraire, c’est si nous n’acceptons pas cette imperfection que nous souffrons. Nous sommes tous sujets à la peur, à la tristesse, à la colère, au dégoût, à la honte, à la jalousie et à d’autres émotions . Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons rien y faire. Mais c’est si nous nous voulons parfaits que nous commençons à souffrir : nous ressentirons du découragement ou de la culpabilité ; si nous voulons les autres parfaits, nous ressentirons du mépris ou de la colère.
La volonté de perfection devient vite une tyrannie qui ne peut engendrer que de la peine.  »

Luc Élias-Kawada

La méditation nous permet d’être en contact avec cette imperfection qui fait de nous des humains à part entière, capables de poésie, d’art, d’amour.

«  Ne pas porter une armure qui nous protège de tout, mais garder vivante la tendresse de notre coeur est le signe de l’humanité en nous. Il existe une sagesse dans nos émotions qu’il est possible de reconnaître. Nous n’avons pas à nous délivrer de notre propre humanité, mais à apprendre à l’écouter. Laisser être n’est pas indifférence. »

Fabrice Midal

Notre nature de Bouddha s’exprime aussi dans ces émotions même si souvent elles créent de la confusion. Suivre le chemin du Bouddha c’est en fait chercher à éclaircir cette confusion, ces troubles émotionnels pour laisser apparaître notre nature de Bouddha.

Il ne s’agit donc pas tant de courir après l’éveil d’un être parfait que nous serions dans un temps futur et hypothétique, mais de plutôt réduire cette confusion mentale qui nous empêche de voir clair.

« L’illumination est permanente parce que nous ne l’avons pas produite, nous l’avons seulement découverte »

Chögyam Trungpa

La méditation c’est avancer pas à pas sur un chemin que l’on défriche chaque jour. L’éveil n’est pas le chemin dégagé, mais le chemin qu’on parcourt avec toutes les émotions qu’il comporte.

♥ ॐ 🙂 ॐ ♥

Bookmark and Share

Publicités

11 Réponses

  1. j’aime beaucoup l’image qui accompagne ton texte, cet escalier entre les arbres, ce long chemin qu’il me faut parcourir pour un jour vous rejoindre un peu, ( j’ai fait hier une photo qui ressemble un peu à la tienne, il n’y a pas l’escalier ) j’aime me plonger dans une sorte de méditation, mais je ne sais pas vraiment si je médite ou pense , je suis toujours envahie de pensées et j’ai du mal à laisser couler.
    bonne journée Frédéric.

    • Mais justement chère Rolky, il n’y a pas de chemin à parcourir, je dirais même qu’il n’y a qu’à arrêter de parcourir un chemin, mais de se poser
      Si qqn te dit qu’il est plus loin (ou haut, enfin qu’il est plus qq chose) et qu’il peut te donner les moyens de le rejoindre, fuis le ! Nous sommes tous à notre place, c’est comment nous pouvons être complètement à cette place qq soit, et pour certains ce n’est pas une place facile.

      Il me semble que d’après mon expérience, que lorsqu’on médite on ne pense pas, mais qu’il peut y avoir des pensées.
      Logique au début d’être envahi par ces pensées.
      Le voir est important (c’est le cas pour tout le monde, mais peu de personnes en prennent conscience, croient être conscients alors que leur tête fonctionne toute seule), l’accepter ensuite, laisser faire enfin et revenir au fait de se poser.
      voir qqs écrits sur ce blog ou ailleurs, comme ici ou ici , ici, ici , ici, etc…

      bises

      frédéric ☼


  2. Se transformer soi-même pour mieux transformer le monde…

    Très peu de temps pour le net en ce moment.
    Belle soirée

  3.  » Les émotions sont les messagères de notre vérité ..
    Refusons de toutes nos forces de trahir cet enfant que nous avons été, cet enfant à qui nous avons fait tant de promesses! écoutons le vibrer en nous , il est encore vivant!
    Il vient vers nous et dans sa petite main qu’il nous tend, il tient le secret message de nos émotions.
    Accueillons cet enfant comme il le mérite, c’est notre premier devoir envers la vie.
    L’essentiel n’est il pas d’être attentif aux sanglots de notre âme ?  »
    Dominique Chapot – « Emois en moi « 

  4. Merci pour toute cette réflexion passionnante.
    Les phrases de Fabrice Midal et de Chögyam Trungpa touchent le coeur même de ma réflexion, et de ma pratique, actuelles.
    Cette idée que nous n’avons pas à « fabriquer quelque chose » mais juste à laisser advenir quelque chose déjà présent en nous, et cette idée que pratiquer zazen ne revient pas à taire nos émotions sous peine de déshumanisation me touche au plus profond.

    • Merci à toi cher Homme au bois dormant, on ne peut que te souhaiter de recevoir le baiser de la Princesse 😉
      Qui peut véhiculer des idées comme quoi le zen serait de taire nos émotions ? 😦

      chaleureusement

      frédéric °¿°


  5. merci pour la belle citation et la très belle image sur les ‘émotions frederic et dominique chapot n’ayant pu trouver le lien pour ‘offrir ce tres beau message ensemble sur facebook je me permets de le mettre sur mon mur !en l’introduisant par votre lien méditations et emotions !encore MERCI et BRAVO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :