• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    juin 2009
    L M M J V S D
    « Mai   Juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 248,573 lecteurs depuis avril 2009

La Paramita (perfection) de l’éthique ou discipline – 1 – : une conduite juste

Equilibre de Ionescu Corneliu

Equilibre de Ionescu Corneliu

Suite de l’étude des Paramita

Une paramita, appelée aussi discipline, qui pose parfois plus problème aux occidentaux qui voient dans le bouddhisme une philosophie doucereuse.

C’est pourtant ce qui peut être la structure de nos périodes de méditation. Pema Chödrön parle d’une

« discipline douce et précise à la fois »

comme Eric Rommeluère qui lui parle de posture de méditation

« tonique et souple »

En effet cette discipline bouddhiste n’est pas non plus une morale c’est une conduite paradoxale entre deux extrêmes, comme le souligne Pema Chödrön :

« cette discipline consiste, à revenir à la douceur, à l’honnêteté et au lâcher-prise. Il s’agit de trouver l’équilibre entre ce qui est trop tendu et ce qui est trop relâché, pas trop décontracté, pas trop rigide. »

Telles les cordes du luth qui firent prendre conscience au bouddha Sakkyamouni que la voie de l’ascèse ne le mènerait pas à l’éveil.

A quoi sert cette discipline pour le pratiquant bouddhiste ? Toujours Pema Chödrön, nous révèle que

« la discipline assure le soutien nécessaire pour ralentir suffisamment et être assez présent pour vivre sa vie sans faire de gâchis. Elle encourage le pratiquant à ne plus échapper à la réalité quelle qu’elle soit. La discipline permet d’être pleinement ici et d’entrer en relation avec ce que chaque moment a de riche. »

suite ici

Publicités

25 Réponses

  1. J’ai pas fait exprès… de parler d’elle aussi : aujourd’hui livres à rapporter, visite au rayon bouddhisme, et voilà.
    « Tsultrim », joli nom. J’ai du mal à confondre discipline et éthique : la discipline, c’est effort, contrairement à l’éthique qui me semble de l’ordre de l’évidence. Mais je n’ai sans doute pas les bonnes lunettes… 🙂

  2. […] prenez la parole La Paramita (perfect… sur La Paramita (perfection) du do…Mifa sur La Paramita (perfection) de l’…Marie-R sur Un pays sans arméerolky sur Un pays sans arméeswadistnana sur Un pays […]

  3. Bon Jour. Merci pour ce texte, je pense qu’il peut être très utile à tous ceux qui pensent que la philosophie bouddhiste est douceureuse, voir « soumise » ou fataliste. Cela n’est nullement le cas je crois. Belle et douce journée. Amitiés

    • hahaha tu as raison
      en fait il y a plusieurs façons, niveaux, pour aborder le bouddhisme
      D’ailleurs un de ses représentants les plus médiatiques, le Dalaï Lama, tout comme le Bouddha en son époque, délivre l’enseignement en fonction des personnes qui l’écoutent
      Et c’est vrai que l’enseignement le plus divulgué est celui des très grandes conférences (genre Zénith), très grandes initiations (il y avait plus de 8000 personnes pour recevoir l’initiation de Padmasambava, combien étaient déjà initiés au trantrisme ? combien avaient déjà pris refuge ? combien pratiquent Padmasambava un an après ?) ou les courts passages à la TV. Dans ces enseignements le DalaÏ Lama donne des indications très généralistes, presque plus psychologiques que spécifiquement bouddhistes (pour l’enseignement de Nantes, les questions / réponses étaient de ce type, il est certain que l’enseignement de Nagajurna était lui TRES pointu, ce qui a surpris bon nombre de personnes qui n’étaient pas habituées à ce genre d’enseignement)
      Du coup on a en effet une image du bouddhisme comme une pratique sympathique, très thérapeutique, un peu genre « pensée positive » de Shakti Gawain, mais le but thérapeutique du bouddhisme est d’amener à l’éveil, ce qui est un processus très preignant et très exigeant
      la discipline est donc très importante, mais on verra dans les billets suivants qu’il n’est pas obligatoirement question ici d’une discipline morale imposée.

  4. moi qui suis ignorante je m’y perds un peu dans tous ces termes et principes, mais petit à petit j’intègre ce qui m’intéresse
    ton blog me plait bien et j’aime aussi y lire les commentaires
    amicalement.

    • Oui tu as raison de le signaler, j’emploie des termes du langage du Dharma (encore un terme) qui sont le plus souvent en sanscrit et connus des pratiquants ou sympahtisants bouddhistes mais pas obligtoirement de tout le monde, le mieux dans ce cas est de me demander la signification de tel ou tel terme et j’en ferai un petit billet, bien normal.
      Merci
      Pour les commentaires ils sont en effet bien souvent plus riches que le billet en lui même grâce à ce que chacun y apporte

  5. Salut !

    Moi aussi je ne vois pas ( encore ) le rapport entre éthique et discipline quoique je me dis souvent que ce n’est pas très étique vis à vis de toi de ne méditer que de temps en temps… surtout que tu nous ouvres tes portes pour celà tous les mercredis soirs ! Un peu de discipline ne me ferait pas de mal…

    Bises
    Françoise C

    • bonjour Françoise
      qu’un peu de discipline ne te fasse pas mal, c’est possible, peut être même plus qu’un peu 😆 mais cela n’est pas à moi d’en juger
      comme tu peux le voir dans le deuxième billet sur cette paramita (et il y en aura un troisième demain) la discipline n’est pas tant une règle morale à laquelle on se soumet qu’un contact avec ce qui est important en nous et que du coup on suit naturellement
      La première chose n’est donc pas chercher à faire plaisir à qqn mais prendre conscience de ce qui est vital pour soi
      Mercredi soir de très beaux échanges sur le vécu personnel de chacun en lien avec cette paramita.
      Au plaisir de te revoir
      je t’embrasse (et j’ai des Spirou qui t’attendent 😆 )

  6. je vote pour! hihi! et oui, tout en douceur, ça me parle à moi….hélas, la discipline un peu moins…mais j’essaye…tout en douceur!

    • La douceur n’est pas pour moi le point le plus important, ce serait plutôt le respect
      respect de l’autre, respect de soi
      mais se respecter implique parfois d’agir vite, parce que nous avons laissé traîné, implique parfois d’agir avec vigueur
      ainsi si je ne soigne pas une maladie, il est un temps où la chirurgie violente par exemple peut devenir vitale
      Ainsi sur la voie de l’éveil, la voie du Bodhisattva, celui qui cherche à donner aux autres la possibilité de sortir de leur souffrance, il est difficile de parler de douceur, de prendre son temps,
      en effet si nous mêmes vivons admettons dans des contitions pas trop mauvaises, il en est d’autres qui ont besoin de notre soutien d’une manière urgente, parce que pendant que nous discutons tranquillement devant notre ordinateur, une personne meurt de faim dans le monde toutes les 4 secondes, et combien de femmes sont violées par jour ? (on ne le saura pas car pour bcp de cas -mariage, victoire militaire, religion…- ce n’est pas considéré comme du viol et pour d’autres il y a une pression sociale tellement gigantesque que les femmes ne peuvent en parler) etc…
      mais à contrario cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas respecter le rythme que nous pouvons tenir, un parent ne peut pas s’impliquer de la même manière suivant les âges et besoins que requièrent son/ses enfantS, pendant ou après une maladie on ne peut pas non plus donner plus que ce que le corps permet, ou si déjà professionnellement on se donner bcp pour les humains, on peut avoir besoin de moments de silence pour se ressourcer
      bref du respect oui
      de la douceur, oui quand c’est possible 😉

      • bravo! je ne l’avais pas vu ainsi, et pourtant, tu as bien raison! j’aime la douceur, mais je sais bien, qu’il faut agir vite et fort dans beaucoup de situations…mais je pense que en moi, je trouve ça aussi de la doucuer, car pour moi, tout ce qui est fait avec amour, est douceur…même si il s’agit de la force ou des actions directes….ma pensée derrière est douceur….

        tendresse…

  7. Plus la vie est difficile plus je crois en une forme de discipline qui, en laissant l’essentiel libre, permet de vivre. Merci Lung Ta pour ces enseignements.

    • C’est tout à fait cela, c’est un vrai oeuvre alchimique 😉 qui est d’avoir une discipline qui remonte naturellement et non pas imposée de l’extérieur pour vivre malgré tous les malgré et ne pas baisser les bras alors que bien souvent par fatigue (entre autres) nous pourrions avoir envie de baisser les bras
      je t’embrasse

  8. —> Bonsoir, cher Frédéric,

    La discipline est fortement conseillée quand tu ne parviens pas à réveiller l’instinct de l’amour qui loge en toi depuis le commencement…

    Bien amicalement, Jack.

    • c’est tout le contenu du billet d’aujourd’hui, la suite, cette discipline est qq chose de naturel que l’on retrouve qu’on peut en effet aussi appeler l’Amour
      chaleureusement

  9. Merci Lung Ta pour ce partage…
    Bises

  10. […] ou un mouvement ou posture (comme en chi-kung). Cette concentration montre bien le lien entre la détente et la tonicité de la […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :