• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 265 980 lecteurs depuis avril 2009

Flor de Luna

1015florpl1

« Il y a dans les gestes lents, dignes, mesurés du fumeur de cigare une cérémonie qui permet de retrouver des rythmes oubliés et de rétablir une communication avec soi-même. »

[ Le Livre du connaisseur de cigares (1967) ] Zino Davidoff

habanosOui je retrouve dans le fait de fumer le Habanos des sensations d’ouverture et de sérénité qu’on peut avoir avec la méditation 😆
encore que la méditation elle, « ne nuit pas gravement à la santé » 😉 et qu’on n’est pas sûr d’avoir connu des personnes qui aient connu l’éveil en fumant un Habanos encore que … :mrgreen:

En tout cas je voulais vous présenter une BD qui porte presque un nom de Habanos. Ce n’est pas un grand chef d’oeuvre, mais cela se lit avec plaisir, et si on y rajoute un Churchill de chez Romeo y Julietta alors cela lit avec extase 😆

Résumé d’un article lu sur BD-gest :

Avec Flor de Luna, Pierre Boisserie et Eric Stalner se lancent à la découverte de Cuba, dont l’histoire s’est façonnée autour du commerce du tabac. Le cigare de Fidel Castro n’est-il pas comme le nez de Cléopâtre ?

A Genève, de nos jours, Antoine Chatel est depuis deux ans le secrétaire particulier de Charles Porter, le dernier nabab du cigare. Aujourd’hui, il découvre le corps sans vie de son patron, assassiné d’une balle en plein coeur, alors qu’il venait lui-même pour le tuer. Pris de court, il n’en perd pas le nord et trouve ce qu’il était venu chercher : les mémoires d’un certain Diego Antonio Castellano qui, en 1825, fuit l’Europe et son passé trouble pour embarquer à bord d’un négrier en direction de Cuba, la perle des Antilles. Là-bas, il espère profiter de l’abolition du monopole royal espagnol sur le commerce du tabac pour devenir cultivateur et négociant. Mais ni le voyage, ni la vie dans le nouveau monde ne sera une partie de plaisir…

Le contexte historique est riche, peu connu du grand public et apparemment bien maîtrisé par les auteurs, mais malheureusement trop peu exploité dans ce premier volume.

Un manque de tension dans le récit n’empêche pas les auteurs d’aborder des thèmes intéressants tels que l’esclavage, le colonialisme, les différences de classe sociale ou le sens du sacrifice dont savent faire preuve ceux qui ont déjà tout perdu.

lire l’article intégral

Flor de Luna – 3 tomes – Editions Glénat

Une blague transmise par Mutti :

“Deux moines qui étaient des fumeurs invétérés éprouvaient les plus grandes difficultés à ne pas fumer à l’intérieur du monastère. Un jour cependant, l’un des deux se promenait près du cloître, la cigarette aux lèvres et en toute impunité. Le second moine, saisit de surprise, se précipita vers lui en disant :
”Il est strictement interdit de fumer ici, l’abbé me l’a encore répété hier.
– Que lui as-tu demandé ?
– Si je pouvais fumer en méditant et il m’a répondu : “Absolument pas!”
Quant à moi, dit l’autre, je lui ai demandé si je pouvais méditer en fumant et il m’a dit : ” Mais bien sûr”.”

♥ 😆 ♥

Bookmark and Share

%d blogueurs aiment cette page :