• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    juin 2009
    L M M J V S D
    « Mai   Juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 248,573 lecteurs depuis avril 2009

Méditation et relaxation

relax5

Ce billet fait suite à des commentaires récents qui parlaient du lien entre méditation et relaxation.

Des travaux de Herbert Benson (1) dans des monastères bouddhistes ont montré que la méditation engendrait des effets relaxants et ce d’autant plus qu’elle était pratiquée avec foi et intensité.
Pour Benson, les caractéristiques communes à toute relaxation sont :

  1. un environnement calme,

  2. un relâchement musculaire,

  3. une attitude passive et

  4. un certain état de concentration.

Cette concentration peut se porter sur une image mentale, un concept, un objet extérieur, une sensation physique ou sensorielle ou un mouvement ou posture (comme en chi-kung). Cette concentration montre bien le lien entre la détente et la tonicité de la pratique.

Néanmoins, toujours suivant les travaux de Benson, la relaxation était insuffisante pour expliquer tous les effets de la méditation, en particulier, les réponses du corps aux différentes agressions. Ainsi, toujours suivant ces études, les méditants apparaissent comme plus résistants aux stress émotionnels que les sujets qui pratiquent simplement de la relaxation.

Mais pour un méditant assidu, cela ne correspond pas entièrement à la réalité de sa pratique, car il sait bien qu’une méditation n’est pas toujours relaxante, qu’elle peut parfois amener des douleurs physiques, des angoisses, des irruptions émotionnelles intenses etc…
Dans la méditation, ces phénomènes sont considérés non pas comme un effet gênant , mais comme faisant partie du processus de la méditation.  Ils ne sont en général pas utilisés non plus comme dans une thérapie, mais au contraire observés et laissés tels quels sans interprétation ou réflexion, pour laisser s’éteindre d’elle-même leur emprise sur la personne en méditation.

En fait ce qui manque à ces recherches c’est la prise en compte de l’impact de la méditation sur le côté spirituel, l’esprit de la personne qui pratique, donc au delà de la simple réponse physique.

(1) Cardiologue de l’université de Havard, travaux cités par Frédéric Rosenfield dans son livre « Méditer c’est ce soigner » Ed Les Arènes – 2007

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :