• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    septembre 2009
    L M M J V S D
    « Août   Oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 248,582 lecteurs depuis avril 2009

Zazen, aller au-delà du bien-être…

Osamu_Tezuka _0016

( Bouddha – Dessinateur et Scénariste : Osamu Tezuka – Editeur : TONKAM)

Lors de la pratique de la méditation on accorde une certaine importance au corps, à sa posture et à la respiration.
On sait que les émotions agissent sur ces deux aspects de notre être, c’est flagrant avec la respiration qui change au gré de nos émois.
La posture nous met aussi dans un état de stabilité physique et mentale, qui nous permet d’être moins sujet aux variations affectives. Telle la montagne stable nous pouvons avoir une plus grande confiance en ce que nous sommes et nous confronter avec plus d’assurance et d’authenticité au monde.

Cependant pratiquer zazen c’est encore aller au-delà de cette condition.

« Pratiquer régulièrement permet de réaliser un état de tranquillité. Mais cet état n’est pas le but de la méditation. »

Eric Rommeluère

Le risque de ces vécus positifs c’est justement qu’ils nous empêchent d’aller au-delà. C’est pourquoi parfois certains maîtres expliquent que les expériences négatives vécues lors de notre méditation sont plus profitables, car nous ne souhaitons pas nous y accrocher, ce qui n’est pas le cas de celles positives. Or toutes les deux sont des pièges dans lesquels nous pouvons tomber.

« Les bonnes expériences durant la méditation, se transforment en obstacles si l’attachement s’en mêle. Si nous ne nous attachons pas à elles, elles deviennent ce qu’elles sont en réalité : des matières premières pour la réalisation. Il faut être particulièrement vigilant et prudent si vous ne voulez pas devenir trop sûr de vous ou autosatisfait.
Les expériences négatives sont une bénédiction dans la pratique. Efforcez vous de ne pas y réagir par l’aversion : ce sont de simples expériences, aussi illusoires qu’un rêve.
Dans la méditation comme dans la vie, il nous faut apprendre à demeurer libre de l’attachement aux bonnes expériences, et de l’aversion envers les mauvaises. »

Sogyal Rimpoché

Le non attachement à ce qu’on vit est donc la première clé dans la voie du zen. Mais que cherche-t-on à expérimenter au-delà ?

La pratique du bouddhisme emprunte trois voies (que l’on peut voir comme se nourrissant les unes et les autres, mais qui sont en fait concomitantes) que sont la méditation (Samadhi) avec la Sagesse (Prajna) qui est une vision toute autre du monde, qui permettent l’action juste dans le monde (Sila) .

Mais quelle est cette sagesse ?

« Il s’agit d’établir un autre mode d’expérience, qualifiée traditionnellement de « non-duelle ». le silence de l’esprit ne suffit pas on y associe une présence et une clarté de l’esprit (claire lumière). »

Eric Rommeluère

Il s’agit donc d’aller au-delà du silence de l’esprit qu’on peut trouver dans la méditation, trouver cette ouverture non-duelle, sur la Vie.

« Ce à quoi on s’éveille dans le bouddhisme, c’est le potentiel intégral de sa propre nature, lequel est jusqu’alors, limité par ce qu’on appelle communément le « dualisme » – la croyance en un « moi » distinct et existant par lui-même, séparé d’un « autre » que l’on croit tout aussi réel et distinct. Le dualisme n’est pas un défaut de notre nature, mais un mécanisme de survie complexe, profondément enraciné dans la structure et le fonctionnement du cerveau et qui peut être transformé au moyen de l’expérience intérieure »

Yongey Mingyour Rimpoché

Autant on peut éventuellement donner des conseils pour atteindre la pacification mentale, en étant vigilant sur le corps, la respiration, en utilisant des visualisations, des sons, autant il paraît impossible de dire comment accéder à cet état non-duel.

« Il n’y a pas réellement de technique pour atteindre cet état non-duel, car il se caractérise justement par l’absence de technique. On peut juste s’y disposer et s’y exercer. »

Eric Rommeluère

alors asseyons-nous

en silence

belle aventure …

« Pourquoi méditer ? » Car il s’agit précisément là de jouir d’un état sans pourquoi.
À vrai dire, la méditation zen est une perte de temps. Qui pourrait la recommander ?
Et pourtant…

Eric Rommeluère.

♥ 🙂 ♥

Publicités

26 Réponses

  1. 🙂

    « À vrai dire, la méditation zen est une perte de temps. Qui pourrait la recommander ? »

    🙂 Voilà qui me rappelle une parole de Ikkyu…

    « J’aimerais vous proposer quelque chose pour vous aider. Mais dans l’école zen, nous n’avons rien à vousproposer. »

    🙂 je t’embrasse Frédéric

  2. Bonjour Lung Ta Zen, je passe à mon tour découvrir ton blog. Je ne sais pas comment tu as tombé sur le mien mais ta visite a fait plaisir ! Je vois qu’il y a beaucoup d’articles concernant le zen ainsi que de l’humour. Je ne connais pas assez ta philosophie à ce propos pour savoir ce qui est humour ou non :)) mais j’aime bien ton blog ! au plaisir de se relire.
    Bon dimanche

    • Rassure toi Mimi en tout cas je ne me suis pas fait mal en tombant sur ton blog, je suis surtout tombé de rire 😆
      Bon s’il est difficile de voir la différence entre l’humour et ma pratique du zen, alors c’est que mon message est bien réussi 😀
      puissais je prendre la vie avec humour, malgré tous les malgré et accéder ainsi à la juste distance par rapport à tout cela

      très chaleureusement

      frédéric ♥

  3. Zazen, …..je vais en parler à mon chef !!! bonne journée

    • le chef, étymologiquement c’est la tête !
      mais la tête aussi étymologiquement c’est caput,
      alors si nous jouons avec les mots et le célèbre (en France) mot allemand : kaputt
      nous pourrions dire kaputt caput 😆

      frédéric ♥

  4. Heureuse de découvrir ton blog qui me permet d’enrichir ma réflexion actuelle…Justement sur les méthodes de lacher prise…Beaucoup de mal à méditer, en ce qui me concerne quelques postures de yoga choisies en fonction du moment arrivent à point pour me « poser », me consacrer à ma respiration, « perdre mon temps »…ma préférée va à la posture de l’arbre, source de méditation, d’équilibre, de ressourcement pour moi…
    Bon dimanche !

    • Je connais mal le yoga et les postures
      je connais plus le chi kung où il y a aussi une posture de l’arbre, sûrement plus simple mais pas plus facile
      comme elle est pratiquée sans bouger pendant un certain temps, dans certains arts martiaux (Karaté do) on l’appelle aussi Ritsuzen (méditation debout) par rapport au zazen (méditation assise)

      en cas de difficulté à méditer, à se poser, il me semble qu’il vaut mieux le faire très peu de temps, même si le temps ainsi libéré n’est surement pas suffisant pour vraiment entrer en méditation, encore que, mais il crée un ancrage de la pratique en nous, quitte àle répéter plusieurs fois dans la journée

      chaleureusement

      frédéric ♥

  5. Encore un détail d’importance qui rejoint mes « croyances » empiriques : de l’intérêt du négatif. Oui, oui et oui, c’est souvent par lui qu’on apprend.

    Quand à l’état de non duel … Oulala, ça me dépasse !
    🙂

    Marie-Pierre

    • Chère Aime Paix (belle trouvaille ce surnom ! 🙂 )

      « D’ordinaire ce ne sont pas nos amis qui nous mettent à l’épreuve ; ils ne nous fournissent aucune occasion de cultiver la patience. Seuls nos ennemis détiennent ce privilège. Partant de là, considérons notre ennemi comme notre grand éducateur, et avec déférence, puisqu’il nous offre cette chance précieuse. » ~ Tenzin Gyatso ~ * L’art du bonheur ~ Ed Robert Laffont ~ 1999 *

      Qui est ce qui est dépassé ? :mrgreen:

      une phrase donnée par un ami récemment (merci Luc 🙂 ) :

      « Quel est donc ce moi qui n’est moi que pour moi et qui est autre pour tous les autres » Aryadeva

      bon mais là je te provoque en duel 😆

      frédéric ♥

      • J’ai les neurones tellement fondus que je ne peux répondre à tous ces mois et autres ! 🙂
        Poéteusement
        MP

        • J’ai les neurones qui fondent
          J’me souviens plus très bien
          Quel pouvait être son prénom
          Et quel était son nom
          Il s’appelait Je l’appelais
          Comment l’appelait-ton ?
          Pourtant c’est fou ce que j’aimais
          L’appeler par son nom.

          😀

  6. Pour moi , la méditation permet de poser les choses – quand on arrive à dépasser le moment des ruminations… Quant au dépassement de la pensée, au lâcher prise amenant à une certaine vacuité… Peut-être ai-je ne core peur de la vacuité la voyant comme un Rien , Un vide vertigineux dans lequel je pourrais disparaître ! (point de réfelxion poussée dans ce commentaire, je n’ai fait que suivre ma pensée.)

    Bon dimanche Frédéric.

    • Oui Nathamsa, la méditation aide à poser les choses, je le vis aussi comme cela
      mais en effet elle peut nous aider à plus aussi
      pour ce qui est de la vacuité, c’est un concept difficile, surtout vécu en tant que concept
      en tout cas il n’est pas rien
      le 10ème précepte bouddhiste nous enclin (peut ton faire un verbe de cet adjectif ? Ambre au secours 8o ) à ne sombrer ni dans l’éternalisme ni dans le nihilisme
      cela montre bien que la recherche du bouddhisme n’est ni le néant, ni le rien
      donc pas de risque de disparaître
      et si un jour , proche d’accéder à la vacuité tu as peur de disparaître, tape toi sur les doigts, et tu prendras vite conscience que la vacuité n’est pas disparaître 😆

      je t’embrasse

      frédéric ♥

  7. Bonjour Frédéric,

    cette description qu est réellement la méditation apporte une reflexion juste à savoir ne pas s attacher à ce qui vient que se soit des pensées, émotions positives commes des pensées et émotions négatives.
    Il s agit certainement d une posture intérieure qui porte le coeur et l esprit à une conscience totale du moment tel qu il est, à accepter ce qui se passe simplement.
    C est peut être permettre d être exactement là où l on est et tel que l on est sans voir autre chose puisque tout est impermanence.
    Je suis en trein de livre en ce moment très intéressant sur la méditation justement qui s intitule  » l éveil des sens : vivre l instant présent grâce à la pleine conscience  » du Pr Jon Kabat-Zinn, préfacé par Matthieu Ricard, sorti en juin dernier et qui explique cet aspect de la méditation de manière simple, concise.Il enseigne aussi les bienfaits de la méditation de pleinde conscience pour la santé.

    Très belle fin de journée à toi Frédéric.

    Chaleureusement

    • Oui Sandrine, ce livre est intéressant (il y a aussi son autre livre, en poche), je tacherai d’ici la fin de cette semaine de remettre un autre article sur l’aide psychologique que peut apporter la méditation et JKZ a su tirer la substantifique moelle d ela méditation pour lui permettre d’être abordée par tous dans un cadre de bien être
      et il a une bonne approche et travaille dans les hôpitaux
      en France ce n’est pas encore le cas, mais cela bouge, il y a aussi le livre du docteur Frédéric Rosenfield (de mémoire)
      mais la pratique de zazen est justement au-delà de cela,l’intègre, on y passe, mais c’est encore qq chose de plus grand qui s’ouvre

      très chaleureusement

      frédéric ♥

  8. Bonsoir Frédéric, merci de ton passage sur mon blog. Je découvre le tien avec plaisir. Je suis très intéressée par le bouddhisme dont la philosophie me touche beaucoup. Je ne pratique pas la méditation passive mais une forme de méditation active, chaque jour, en écrivant le plus souvent.
    Bonne soirée, à bientôt
    Nathalie

    • La méditation active reste à définir chère Nathalie, mais est une très bonne chose
      l’art est souvent un excellent support pour cela
      car il nous impose de dépasser le rationnel pour toucher l’essentiel
      c’est d’ailleurs pourquoi bcp de maître zen pratiquaient la calligraphie ou les haïku

      chaleureusement

      frédéric ♥

  9. Ce sont justement les paradoxes qui me tranquillisent car, sans savoir pourquoi, ils me paraissent vrais – qu’ils semblent agréables ou désagréables importe peu.
    Et j’aime bien ceci : « la méditation Zen est une perte de temps ». Et probablement des tas d’autres choses aussi, selon l’angle sous lequel on les considère – et sans négliger, tout de même, de s’asseoir et de méditer ! 🙂

    • pour ma part je ne dirais pas que les paradoxes me tranquillisent, au contraire, mais je les aime aussi, car justement, m’empêchant de répondre d’une manière rationnelle par oui ou non, ils imposent de trouver autre chose et c’est cette autre chose qui m’intéresse et m’attire

      amitié

      frédéric ♥

  10. Eric ne manque pas d’humour.. ça m’étonne pas que vous vous appréciiez .. 😉
    Belle journée à toi Frédéric 🙂

  11. Je m’assois tout simplement …
    Belle journée

  12. […] Ce qui vous a le plus attiré : L'illumination ne modère pas ses effetsPrendre les préceptes bouddhistes Les jeux vidéo comme thérapie émotionnelleSesshin Zen à NantesNi trop tendu, ni trop lâche Dix clés pour stimuler votre système immunitaireBouddhisme engagéSolidarité : pour donner l'illusion de voler à un pingouinSemblables et pourtant si différentsZazen, aller au-delà du bien-être… […]

  13. […] méditation va nous permettre d’expérimenter le fait que tout ce bouillonnement mental n’est pas nous, et […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :