• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    août 2009
    L M M J V S D
    « Juil   Sep »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 250,090 lecteurs depuis avril 2009

Accueillir les choses telles qu’elles sont.

aspic

(Aspic Détectives de l’Etrange  Dessinateur : Jacques Lamontagne  Scénariste : Thierry Gloris  Editeur : SOLEIL PRODUCTION)

On parle souvent dans la méditation d’accueillir les choses telles qu’elles sont. Les questions fusent alors :

« oui mais les choses sont comment ? »

C’est accueillir les choses avec ses sensations neurologiques, telles quelles sans y rajouter de processus mentaux par dessus (j’aime, je n’aime pas…)

Vous pouvez en faire l’expérience lors de votre prochaine méditation.
Juste avant celle ci, prenez un objet « qui vous tombe sous la main », qu’importe l’objet, ne le choisissez pas, pour éviter de faire à l’avance trop de projection, le premier objet qui vous apparaît.

Après plusieurs minutes de méditation silencieuse, les yeux fermés, prenez cet objet.

Accueillez maintenant la perception que vous en avez par l’intermédiaire de vos sens. Sentes le contact entre votre peau et l’objet, la forme qu’il a sous vos doigts, son poids relatif, sa température, éventuellement son odeur, éventuellement s’il fait du bruit.

Reposez l’objet et reprenez votre méditation sans objet.

A la fin de votre méditation essayez d’écrire ou au moins de vous remémorer les sensations , ce que vous avez senti (pas ressenti, nous ne parlons pas d’émotion, mais bien de sensations neurologiques par les 5 sens) et maintenant essayez de vous rappeler si vous avez projeté sur ces sensations durant l’exercice, des émotions ou pensées particulières.

Vous pouvez régulièrement faire cela, pour vous aider à apprendre à accueillir les choses telles qu’elles sont.

🙂

Publicités

12 Réponses

  1. Bonjour Lung, j’ai lu avec attention et intérêt ce billet. Par la méditation, je crois, on peut guérir bien des maux de l’âme et cela m’intéresse. Va falloir que je m’extrais un peu de ce monde qui m’entoure, enfin des ondes négatives qu’il m’envoie
    A bientôt et bonne journée

    • La méditation est d’une grande aide pour vivre la vie, et ses difficultés comme ses richesse, d’une manière autre et pleine
      pour moi il ne s’agit pas tant de guérir des « maux de l’âme » que d’assumer ce que l’on est, comme l’expression de notre nature de Bouddha;
      et moins de s’extraire du monde qu’au contraire y plonger de tout son être sans dichotomie entre soi et les autres et comme je le dis dans le billet de ce jour entre le temps de méditation et le quotidien

      Je te souhaite à toi aussi une belle journée, pleine de joie 🙂

  2. C’est un exercice à faire certainement, je crois qu’il est utile…]
    Merci.
    Je te donnerai des nouvelles

  3. —> Bonsoir, cher Lung Ta,

    Je viens de te lire attentivement, et je me suis pris à l’expérimenter, voilà ce qui en ressort :
    Au centre de l’objet, j’ai senti un doux roulement avec un petit bruit qui me parla d’avancer ou de reculer, puis de chaque côté, en posant délicatement mes doigts, j’ai senti que je pouvais appuyer, ce que je fis, j’entendis encore un petit bruit comme un clic. A son écoute, je fus tenté d’ouvrir les yeux et d’envoyer ce message pour t’en faire part…

    Bien chaleureusement, Jack qui te souhaite une belle soirée accompagnée de joie et de paix.

    • Merci pour ton humour Jack
      mais avancement ou recul sont déjà des interprétations du mental, au delà de la sensation 😉
      et ces sensations t’ont amené à un ressenti : le besoin de faire ce commentaire 😀
      En tout cas tu prouves qu’on peut faire cet exercice là où on est sans se déplacer 😆
      Merci à toi 🙂

  4. Tiens-toi droit et souris
    Fais cela en tout temps, à l’heure de la mauvaise humeur
    comme à l’heure de la bonne humeur,
    devant ceux qui te plaisent et ceux qui te répugnent.

    Dans l’aise ou dans la gêne,
    Dans la misère ou l’opulence,
    La maladie ou la santé,
    Tiens-toi droit et souris.

    Parmi ceux qui se précipitent,
    Ceux qui s’agitent dans le vide
    Ou se cognent l’un contre l’autre,
    Tiens-toi droit et souris.

    Parmi les gens qui jouent des coudes,
    Ceux qui tendent les mains pour prendre
    Ou bien qui rampent et louvoient,
    Tiens-toi droit et souris.

    Parmi ceux qui discutent,
    Et ceux qui s’injurient,
    Ceux qui serrent les poings,
    Ceux qui lèvent les armes,
    Tiens-toi droit et souris.

    Devant les justes au cou raide,
    les juges aux vertus sanglantes,
    Les importants qui se démènent,
    Tiens-toi droit et souris.

    Qu’on fasse ton éloge,
    qu’on te crache à la face,
    Tiens-toi droit et souris.

    Chez toi parmi tes proches,
    Tiens-toi droit et souris.
    Devant ta bien-aimée,
    Tiens-toi droit et souris.

    Dans les jeux et les danses,
    Tiens-toi droit et souris.

    Dans la veille et les jeûnes,
    Tiens-toi droit et souris.

    Seul dans le haut silence,
    Tiens-toi droit et souris.

    Au bord du grand voyage,
    Même si tes yeux pleurent,
    Tiens-toi droit et souris.

    Je vous le dis, celui qui sait faire cela en tout temps,
    par la tempête comme par beau temps :
    garder envers et contre tous droiture et bienveillance,
    celui-là, c’est un saint, un enfant pour l’éternité.

    Lanza Del Vasto ; « Approche de la vie intérieure »

  5. Dur dur… surtout pour moi, qui ai pris l’habitude de laisser parler mes émotions, comme devant une photo qu’on m’envoie par exemple, c’est la source de mon écriture, est-ce que cette méditation ne risque pas de la tarir?
    mais je vais essayer tout de même.

    • Comme je le disais par ailleurs, il suffit de voir le lien historique entre les haïku et le zen pour être rassuré ! 😉
      Il ne s’agit en aucun cas de se couper de ses émotions, au contraire de s’ouvrir à elles, d’être présent à elles
      mais il ne s’agit pas de rester non plus, dans ses émotions
      comme l’écriture te permet de matérialiser ces émotions
      la méditation va permettre de les voir en tant qu’émotions, alors que d’habitude nous sommes noyés dedans sans faire de différence entre l’émotion et ce que nous sommes
      l’émotion permet d’entrer en contact avec nos besoins et ceux des autres personnes

  6. Ecrire des haikus est un bon moyen de rester en contact avec soi-même et avec les autres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :