• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    novembre 2009
    L M M J V S D
    « Oct   Déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 257,484 lecteurs depuis avril 2009
  • Publicités

Peut-on essayer la méditation ?

Peut-on essayer la méditation ?
Parfois des personnes viennent en disant « j’aimerais bien essayer la méditation ».
Que répondre ? « Essayer c’est l’adopter » ? ou « essayer c’est prendre le risque de ne pas en faire » ? ou « essayer c’est s’exposer à toujours essayer » ?

Benjamin Schoendorff cite à ce propos John Forsyth :

Je me demande si essayer vous aide où si ça contribue à ce que vous vous sentiez coincé.

Par exemple, si vous posez un stylo par terre et ‘essayez’ de le ramasser, que se passe-t-il? Montrez moi à quoi cela ressemblerait d’essayer de ramasser le stylo. Si vous le ramassez, ça n’est pas essayer de le ramasser, c’est le faire.

Essayer a tendance à nous garder les mains suspendues juste au dessus de la vie, pas tout à fait au contact des choses.

Alors peut-être qu’essayer est une de ces choses auxquelles vous pouvez cesser de vous agripper.

La méditation est une ouverture naturelle à ce qui est, sûrement que si on essaye de s’ouvrir, on est dans un paradoxe qui fait tout sauf s’ouvrir.

Bien sûr on peut avoir peur de s’affronter dans ce moment de silence, ou peur de ne pas réussir face aux multiples pensées qui vont aborder notre conscience par exemple. Mais on a pu voir que ce vagabondage mental n’était pas un obstacle en soi, donc on peut rentrer dans l’expérience méditative à pieds joints (ou en lotus 😉 ) sans chercher à essayer, sans crainte, sans objectif.

« si une centaine de pensées surgissent en vous en l’espace d’une minute, cela veut simplement dire que vous disposez d’une centaine de supports de méditation.

Vos pensées s’apparentent au fait de regarder un film. Sur l’écran il se passe un grand nombre de choses, mais nous n’êtes pas dans le film ou sur l’écran. Il y a un espace entre vous et ce que vous regardez. La même chose doit se produire quand vous observez vos pensées. Vous ne créez pas cet espace vous-même, puisqu’il a toujours été là : vous vous donnez simplement l’occasion de remarquer sa présence. Contentez vous de laisser se dérouler les pensées comme des adultes qui regardent leurs enfants construire des châteaux de sable ou jouer à la guerre avec des soldats en plastique. Les enfants s’impliquent intensément dans leur jeu, mais les adultes se contentent de les observer; en souriant de les voir si sérieux.

Le seul moment où la méditation cesse d’être méditation, c’est lorsque vous essayez de contrôler ou de changer ce que vous percevez. Toutefois si vous appliquez votre attention à cet effort de contrôle lui-même, vous ne quittez pas la méditation.

Aussi longtemps que vous maintenez votre attention, votre pratique est une méditation, quoi qu’il arrive par ailleurs.

Si vous vous souvenez que la conscience de tout ce qui se passe est méditation, méditer devient beaucoup plus facile que vous ne le pensiez. »

Yongey Mingyour Rimpoché

En abandonnant l’idée d’être un bon méditant ou celle de chercher à contrôler sa méditation, on peut s’ouvrir à cet espace méditatif en nous, sans craintes. Il n’y a plus à essayer mais à pratiquer.

«  la méditation ne consiste pas à essayer d’atteindre l’extase, la félicité spirituelle ou la tranquillité, ni même à chercher à s’améliorer. Elle consiste simplement à créer un espace où il est possible de déployer et défaire nos jeux névrotiques, nos auto-illusions, nos peurs et nos espoirs cachés. Nous produisons cet espace par le simple recours à la discipline consistant à ne rien faire. «

Chôgyam Trungpa

Pour faire une comparaison osée, mais vous avez compris que j’aime les comparaisons osées 😉 ;

qui penserait essayer de faire l’amour ?

« Les personnes qui comprennent le principe du wou-wei (Agir sans avoir l’intention d’agir) savent qu’il est possible d’être ingénue sans être vierge, libertine sans être une prostituée, de même que doux et viril à la fois.

Nous sommes tous des êtres complexes aux multiples facettes. Certaines s’harmonisent bien entre elles alors que d’autres semblent s’opposer totalement. Selon que nous sommes au travail, à la maison ou dans la chambre à coucher, nous sommes quelqu’un de différent.

Le zen nous enseigne à faire l’amour avec tout notre être. Au lit, soyez à la fois innocence et expérience. Que votre cœur soit pur, mais également rempli de désir pour votre partenaire. Procurez-lui simultanément l’excitation du danger et le confort de la sécurité. Ne vous contentez pas d’essayer, agissez! »

Philipp Toshio Sudo

N’essayez donc pas la méditation ! Méditez ! 😉

 

 

♥ ॐ 🙂 ॐ ♥

Bookmark and Share

Publicités

18 Réponses

  1. Est-ce erroné de dire qu’on médite sans se dire : « je médite » dès lors qu’on observe – qu’on prend conscience, même brièvement, de ce qui nous passe par la tête, ou de nos sensations ?

    • Pour savoir si c’est erroné ou pas, il faut poser la question à un maître de méditation

      Pour ma part et fonction de ma petite expérience, je dirais que observer, n’est pas suffisant pour dire qu’on médite, même si on passe souvent pas l’observation pour arriver à la méditation
      mais pour moi c’est plutôt une ouverture inconditionnelle à ce qui est
      difficile d’en plus, de trouver des mots pour cela

      bises

      ▷ frédéric

      • Merci. Pourtant, en relisant un des textes que tu cites :

        « Le seul moment où la méditation cesse d’être méditation, c’est lorsque vous essayez de contrôler ou de changer ce que vous percevez. Toutefois si vous appliquez votre attention à cet effort de contrôle lui-même, vous ne quittez pas la méditation.
        Aussi longtemps que vous maintenez votre attention, votre pratique est une méditation, quoi qu’il arrive par ailleurs.
        Si vous vous souvenez que la conscience de tout ce qui se passe est méditation, méditer devient beaucoup plus facile que vous ne le pensiez.  »

        … il me semblait que je parlais justement de cela, mais bien sûr je peux me tromper, je me trompe, je me tromperai… 🙂

        • Oui tu as parfaitement raison, excuse moi
          En fait pour moi, mais ce n’est qu’un avis de néophyte, il y a dans la méditation un peu ces deux face dont on parle dans le bouddhisme tibétain : shiné / laktong, que je comprends comme pour partie être présent à ce qui se passe pour calmer son esprit, et dans ce cas, en effet tu as raison, Yongey Mingyour dit bien si vous êtes conscient que vous n’êtes pas présent, vous y êtes !
          c’est en effet un point très important, car à l’inverse on peut dire que si on se dit qu’on est en méditation on n’y est plus
          et puis il y a cette autre phase (mais qui peut être concomittente il me semble par expérience) qui est une ouverture qui part naturellement de l’intérieur vers l’extérieur et perception de l’extérieur comme intérieur, mais sans limite entre ces deux, ce dont je voulais parler

          bises

          frédéric ♥


  2. Essayer..
    On peut tout essayer mais c’est se donner le mot d’ordre d’une action provisoire qui ne nous appartient pas vraiment..
    Un peu comme un habit que l’on emprunte pour voir s’il nous va .
    Si on veut le porter il faudra à un moment cesser de l’essayer .
    Entrer en lui de tout notre être .

    • En fait tu soulignes le mot important, quand on essaye, on a déjà en tête le mot provisoire
      et je pense que non il faut faire les choses comme si elles étaient importantes, nécessaires, en fait simplement vitales
      juste dans l’instant, même si l’action doit durer des années

      bises

      frédéric ♥


  3. « essayer » la méditation, c’est la question que se pose (encore) ma fille, qui néanmoins, « médite » chez elle, selon un rituel qui lui est propre (elle s’installe en lotus sur son canapé, le dos calé pour ne pas que « sa méditation » soit distraite par les douleurs lombaires, elle met le réveil à sonner au bout d’un certain temps..)
    mais néanmoins, pour ne serait ce qu’une journée de méditation, elle dit cela « je ne me sens pas d’essayer »‘
    Ce que dit Lilou me semble très juste, c’est comme si on se donnait le mot d’ordre d’une action provisoire,
    d’une manière plus générale c’est peut être aussi pour se donner une excuse pour ne pas faire les choses
    ou tout au moins prendre une certaine distance au cas où on les « raterait »
    Dans ma famille il y a une personne,un de mes parents, qui a toute sa vie « essayé » les choses.. comme si finalement il, enfin plutôt elle, n’avait jamais été que spectatrice de sa propre vie sans jamais l’investir
    Elle tient où, la différence entre ceux qui « essaient » et ceux qui « font » ?

    • Oui très intéressant aussi
      en fait ta fille médite peut être plus 😉 que qqn qui ferait de la méditation dans un groupe une fois par semaine, au sens qu’elle y met son coeur, que ce désir vient de son ventre (ce n’est pas mental, enfin je suppose) et elle ose le faire, même d’une manière non traditionnelle, mais qui lui convient
      ce qu’elle n’ose pas (ne se voit pas essayer d’en faire) c’est finalement dans un cadre qu’elle ne maîtriserait pas (durée, type de position, moment etc…)
      Mais sa façon de faire est louable, malgré cela , elle fait

      et d’un autre côté il y a, comme tu le soulignes à la fin, des personnes qui commencent des tas de choses (font des essais) sans jamais les terminer, or on sait bien que le secret c’est : commencer, faire, finir 😆

      tout cela permet de mieux définir ce que j’ai voulu dire ou ne pas dire par le mot essayer, merci de clarifier

      bises

      frédéric ♥


  4. On pourrait très bien également employer le terme d’essai dans une version plus positive (je viens de lire l’article sur l’optimisme, c’est peut être pour ça 😉 )

    En un sens, on essaye tout le temps de méditer dans le sens que l’on redécouvre à chaque fois la pratique, mais effectivement dans l’état d’esprit un peu particulier, celui de « faire de son mieux » (même si ce concept n’est pas très bien employé dans le cadre de la méditation, c’est l’état d’esprit derrière que je trouve intéressant).
    C’est peut être donc ne pas dire que l’on croit comprendre totalement jusqu’où nous emmène la méditation.

    Sinon, je vous rejoins totalement sur le fait d’essayer dans le sens d’une action qui ne nous appartient pas, voir même d’une excuse, de l’expression de nos peurs ou de nos identifications par ce petit mot.

    Damien

    • oui en effet Damien il y a ces deux côtés à ainsi mieux définir, la notion d’être toujours dans un état d’esprit neuf , l’esprit du débutant de Suzuki et la notion de butiner à droite à gauche sans jamais se poser pour approfondir

      chaleureusement

      frédéric ♥

  5. Bonsoir

    Essayer ,oser , agir ..vivre et sentir son nectar
    Amitiés
    Gérard

    • Who Dares Wins
      Qui audet adipiscitur
      Qui ose gagne
      Wer wagt, gewinnt
      Kto ryzykuje, wygrywa
      ΛΟΚ Ο τολμών νικά
      המעז מנצח

      amitié pacifique mais osante 😆

      frédéric ♥


  6. Essayer c’est peut être tout simplement pousser une porte.

    On dis  » cela ne coute rien d’essayer ». et c’est vrai !

    On peut être séduit ou déçu, ou rebuté ou rien du tout, mais c’est une première experience..

    Le tout est de savoir ce que l’on a réellement expérimenté dans cet essai avant de prendre une décision.

    j’aime cette définition

    « …créer un espace où il est possible de déployer et défaire nos jeux névrotiques, nos auto-illusions, nos peurs et nos espoirs cachés …. »

    parmi d’autres toutes aussi « valables », c’est sans doute difficile de qualifier ce que l’on expérimente en profondeur, de parler de cette connection qui s’effectue durant l’exercice de méditation.

    • oui, oser semble le mot important, mais oser être dedans
      et l’autre mot inverse, c’est justement : ne jamais prendre de décision

      Merci pour ton apport

      chaleureusement

      frédéric ♥


  7. Oui, cessez d’essayer pour faire car il n’y a qu’en passant à l’acte que l’on se rend compte par soi-même.
    l’Ysa

  8. J’ai beaucoup de mal dans la pratique lorsque mes troubles psychiques reprennent le dessus. Tu m’as fait part de ce que tu en pensais Frédéric. J’aimerai tout de même avoir pourquoi pas un billet du blog sur la différence entre vacuité et nihilisme.

    bonne continuation

    • Cher G.
      c’est tout un programme ! 😉
      Je suis en train de préparer un texte métaphorique sur l’éveil qui parlera aussi de la vacuité, si j’arrive à finaliser cela, ce sera pour la semaine prochaine.
      Pourquoi ne pas voir si je suis inspiré sur la vacuité, mais ce n’est pas un petit sujet, c’est même un sujet très complexe.

      En tout cas en effet cela n’a rien à voir avec le nihilisme, c’est tellement vrai et important que cest le 10ème précepte bouddhiste :
      Ne pas se méprendre sur le nihilisme ou l’éternalisme

      Mais comme nous avons pu déjà en parler, pour pratiquer la méditation en cas de troubles psychiques importants (certes nous sommes tous des névrosés) il est important de pratiquer sous l’égide d’un enseignant qui jugera de sa compétence pour accompagner ou pas ce cheminement ou renvoyer en même temps ou auparavant vers une aide médicale.

      Lié à mes problèmes de santé il m’est arrivé de traverser une période de ma vie soumise à de fortes crises d’angoisses qui empêchaient tout sommeil et aussi de me poser sur le zafou, c’était impossible pour moi, puisque je n’arrivais plus à ne pas être capté par le pouvoir négatif de cet esprit. Il m’a fallu donc prendre des médicaments pour calmer ces bouffées d’angoisse, pour pouvoir refaire zazen et pacifier le mental.

      chaleureuseuement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :