• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    septembre 2009
    L M M J V S D
    « Août   Oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 251,667 lecteurs depuis avril 2009

Dix clés pour stimuler votre système immunitaire

zigo

( Zigo le Clown – Dessinateur : Carine De Brab – Scénariste : Benoît Zidrou – Editeur : BAYARD JEUNESSE)

Lu sur Nouvelles Clés

Par Anne-Marie Filliozat

La psychanalyste Anne-Marie Filliozat, qui pratique la pensée positive depuis trente ans, et le Dr Gérard Guasch, spécialiste des « cuirasses psychocorporelles », sont les pionniers d’une approche originale, proposant l’usage conjoint des pensées, images intérieures, émotions, sensations, tensions et mémoires corporelles. Grâce à leur livre Aide-toi, ton corps t’aidera ! , des exercices efficaces, inspirés par les neuro-sciences, mais aussi par la médecine chinoise, nous livrent ici pour la première fois des clés simples, pour améliorer notre vie quotidienne et notre santé : vitalité, immunité, sommeil, sexualité, etc… Nous leur avons demandé de résumer leur méthode en dix points forts.

Nous savons tous que notre système immunitaire est le gardien de notre santé, et les scientifiques ont maintenant largement montré qu’un état de stress élevé diminuait notre immunité. Tout ce qui vient du psychisme – climat émotionnel, images mentales, pensées – y participe. Comment pouvons-nous avoir une influence sur ces phénomènes psychosomatiques ? Voici dix façons de développer en vous-même des attitudes positives et donc de renforcer votre santé.

1. Développez une attitude de « dialogue corps/esprit »

Notre part de responsabilité commence par une attitude de vigilance : être à l’écoute des signaux venant de notre corps (fatigue inhabituelle, douleur même intermittente, changements notables de l’appétit, du sommeil, de la sexualité), ou des états prolongés de malaise psychologique (angoisses répétitives, forte anxiété permanente). À cet « état des lieux » doit s’ajouter un questionnement sur le quand, comment, pourquoi ? Faire la mise en lien avec tel événement, telle situation stressante.

2. Apprenez à diminuer l’impact du stress

Différentes pratiques simples et efficaces peuvent nous aider à ne pas laisser des agents stressants, même forts, avoir sur nous un impact trop violent. La première des ressources est un mode respiratoire qualifié d’anti-stress, justement parce qu’il empêche le blocage quasi réflexe du diaphragme. Privilégiez l’expiration sur l’inspiration. « Souffler », au lieu de suspendre sa respiration en apnée, assure un relâchement global immédiat de l’organisme.

3. Cultivez une pratique régulière de la relaxation

La relaxation permet une détente musculaire et mentale. Pratiquée régulièrement, elle nous évite la surcharge des tensions et augmente sensiblement notre résistance au stress. Cette pratique consiste à formuler, sous forme d’idée ou d’image, une intention de détente – si possible en station allongée. Ce message de relâchement est immédiatement enregistré par notre cerveau qui diffuse l’information à tout notre organisme.

4. Visualisez l’activité de votre système immunitaire

L’image étant le véhicule privilégié entre psyché et soma, en nous représentant le fonctionnement de notre système immunitaire, nous lui envoyons une injonction, une sorte de « pub subliminale » visant à stimuler son activité. Un exemple : imaginez des cellules équipées de radars, qui circulent dans tout votre corps, détectant et éliminant tout élément indésirable, ou bien une équipe d’agents d’entretien, débarrassant l’organisme de ses pollutions intérieures.

4 . Osez exprimer vos émotions

L’état de stress s’accompagne d’une charge émotionnelle importante, le plus souvent retenue. Cette répression des émotions a des conséquences fâcheuses sur votre humeur, votre état de tension musculaire, votre circulation énergétique. Il est donc bon pour votre santé (et très soulageant) d’exprimer votre ressenti chaque fois que cela est possible. Il est bon de vous habituez à dire ce qui ne vous convient pas, à refuser fermement ce qui dépasse vos limites, à pleurer dans des bras accueillants quand vous traversez des épreuves graves, à partager vos inquiétudes. Beaucoup d’états dépressifs sont à mettre sur le compte d’émotions réprimées, souvent depuis très longtemps, et s’accumulant au fil du temps. Un accompagnement psychothérapeutique est parfois indispensable pour aider à se soulager de cette charge et pour retrouver la joie de vivre.

5. Cultivez une politique de plaisir et d’humour

Profitons pleinement des petits plaisirs offerts par la vie quotidienne ; les grands sont moins fréquents, alors n’attendons pas les circonstances exceptionnelles, ou que tout aille bien, pour savourer la vie, y compris dans les moments les plus ordinaires. La pensée positive n’est autre chose qu’un rappel du merveilleux de la vie. Malgré les épreuves, et parfois les horreurs, la vie est un miracle permanent et réserve des trésors. Gardons à l’esprit cette vérité désormais prouvée scientifiquement : sous l’effet du plaisir, les cellules de notre système immunitaire font nettement mieux leur travail. Et l’humour ? C’est un fantastique remède à la morosité et une élégante manière de prendre du recul – certains s’en sont efficacement servi pour guérir de troubles graves ! C’est un outil anti-stress puissant… à condition d’être manié de façon non agressive. Quant à nos croyances rigides, rien de tel que des amis rigolos pour les bousculer et éviter qu’elles ne sapent nos efforts.

6. Traitez-vous avec indulgence et douceur

La plupart d’entre nous sont des juges impitoyables pour eux-mêmes. Quand vous avez commis oubli, erreur ou maladresse, même minimes, n’est-ce pas aussitôt un reproche, voire une injure que vous vous adressez ? Ce jugement négatif a une résonance dans tout votre organisme, déclenchant humeur négative, crispations, tensions corporelles. Le remède : avoir une attitude de juste amour de soi, qui n’est pas du nombrilisme, mais la reconnaissance de nos réelles qualités.

7. Ayez un mode de vie qui respecte vos besoins

Vos besoins sont tant physiques (alimentation, sommeil, exercice) que psychologiques (être aimé, reconnu, se réaliser), ou existentiels (avoir des buts, donner sens à sa vie). Chaque fois qu’un de vos besoins fondamentaux ne trouve pas une satisfaction adéquate, se développe un état de stress plus ou moins important selon le degré de frustration. Le cumul et la prolongation de ces agents stressants usent votre résistance, tant émotionnelle que mentale, déprimant votre système immunitaire. Bien connaître ses besoins est une première étape, pas toujours facile pour ceux qui ont été éduqués à s’occuper des autres plutôt que d’eux-mêmes ; ensuite repérez les manques et évaluez les ressources susceptibles d’y pallier.

8. Prenez soin de votre réseau relationnel

La communication avec les autres est indispensable pour alimenter l’énergie en nous. En outre, le contact physique avec des proches n’est pas seulement un antidote à la solitude ; quand la relation à l’autre est suffisamment bonne, elle apporte un sentiment de sécurité qui diminue l’anxiété. Autre bonne nouvelle : le contact peau à peau est en relation directe avec l’activité cellulaire. Des études faites sur l’influence des massages ont objectivé l’effet très bénéfique sur le fonctionnement corporel de la « chaleur humaine » ainsi transmise.

9. Faites circuler l’énergie en vous

La vie est mouvement. Vos blocages restreignent la circulation de votre énergie. Entretenez la fluidité, en faisant bouger votre corps dans la souplesse. Qu’il s’agisse de marche, de sport, d’arts martiaux, ou d’autres pratiques, le projet est de « décuirasser » votre organisme, d’éviter les scléroses, d’ éveiller les sensations de votre corps bien vivant.

10. Assurez une synergie de vos ressources

Soyez attentif à chacun des paramètres évoqués ci-dessus, afin de rester dans une optique de globalité de votre personne. Chaque ressource potentialise les effets d’une autre et crée une synergie reposant sur l’unité fondamentale corps/esprit.

À lire : Aide-toi, ton corps t’aidera, Anne-Marie Filliozat – Gérard Guasch

abonnezvous

Publicités

31 Réponses

  1. ben oui, cela tombe sous le sens, mais on ne peut appliquer ces clés que si premièrement on a d’abord accepté de s’écouter soi même un minimum
    et c’est justement là que ça ne va pas
    Il arrive quasiment tout le temps et à tout le monde d’attendre que le corps n’en puisse plus d’émettre des signaux, (pourquoi y a t-il autant de personnes qui ont une dépression ?) avant qu’on daigne l’écouter

    Pour appliquer ces clés, il faut accepter de se donner du temps à soi même .. et tout cela prend beaucoup de temps 🙂

    je ne remets pas en cause ce livre (au contraire, je vais même me l’acheter pour le lire ) mais je crois qu’il y a les choses qu’on lit dans les livres, et puis d’autre part il y a le quotidien, et on s’aperçoit que ce n’est pas si facile à mettre en pratique..

    • Tout d’abord en effet il faut avoir conscience que notre corps fait partie intégrante de nous-même et que nous n’en avons qu’un seul pour en prendre soin et si la culture actuelle est plutôt dans le prendre soin de l’apparence elle n’est pas toujours dans le prendre soin dans le fonctionnement parce que principalement le rythme professionnel (et familial, l’un se surajoutant à l’autre et réciproquement) fait qu’on n’a pas le temps

      Je suis le premier à payer les excès subits par le (mon) corps et d’avoir continué tant que c’était possible
      Mais maintenant je sais que lorsqu’on est pressé, la 1ère chose à faire est de ne pas courir ! 😉

      Pour ce qui est de se donner du temps à soi même qui prend bcp de temps
      je suis d’accord sur l’image qu’on en a mais pas sur la réalité
      nous passons du temps à le perdre, que ce soit devant la TV (principalement et pas toujours -souvent- pour des programmes pas intéressants) soit dans du blabla (plainte, météo…) soit dans le manque de partage des tâches (même avec les enfants qui peuvent participer aux tâches de la maison, suivant leur âge bien sûr)
      il y a aussi la possibilité de se lever un peu plus tôt pour certains (pour d’autres difficiles compte tenu de l’heure de lever liée aux transports ou emplois) ce court temps (5/10 mn) de sommeil en moins est compensé par la qualité du temps passé à s’occuper de soi

      tous ces moments permettent au moins de récupérer une 1/2 heure par jour, voir simplement 15 mn
      je ne crois pas qu’une personne pourrait dire le contraire

      en 15/30 mn on ne va pas révolutionner le monde, ni soi même, mais si tous les jours (ou au moins 3 à 5 fois par semaine) on s’occupe ainsi de soi, on aura une autre relation de compassion avec soi même et donc les autres

      donc ne pas se fixer de grands objectifs, mais de simples petits objectifs, et un seul, pendant qqs semaines
      cela peut aller de faire 10 mn de gym, de se masser le corps avec une huile essentielle le matin, de prendre le temps de respirer à sa fenêtre, de méditer, de faire du chi kung etc…

      Enfin pour les livres ils ne servent à rien !!!
      ce qui est utile est ce qu’on en tire pour sa vie personnelle
      donc au lieu de lire 5 à 10 livres de développement personnel par an, il suffit d’en lire un seul , voir deux et de mettre en pratique à la place du temps de lecture qqs activités concrètes pendant un an !
      un an pour maturer un livre qui doit nous changer la vie un tant soit peu, c’est pas si mal 🙂

      je t’embrasse

      frédéric 🙂

      • je ne suis pas du tout d’accord avec ce que tu écris là Frédéric
        « nous passons du temps à le perdre, que ce soit devant la TV (principalement et pas toujours -souvent- pour des programmes pas intéressants) soit dans du blabla (plainte, météo…)  »

        pourquoi la personne qui se détend ou se déconnecte du stress en regardant des bêtises à la télé ou une autre qui blablate en longs gémissements auraient elles une plus mauvaise «  »clé » que nous si c’est celle qui lui convient ?
        Ya des personnes (plein) qui ne méditent pas, ne font pas de chikung ni de yoga, et leur façon de se donner du temps, ça peut être ça justement, des trucs qui pour nous ne semblent pas enrichissants

        Ben pourquoi pas ?

        • très chère Ambre, remettons les choses dans leur contexte

          Je n’ai rien contre les personnes qui passent du temps devant le petit écran, et j’ai bien écrit nous m’incluant donc dans cette pratique de lavage de cerveau. Mais je répondais au fait qu’on puisse se dire je n’ai pas le temps de pratiquer telle ou telle chose dont des pratiques de relaxation, de santé, ou de méditation, alors que nous trouvons bien le temps de se relaxer devant la TV
          aucun jugement moral donc 😀
          chacun est libre
          et comme disait une de mes grands mères : tous les mauvais goûts sont dans la nature 😆

          je t’embrasse
          Ben pourquoi pas ? 😉

          frédéric 🙂

          • Très cher Frédéric,
            Eh ben oui, j’insiste, puisque je me suis mal exprimée.
            Quant on se dit  » je n’ai pas le temps de pratiquer telle chose  » et que malgré cela on le passe, le temps, devant la télé, c’est qu’effectivement, on ne l’A PAS, ce temps.
            On ne l’a pas EN CONSCIENCE. On n’a pas les outils qui vont nous permettre de nous donner ce temps. (pour pouvoir m’exprimer plus clairement il faudrait un vocabulaire plus riche, et je rage souvent à ce sujet contre la langue française)
            Je vais donc prendre une autre image : ta maison, par exemple.
            Pour méditer, tu disposes d’une gompa. Je suppose qu’elle n’est pas arrivée là par l’opération du Saint Esprit. Tu en as d’abord probablement eu l’idée en tête. Puis tu – ou vous l‘avez aménagée. Tu disposes donc dans ta maison, d’une pièce dans laquelle tu peux  » pratiquer telle ou telle chose « .
            Chez la plupart d’entre nous,  » toutes nos pièces » sont encombrées. Il n’y a donc aucun moyen de pratiquer quoi que ce soit. C’est pour cela que le seul temps que nous  » AVONS  » c’est celui de nous écrouler devant la télé (pour rester sur cet exemple) au milieu du désordre de notre existence.
            Je ne suis pas sûre d’avoir été plus claire, m’enfin moi je me comprends mieux, c’est déjà ça 😉

            • tu es claire , mais cela ne veut pas dire que tu aies raison 😉
              regarde Zafu il n’a pas de gompa, mais a trouvé le rebord d’une commode pour faire un supebre autel dans sa chambre
              je n’ai pas attendu d’avoir une pièce pour méditer
              celui qui cherche tout le temps des excuses pour expliquer pourquoi il ne peut pas agir, n’agit pas
              celui qui fait sa part a les mêmes excuses mais lui les a tourné au profit de l’action

              RAR (Rien A Rajouter) 🙂

              bises

              frédéric 🙂

  2. bonjour,

    Par définition un équilibre est instable.
    et on sait que rien n’est jamais aquis, même chez « les plus grands maitres ».
    l’équilibre entre le corps et le mental est primordial bien sur, et quand le corps ne suis plus, il faut retrouver cet équilibre, la confiance, avec ces propres moyens, et s’aimer encore, comme on est, pour aimer les autres.
    Tout va bien si on chante encore en faisant la vaisselle ( même assis ).

    Amicalement
    laurent

    Laurent

    • oh Laurent , toi aussi tu chantes en faisant la vaisselle ? 😉

    • euh, non, en physique on distingue équilibres instables et équilibres stables…et c’est peut être un fait sur lequel on peut méditer…

    • Bonjour cher Laurent

      je n’ai pas retrouvé à propos de quoi , tu en viens à parler d’équilibre in/stable, mais comme te l’a dit Marc il existe bien en physique des équilibres in/stables
      mais in fine tu as raison il n’y a jamais d’équilibre définitif, d’un point de vue systémique l’équilibre doit toujours être entretenu, le système répondant aux lois d’entropie s’il n’est pas nourri ne peut que mourir (et donc adieu l’équilibre 🙂 ), aucun système ne pouvant être permanent, il en est de même pour l’équilibre
      mais c’est justement cet équilibre dynamique que l’on peut rechercher dans la vie, c’est à dire faire entrer de l’énergie (nourriture, pensée, action, émotions, relations …) dans son propre système pour le maintenir en équilibre face à un monde entropique qui cherche à le détruire (en fait il n’y a aucune notion morale là dedans)

      Si le corps ne suit plus, c’est que l’esprit ne suit plus non plus, car chez les grands maîtres , le corps peut s’user (of course) mais l’ensemble sera adapté à chaque partie et l’esprit pourra en rester paisible, autrement dit on ne demande au corps que ce qu’il peut donner (comme le Roi du Petit Prince n’ordonne que ce dont il sait qu’il sera obéi) et donc le corps suit (en fait il n’y a pas vraiment de notion de suivre, mais c’est autre chose)

      mais c’est à partir du moment, comme tu le soulignes, qu’on a la sensation que le corps ne suit plus qu’on a créé une dychotomie entre le corps et l’esprit et là nous devons revenir à cette unité basique
      ultimement il me semble que la méditation est la meilleure voie, mais bien d’autres existent (voir billet ci dessus)

      J’avoue ne pas chanter en faisant la vaisselle 😆 jusque là je mettais de la musique et j’ai même arrêté cela, jene pratique plus que la vaisselle, pure en soi 😆

      chaleureusement

      frédéric 🙂

  3. Lu sur un petit journal d’une chorale avec laquelle nous préparons plusieurs concerts du Requiem de Mozart -pure merveille s’il en est une.:

    « Chanter renforce le système immunitaire »
    >Entonner son hymne préféré sous la douche ou dans sa voiture n’est peut être pas aussi futile qu’on aurait tendance à le penser . d’après une recherche allemande publiée dans le Journal of Behavioral medecine, le chant pourrait avoir un impact positif sur le système immunitaire, offrant ainsi une meilleure protection contre la maladie.
    Afin d’évaluer les effets du chant sur l’immunité, l’équipe de scientifiques de l’Institut d’Edication en Musique de l’Université de Francfort a sollicité la collaboration des membres d’une chorale professionnelle. les chercheurs ont prélevé un échantillon sanguin chez chacun des membres avant et après une répétition du Requiem de Mozart d’une durée de 60 minutes. Ils ont analysé les taux d’immunoglobuline A, une protéine qui fonctionne comme un anticorps, et d’hydrocortisone, une hormone antistress.
    Résultat : immunoglobuline et hydrocortisone étaient beaucoup plus élevées dans les échantillons prélevés après la répétition.
    En complément, une semaine après, les chercheurs ont demandé aux participants d’écouter la pièce musicale sans la chanter cette fois. Ils n’ont noté aucune modification significative des taux sanguins. Une information qui démontre que c’est bel et bien l’action de chanter, et non pas simplement la musique elle-même, qui aurait un impact sur le système immunitaire. En prime, font valoir les scientifiques, chanter met de bonne humeur…< (Julie Calvet – passeportsanté.net)

    • Merci Claude pour ces informations !
      Vive les maîtres chanteurs donc ! 😆
      Qu’un Requiem fasse mieux vivre est certainement une bonne nouvelle 😆

      chaleureusement

      frédéric 🙂

  4. Et « rire est déjà la moitié de la guérison »… Oui, les recettes n’ont pas manqué dans le passé, les rayons des librairies en sont pleins. Et j’imagine qu’il y aura d’autres pleins rayons à l’avenir. S’il y avait une recette magique, ça se saurait !
    Un jour j’ai demandé à mon pédiatre quelle était la meilleure pommade contre l’érythème fessier des nourrissons. Il m’a répondu :  » La dernière !  »
    A chacun de nous de trouver « la dernière »…

  5. bonjour…Ambre ton message fait écho en moi : comment mettre en pratique ce que l’on sent, que l’on aimerait…dans son quotidien ( je suis maman à plein temps et c’est dur de prendre le temps et juste faire !! )
    pourtant je chemine vraiment dans ce besoin de rééquilibrage du corps..ou plutôt dans cette recherche d’équilibre entre une partie de mon corps, ma tête, et le reste.car tout est uni ….

    je découvre ce blog, merci !!
    marie

    • Chère Marie, je comprends tout à fait ce que tu dis, et je vois bien la différence, entre maintenant où nous sommes grands parents de 4 petits enfants et le moment où nous étions parents de 4 enfants ! et je le vois aussi avec mes filles qui élèvent (presque) seules leurs enfants
      mais tu peux voir la réponse que je fais à Ambre, sur le temps, il vaut mieux consacrer (presque) tous les jours un tout petit peu de temps que rien car on n’a pas le temps ce petit peu au bout de qqs années représente un grand travail sur soi, que bcp n’auront pas faits
      et je suis sûr que tu en fait déjà bcp 😉

      et oui tu as raison tout est uni et si on n’en prend pas conscience on le paye cher après

      frédéric (qui le paye cher 😦 ) 🙂

      • Marie,
        ma fille a trois enfants (6,4et 2 ans) et comme la plupart des mamans au foyer, elle fait tout. Je dirais mm qu’elle fait plus que tout, parce que quand on est maman au foyer, c’est possible ! 🙂
        c’est possible puisque contrairement aux autres boulots, on peut se permettre de travailler jusqu’à minuit 🙂 .. et mm de se relever la nuit, et mm plusieurs fois dans la nuit .. 😉
        Pour ce qui est de ma fille, puisque c’est d’elle dont je parle, il a fallu attendre qu’elle soit épuisée, qu’elle n’en puisse plus, qu’elle prenne des anxyoilithiques et des AD, pour qu’elle accepte enfin l’idée (nous n’en sommes qu’à l’idée) que oui finalement, le ménage super briqué dans la maison c’était pas si important que ça, qu’on survit à un peu de désordre ..
        elle accepte enfin l’idée qu’il y a des priorités et que l’une d’entre elles c’est de se donner un (petit) peu de temps faute de ne pouvoir plus du tout en donner aux autres !
        je t’embrasse Marie .. bon courage 🙂

  6. merci pour cet article, j’y trouve un mode de vie qui me convient de plus en plus
    avant mon intervention chirurgicale je me suis pour la première fois de ma vie, grâce à ton blog,mise à l’écoute de mon corps, j’ai visualisé mes organes, j’ai essayé de n’avoir que des pensées positives,
    je leur parle en pensée.
    j’essaye de mettre en pratique ces dix préceptes, oh ce n’est pas toujours facile.
    moi aussi je chante, je ris le plus possible, et je savoure la vie.
    amicalement.

    • Tu as passé par une sacrée épreuve (ou épreuve sacrée 🙂 ) et c’est grâce à toi que tu prends soin de toi, voyant qu’ultimement cela ne dépendait que de soi et que si on est co-dépendant de toute la vie, on a la responsabilité de s’occuper de la sienne

      amitié très chère Rolky

      frédéric 🙂

  7. Suite à une confrontation brutale entre la voiture que je conduisais et un autobus, j’ai connu plein de lieux dans lesquels il est pratiqué ces gestes qui nous sauvent. Certes j’eus aimé ne point trop les fréquenter mais …
    Il s’en est suivi un certain nombre d’intervention pour reconstituer le puzzle de ma carcasse fracassée. J’ai pris l’habitude d’aller passer un ou deux jours au bord de l’océan (je n’en suis pas loin) pour me mettre en phase avec le rythme et la force de l’élément vital qui en émane. La dernière fois, alors que j’allais rentrer dans le bloc opératoire, il régnait entre le personnel médical une tension à couper au couteau. je les ai invité à me laisser seul quelques minutes pour re-trouver mon calme et les ai invité à faire quelques respirations bien profondes et essayer de chasser leurs propres tensions. Je pensais que s’ils arrivaient à lâcher les leurs, la tension générale devrait suivre. Ils sont rentrés et je leur ai dit si je m’endors bien, je me réveillerai bien d’où l’importance de sentir un climat calme et serein. L’opération s’est bien passée et le chirurgien était surpris du résultat de ma remarque. Je ne sais s’il a refait l’expérience, Je sais ce que j’ai gagné en bien-être et en vitesse de récupération. Il y a quelques jours j’ai subi une fibroscopie, je me suis préparé et cela s’est fait sans anesthésie générale, juste une petite aide locale. Certes ce n’est pas confortable, mais supportable et il y a un gain énorme car le toubib a mieux vu ce qu’il cherchait à voir et moi je n’ai pas eu à passer une journée à la clinique.
    On ne le réussit pas à chaque fois mais tant que l’on ne commence pas il est impossible de connaître le « confort » que cela apporte.

    Amitiés à tous

  8. —> Bonjour, cher Frédéric,

    Un programme très intéressant pour ondoyer sereinement à la surface de l’instant….

    Bien à toi, chaleureusement, Jack qui te souhaite une belle soirée, et dans la joie et la paix du coeur.

    • Merci cher Jack, je suis toujours surpris de toutes les modifications esthétiques que tu apportes à ton blog très souvent, bravo !!!

      chaleureusement

      frédéric 🙂

  9. Se coucher tôt… pas encore réussi ce soir !
    Bonne nuit Lung ta

    • l’important est de dormir le bon nombre d’heures dont on a besoin
      mais pour cela il faut en avoir réellement conscience
      certains ont besoin de moins d’heures que d’autres
      mais il faut faire attention aussi à la passion qui nous pousse à toujours faire plus et dormir moins, on peut le payer cher après
      j’ai longtemps dormi 4/5 heures par nuit et j’en étais très fier
      jusqu’au jour où le corps a laché et que je me suis rendu compte que ce peu d’heures de sommeil était en fait un symptôme du mal qui couvrait, mais cela marrangeait je ne l’avais donc pas pris comme cela

      chaleureusement

      frédéric 🙂

  10. bjr, eh bien je suis assez d’accord avec les conseils de Mme Filliozat, dont j’ai déjà lu qq livres, je préfère prendre du temps pour moi que de trainer (relaxer??) devant la télévision, et du coup m’accorder plus de sommeil réparateur, vivre le moment présent en pleine conscience plutôt que de lire 5 livres, etc ! après c’est à chacun de voir ! bonne soirée ! witney

  11. il y a beaucoup de choses que je dois intégrer encore… et décidemment, j’ai adopté ce blog. Je le trouve très enrichissant. A méditer en tout cas 😉

    Bon, comme je dois avoir mon compte de sommeil, j’y vais ^^

    bonne nuit a ts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :