• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 265 539 lecteurs depuis avril 2009

La compassion au cœur de l’éducation

27b

Résumé d’un article lu sur Impact Campus.

Par : Benoît Liodenot

En exil à Dharamsala ( Inde ) depuis 1959, Tenzin Gyatso, 14e Dalaï-Lama du nom, est le chef spirituel de la communauté bouddhiste tibétaine. Il se bat depuis des décennies pour l’autonomie politique du Tibet sous le joug de la puissante Chine voisine. Prix Nobel de la paix en 1989, le Dalaï-Lama prône une spiritualité basée sur la promotion des valeurs humanistes et de l’harmonie entre les religions. Croyant au pouvoir formateur de l’éducation, il a souhaité échanger avec les futurs professeurs québécois sur l’importance de l’éducation dans la construction mentale des élèves.

« Le bonheur n’est pas matériel »

Le Dalaï-Lama a commencé la discussion par un vive plaidoyer contre la recherche à tout prix du confort matériel. « La joie, le bonheur, ne se trouvent pas dans l’argent ni dans l’accumulation de biens matériels », a-t-il plaidé. « Le confort physique n’est d’aucun recours en temps de crise ou de craintes. Seul le confort mental empêche la tristesse profonde ». Il a plusieurs fois mentionné que, durant ses nombreuses rencontres à travers le monde, les personnes les plus fortunées sont souvent également les plus tristes ( en prenant pour exemple, non sans sarcasme, l’ancien président chinois Mao Tsé-Tong ).

S’en est suivie une longue discussion sur ce qu’est l’éthique dans notre société actuelle, qui peut être religieuse ou non. Le Dalaï-Lama souhaite une éthique séculière où notre vie « dépendrait à 100 % du bien que l’on procure à autrui ». À ses yeux, le bouddhisme amène à la compréhension des lois de cause à effet, à la distinction entre les bonnes et les mauvaises actions. Le dialogue est la seule méthode raisonnable de résolution des conflits. La source de tous les problèmes reste l’écart grandissant entre les personnes. Le Dalaï-Lama affirme volontiers que « l’altruisme est le moteur premier dans l’amélioration de nos conditions. »

Le pouvoir de l’éducation

La deuxième partie de la conversation a été axée davantage sur les possibilités de l’éducation dans la valorisation de valeurs humanistes. « L’école, dit le Dalaï-Lama, doit évoluer en même temps que les connaissances évoluent. Les étudiants ont une aspiration profonde à apprendre et, par conséquent, doivent être considérés profondément par leurs professeurs. »

Il a insisté sur l’importance de l’apprentissage de l’altruisme chez l’enfant et la grande responsabilité qu’ont les professeurs dans l’avenir spirituel de leurs élèves. « La paix intérieure [ résultant d’un apprentissage scolaire épanouissant ] donne un sentiment d’appartenance et de confiance indispensable pour que l’enfant se construise pleinement ».

« À la recherche d’une éthique universelle »

Les étudiants de l’Université Laval présents à la rencontre ont été très enjoués par cette discussion. L’une de ceux-ci, Marie-Josée, a aimé son « approche rationnelle de sa philosophie. C’est en fait simplement la vie en tant qu’être humain qui est valorisée ». Beaucoup ont apprécié le fait qu’il ne cherche pas à convertir son auditoire, mais seulement à faire réfléchir sur son mode de vie. Une étudiante résume le tout: « Dans notre société où on craint de plus en plus les religions, il est indispensable d’enseigner aux enfants les valeurs qui sont véhiculées dans chacune d’entres elles, tout en gardant une approche laïque. »

lire l’article intégral

♥ 🙂 ♥

Bookmark and Share

Préparation de sesshin zen

trois zenistes en goguette ou en guingette

dscn2337

Deux saint aux auréoles qui tournent en 33 tours

dscn2339

sous les yeux de Dharma-Cola

dscn2341

préparation inspirée de la sesshin de demain en écoutant les poèmes chantés de Mux !

dscn2330

%d blogueurs aiment cette page :