• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    juin 2009
    L M M J V S D
    « Mai   Juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 248,573 lecteurs depuis avril 2009

De la servitude volontaire au capitalisme destructeur de planète

artica

(Arctica – Scénario : Pecqueur, Daniel – Dessin : Kovacevic, Bojan Couleurs : Schelle, Pierre Lettrage : Jalin, Vianney Couverture : Manchu – Editeur : Delcourt)

Quand parfois nous en avons un peu marre, nous pouvons voir que des tas de choses s’entassent dans notre domicile & qu’il est de plus en plus difficile de trouver une place adéquate à chaque chose, comme si la confusion interne débordait sur l’extérieur.

Alors il peut nous prendre l’envie de déménager, de s’installer dans un nouveau lieu, de le réaménager d’une manière plus idéale, de « repartir à zéro ».

Mais si ce « bazar » est pour partie le miroir de notre désordre intérieur,  déménager c’est emmener avec soi ce désordre. On pourrait simplement  « monter sur un tabouret » pour avoir une vision d’ensemble de ce capharnaüm pour mieux l’organiser en fonction de nos moyens. Ou de s’asseoir tranquillement pour laisser surgir nos perturbations intérieures, pour démêler l’écheveau.

Mark Epstein nous dit que

« Selon le bouddhisme c’est notre peur de nous voir soudain tels que nous sommes qui crée la souffrance. » Il rappelle aussi qu’un axiome fondamental du bouddhisme est que « le nirvana (l’extinction de la souffrance) EST le samsâra (le cycle de la souffrance), qu’il n’existe pas de royaume de Bouddha en dehors de la vie de ce monde, qu’on ne se délivre de la souffrance qu’en changeant sa perception, et non pas une migration vers un séjour céleste quelconque. »

Pour reprendre tous ces sujets d’un point de vue de la Terre, je dirais qu’on peut souhaiter un hypothétique changement de fonctionnement des institutions, mais que tant que nous ne nous regarderons pas en face, dans notre manière de penser, de fonctionner, nous reproduirons toujours les mêmes choses. Ainsi rester dans le même modèle de croissance qui « fait comme si »les ressources terrestres étaient inépuisables, mais teinter de vert le capitalisme, reproduira les mêmes effets.

Ici nous ne pouvons pas « déménager ». Nous pouvons  « monter sur un tabouret » comme dans le film HOME et examiner les choses consciencieusement. Nous pouvons aussi nous  imaginer comme un extraterrestre qui aborde la Terre et la découvre.

Que verrait cet extra-terrestre  ?

Une planète agréable à vivre (s’il a besoin des mêmes composants que nous pour vivre) recouverte par différents êtres vivants dont une espèce a pris le « pouvoir » sur les autres. Cette même espèce a bâti un système qui appauvrit dangereusement la terre pour toutes les espèces.Que cette espèce a une capacité importante de gérer le système Terre dans son ensemble (communication, transport, intelligence…) mais qu’elle fait le choix fou de favoriser un petit nombre des membres de cette espèce (plutôt regroupés en certains points de la planète) au détriment des autres et du système en lui même, donc au détriment d’elle-même. Il sera ainsi certainement surpris entre les différences de niveau de vie entre certains groupes de cette espèce, regroupés dans des lieux artificiels et d’autres abandonnés à eux-mêmes sans soins, nourritures, eau potable.

Il pourra faire l’hypothèse que ce fonctionnement ne peut perdurer & qu’il implique une remodélisation complète du fonctionnement cependant c’est ceux à qui profite le système tant qu’il fonctionne, qui possèdent le pouvoir de le changer et les clés techniques et qui donnent la direction à suivre à tous les autres, puisque chacun rêve de devenir comme eux. Le système parait donc inchangeable.

Mais comme cet extraterrestre aurait préparé son voyage vers la planète bleue il aurait lu ses classiques & entre autre « Discours de la servitude volontaire »  et se demanderait comme La Boétie :

« comment il se peut que tant d’humains, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelque fois un tyran seul (ou un petit groupe d‘humains dominants comme ici) qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent, qui n’a pouvoir de leur nuire qu’autant qu’ils veulent bien l’endurer…/… C’est étonnant de voir un million (des milliards ici) d’humains misérablement asservis, la tête sous le joug, non qu’ils y soient contraints par une force majeure, mais parce qu’ils sont fascinés et pour ainsi dire ensorcelés par le seul nom d’un, qu’ils ne devraient pas redouter – puisqu’il est seul – ni aimer – puisqu’il est envers eux tous inhumain et cruel. »

Alors faisons notre extraterrestre et trouvons ici & maintenant le courage de nous asseoir (zazen) pour mieux nous voir et mieux être en capacité de mettre en œuvre les réels changements nécessaires au niveau global, toujours en partant d’où nous sommes.

Publicités

37 Réponses

  1. Tes mots m’ont rappelé ceux ci :

    Ranger ..

    Organiser ,trier ,
    Méthodiquement poser les choses et les idées
    dans l’ordre approprié à leur utilité .

    Afin que chaque espace, chaque recoin
    de ma maison , ma vie et mes pensées
    soit agréable à visiter .

    Quand le regard enfin peut se reposer
    dans la simple nécessité
    de la vie au moment donné .

    Lise

  2. Notre cher Monsieur Gandhi disait : « Soit le changement que tu vois advenir », tout commence par le regard que l’on se porte et par l’analyse de ce que l’on est, de ce que l’on fait pour le bien de tous.
    j’entends souvent dire « haa les industriels si déjà ils commençaient à agir, alors peut etre je me remettrais en question. »
    Je peux comprendre la réaction face à cette industrie irrespectueuse des conséquences qu’elle engendre, mais on ne doit pas pour autant se dégager de nos propres responsabilités.
    Acheter consciemment, respirer consciemment, se déplacer consciemment, tout cela en ayant conscience de l’impact que cela a autour de nous.

    Je connais des parents qui fument au milieu de leur salon avec des enfants en bas age, parlant écologie, mais l’ecologie doit déjà se faire en nous!

    J’ai bon espoir, la conscience de l’interdépendance prend forme dans la societe,
    bonne journée!
    Emilie

    • Tout cela est très juste Emilie
      La conscientisation est un travail qui est parfois à long terme et qui est contagieux, mais pas si rapidement
      Si qqns s’ouvrent à cette prise de conscience, souvent pour 80% des personnes il faut une action plus forte pour changer des habitudes
      Il y a ce qu’on appelle la théorie de Thorstein Veblen, donnée par Hervé Kempf dans son dernier livre qui globalement dit que les coutumes des classes les plus riches définissent le modèle culturel suivi par l’ensemble de la société. La réduction des inégalités, donc la réduction des possibilités de consommation ostentatoire de l’oligarchie, transformera les modèles généraux de comportements.
      c’est pourquoi il me semble qu’il faut agir sur les deux plans : augmenter sa conscience EN ACTES dans notre quotidien et agir pour que l’oligarchie dominante soit obligée de changer son mode de consommation.
      Je lisais dans le Canard Enchaîné d’hier les salaires liés au football (je ne suis pas spécialiste, je découvre), cela concernait Marseille, mais je pense que bien d’autres grands clubs sont concernés, quand on voit les sommes mises en jeu annuellement, la différence avec un SMIC (sans parler du RMI/RSA) comment peut on accepter cette différence qui ne rime à rien, ne correspond à rien ! Et ce ne sont pas les pires !

  3. « Soyons le changement que nous voulons voir pour le monde » disait Gandhi

    Pierre Rabhi, et bien d’autres ne disent pas autre chose….et mettent en place les structures pour que vela puisse changer (Amap… )
    c’est un peu la voie que prone le bouddhisme

    mais je me demande si même une multiplicité de changements individuels, pourra induire un changement global, si le systeme reste le même, je parle bien sur bien sur ce capitalisme destructeur, et…récuperateur, qui a l’art et la manière de récuperer à son profit toutes les belles idées, comme le developpement durable et meâintenant « une croissance soit disante verte » mais qui ne change pas sa manière d’etre (l’exploitation de l’homme par l’homme)

    j’ai longtemps cru à la politique pour pouvoir changer quelqe chose, mais vu les resultats des elections, vu aussi que « le systeme » truque les elections à son profit, on pourra attendre encore longtemps

    reste…
    le passage de la Boetie que tu cites appelle à la resistance si possible non violente, c’est à dire à la desobeissance civile (on en revient à Gandhi)

    amitiés
    Michel

    Agir sur soi afin d’agir dans la société, consommer autrement, agir par la consommation,
    devenir consom’acteur pour ne plus être (con)sommateur…

    http://michel1955.blogspot.com/

    • Pour moi la résitance doit être non-violente, sinon c’est repartir dans un nouveau cercle vicieux
      même si je peux comprendre des réactions violentes (dont les miennes 😉 ), je ne peux jamais les approuver
      je suis entièrement d’accord avec toi, on ne peut attendre un changement dans un tel système, du changement d’un certain nombre significatif d’individus, et on ne peut non plus attendre un changement des individus par un changement du système, le tout doit donc se faire de paire, il me semble
      des gens comme Rabhi ou Gandhi l’ont montré
      Je vais la semaine prochaine à une réunion pour créer une Amap dans notre quartier
      le plus difficile est de trouver ds agriculteurs bios !

      • Oui Lungtazen le tout doit se faire de pair… d’ou mon engagement politque, et ma position sur le devoir de voter…. pour dire non à ce systeme
        (voir un autre de tes posts)

        pour ton amap, si tu ne trouves pas de paysans bio, tu peux faire comme l’assoc Katao à laquelle je participe (une cooperative d’achats plutot qu’une Amap) qui veut encourager les petits producteurs même non bio, mais qui s’engagent dans une voie ethique dont le bio fait partie.
        un lotus pour toi…et pour tous les participants à ton blog que je salue au passage

        Michel

        • Normalement, suivant les statuts, une AMAP doit favoriser le bio
          mais tu as raison l’agriculture raisonnée est à soutenir , ne serait ce que parce que le bio local ne suffit pas
          je vois sur le marché les producteurs de bio qui vendent d’autres produits que leur récolte, vendre des produits qui viennent d’Europe et même au delà, d’Amérique du Sud, c’est un peu contradictoire

          • attention il faut que dans le cahier des charges, il s’engage clairement à « aller vers le bio »
            nous preferons nettement soutenir un petit producteur local qui ne peut se payer la certification AB qui coute cher, plutot que du Bio venant d’Espagne (et produit dans quelles conditions?)

            http://www.katao.fr/

            voila le site de notre assoc
            bien à toi
            bien à vous toutes et tous

            • Finalement nous avons laissé tomber le projet d’AMAP dans la mesure où c’était de l’agriculture raisonnée mais non bio et continuerons à soutenir le bio local principalement par nos achats aux producteurs sur le marché, voir en coopérative bio ou supérette bio.
              merci pour l’info sur votre coop

  4. J’aime bien le poème de Lise, oui en un mot pourquoi accepter l’asservissement : la peur …du changement, de ceci, de cela…peur de la PEUR! Bises
    Sonam
    ps: dommage que je ne puisse pas choisir mon icône, sont un peu effrayants non? Peur de…

    • Sonam, n’aie pas peur de la peur de ton icône 😆
      comme je l’ai déjà dit il doit être possible de les choisir par le site gravatar.com je crois (mais faut pas m’en demander plus)
      ou en ayant un blog wordpress et en donnant une image pour son adresse mail

  5. moi aussi j’aime le poème de Lise et également ce que dit Emilie
    Pour les icônes.. ce ne sont que des icônes .. 🙂
    Bonne fin de journée

    • L’icône, c’est l’image étymologiquement
      donc je reprends ce que tu dis « l’image de soi ce n’est qu’une image » 🙂
      bien d’accord avec cela !
      merci

  6. je vais ajouter mon approbation à tout ce que vous dites, simplement ajouter que la peur de soi engendre la peur des autres, plus je viens sur ce blog plus je me renforce dans l’idéee que nous sommes les propres artisans de nos vies, osons nous regarder et peut-être pourrons nous mieux atténuer « le bazar »
    encore merci Lung Ta

    • Tout est lié et en effet il y a une seule réalité qui est en nous et en dehors de nous, à nous d’agir sur les deux, sans en oublier une par « peur »

  7. …ou, redit autrement :
    « Il faudrait effacer de l’intérieur tout le petit fatras bassement humain, toutes les fioritures. Le fatras s’insinue partout. Créer au-dedans de soi une grande et vaste plaine, débarrassée des broussailles sournoises qui vous bouchent la vue, ce devrait être le but de la méditation.  » ETTY HILLESUM

    • Oui tout à fait
      elle disait juste avant cette phrase :
      « Une heure de paix ce n’est pas si simple. Cela s’apprend.  »

      et aussi dans cette même phrase une note qui nous concerne certainement presque tous, dont il faut comme elle, prendre conscience :
      « Une petite tête comme la mienne est toujours bourrée d’inquiétude pour rien du tout. Il y a aussi des sentiments et des pensées qui vous élèvent et vous libèrent, mais le fatras s’insinue partout. »

      Merci pour ce rappel des écrits de cette grande dame

  8. nettoyer ses pensées, ranger, plus que c’est rangé, mieux qu’on voit l’intérieur, plus qu’il y a de l’espace, et donc la paix….ici, en Inde ou aux toilettes, c’est pareil!

    bizzzzz, Lung Ta!!

  9. En même temps, l’interrogation de Sonam au sujet de l’icône qu’elle ou il n’a pas choisi n’est pas dénuée d’intérêt. En effet le problème c’est que l’on ne peut s’empêcher d’associer notre image intérieure à une image extérieure. Sans compter que tout le monde juge tout le monde sur l’apparence donc finalement c’est normal que Sonam soit attentive (attentif) à cet icône
    Paradoxalement les autres ne vont pas forcément percevoir ce que la personne pense dégager avec l’icône en l’occurrence, de la même manière que l’Autre ne perçoit pas nécessairement l‘image que l’on veut donner de soi. C’est d’ailleurs cela qui est difficile dans la communication, il y a un émetteur qui a une  » intention » et il y a un récepteur qui donne le sens qui lui convient, suivant sa propre histoire …

    • Oui tout à fait
      pour l’icône, faudrait être un peu superficiel pour penser qu’un bête dessin de qqs pixels puissent représenter ce que veut dire, ou etre une personne ! 8) (encore que le tiens te représente bien 😆 )

  10. Pourquoi parler au futur Lung Ta ?
    Tu as une maison ainsi..accordée aujourd’hui à tout ce qui en toi est déjà rangé, simplifié.
    Tout commence par une toute petite idée « ai je vraiment besoin de cela pour vivre « .
    Une simple petite idée qui fait son chemin si on s’applique chaque jour à lui tendre la main .

    • Parce que :
      ¤ la maisonnée qui a représenté 6 personnes pendant qqs décénies s’est retrouvée bien encombrée, d’autant plus que celles qui sont parties n’ont pas encore tout emporté de ce qui leur revient, que celles qui se séparent retrouvent la maison comme port d’attache, que celles qui restent y batissent un nid provisoire en couple
      ¤ j’ai pas trop l’énergie, la capacité physique, de ranger, trier d’une manière suffisemment efficace (déjà le placard de la cuisine rangé une fois par an, se retrouve toujours dans l’état à ranger 😡 héhéhé)

      Mais d’un autre côté je me dis :
      ¤ carpe diem
      ¤ qd le contrat de location va arriver à sa fin & que nous allons devoir partir pour plus petit, le rangement se fera presque automatiquement, puisqu’il faudra le faire 😛

  11. Lilou, Lung Ta ne parlait pas au futur mais au conditionnel (de quoi elle se mêle Ambre encore)

    ceci dit je suis tout à fait d’accord avec toi, avec cette petite idée que tu évoques, elle me paraît très juste, néanmoins la petite idée va faire son chemin tout doucement, très très doucement
    Pour changer un peu je ne vais pas citer Etty mais Julius Spier son maître et ami :
     » Quand on s’exerce quotidiennement à quelque chose on découvre aussi quotidiennement avec quelle lenteur progresse toute évolution »

  12. Trés juste Ambre..au conditionnel..que je situe dans un futur possible ..alors que tout commence aujourd’hui. C’est du moins ce que j’ai tenté d’exprimer .

  13. @ Lung Ta cela me fait drôle de lire ce que tu expliques au sujet du rangement de ce que vos filles ont laissé chez vous
    Les miennes aussi ont laissé moult affaires, meubles, cahiers d’écolière dont elles ne veulent pas se défaire, et j’en passe, mais bien que ce soit « stocké » à la maison – dans ma tête cela ne me concerne pas, ce ne sont pas « mes affaires »
    Il est évident que néanmoins ces « affaires » occupent un espace important là où nous habitons mais j’attends le moment où mes filles les rangeront elles mm ou les jetteront .. qui sait ? 🙂
    Du coup je me pose la question : est-ce que je devrais être moins laxiste en ce qui concerne ces choses qui encombrent la maison ?
    mais comme tu le dis ensuite, certains événements de la vie peuvent faire que l’on soit OBLIGÉ de ranger ..
    Belle journée à toi 🙂

  14. @ merci Lilou, oui il est vrai que tout commence et n’est toujours qu’aujourd’hui 🙂 la difficulté est de le mettre en application car on est souvent hier ou demain ou dans 6 mois, mais « aujourdhui ».. c’est rare 🙂
    Belle journée à toi Lise 🙂

  15. Lung ta , Ambre, je partage exactement le même style de maison ..
    Un jour viendra où elle se rangera peut être d’elle même..

    pour l’instant ceux qui y passent rangent à leur manière..
    Mais cela ne change rien à ce qui est clair en nous et pas à pas se traduit dans nos gestes.
    C’est ce que je voulais dire ..

  16. @ Lilou,
    pourrais tu préciser s’il te plaît « Un jour viendra où elle se rangera peut être d’elle même.. »
    comment une maison pourrait elle se ranger d’elle mm ? 😉 (donne moi vite l’astuce ahahahah !!!)

  17. « (…)’il n’existe pas de royaume de Bouddha en dehors de la vie de ce monde, qu’on ne se délivre de la souffrance qu’en changeant sa perception, et non pas une migration vers un séjour céleste quelconque »…
    J’y adhère à 100%! Il suffit donc de tirer les conclusions qui en découlent pour vivre intensément!

  18. Je faisait référence aux propos de Lung Ta
    « le rangement se fera presque automatiquement, puisqu’il faudra le faire  » il arrive toujours un moment où les évènements décident pour nous ..
    Ainsi j’habite une région où les incendies sont fréquents, en quelques secondes je peux me trouver sans avoir plus rien à ranger ..cela m’aide à relativiser ..et continuer simplement à mettre de l’ordre en moi ..ce qui bien sûr se répercute à l’extérieur .

  19. @ merci Lilou
    oh misère je n’avais pas pensé à ce cas de figure…

  20. […] déjà eu l’occasion de parler d’un de mes livres de chevet pendant longtemps : De la servitude volontaire de La Boëtie. On […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :