• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 260 005 lecteurs depuis avril 2009

Guides des amours plurielles

libertin

(Contes Libertins  Dessinateur : Milo Manara  Scénariste : Jean De La Fontaine  Editeur : ZANPANO)

L’amour vécu avec joie. Lutiner c’est, pour Françoise Simpère, vivre la avec charme et gaieté, comme le mot Lutin évoque ces Elfes joyeux et malicieux évoluant dans un univers parallèle.

 

Pourtant ici, il est bien question de la vie réelle, ce Lutinage est une démarche politique qui va bien au-delà de l’amour virtuel ou mercantile favorisé par Internet, c’est un choix de vie global appliqué au quotidien.

Ce choix repose sur des valeurs d’égalité absolues des sexes, tout en reconnaissant les spécificités et sensibilités particulières. Mais aussi il s’oppose  à une monogamie porteuse de valeur capitaliste, de possession de l’autre, de consommation compensatrice de frustration et est au contraire porteur de valeurs de respect de la vie, de l’autre, des rythmes, de l’ouverture, de la valeur des liens sociaux.

Ce n’est pas non plus un nouveau dogme imposé, ceux qui se trouvent bien dans la monogamie, sans fantasmes ou désirs extérieurs doivent continuer à s’y épanouir. Mais la monogamie, mise en avant socialement pour préserver l’ordre et le pouvoir établi, n’a quasiment jamais existé en tant que norme respectée, encore aujourd’hui, en dehors des adultères il n’est qu’à voir la vie cahotique des couples qui se font et se défont pour le plus grand malheur des adultes comme de leur progéniture.

Oui, un livre qui fait du bien, pour réfléchir, être bouleversé, et se remettre en cause, pour moins de souffrance, plus de respect de soi et de l’autre, plus de bonheur. Laissons la parole à l’auteurE (Françoise Simpère) pour parler de son livre sorti hier :

Comme son nom l’indique, ce livre n’est pas un mode d’emploi, mais un guide, que chacun peut adapter à son propre vécu, avec :

De « Ailleurs » à « Sexe », un glossaire sur la théorie amoureuse du Lutinage, suivi, pour chaque entrée, des questions qui m’ont été posées ou que je me suis posées à une époque où nul ne pouvait me conseiller.

Un « guide de savoir-vivre des Lutins », à partir de situations concrètes authentiques, pour mieux faire face aux événements inédits que traversent les Lutins dans un monde officiellement monogame.

Des témoignages de Lutins et Lutines illustrant la variété des vécus à partir d’un même principe, preuve manifeste d’une évolution en profondeur des comportements amoureux. Ces témoignages montrent aussi bien les difficultés de ce mode de vie que le bonheur qu’il apporte.

Et comme je suis maintenant dans des désirs d’écriture totalement différents, c’est la dernière fois que j’écris sur les amours plurielles, alors profitez-en !

" Guide des amours plurielles : Pour une écologie amoureuse " de Françoise Simpère chez Pocket

 » Guide des amours plurielles : Pour une écologie amoureuse  » de Françoise Simpère chez Pocket

xxxxxxxxxxxx

" Guide des amours plurielles : Pour une écologie amoureuse " de Françoise Simpère chez Pocket

 » Guide des amours plurielles : Pour une écologie amoureuse  » de Françoise Simpère chez Pocket

30 Réponses

  1. la sortie du livre était prévue pour le 7 mai et a eu un peu de retard.. grâce à toi je sais que je peux maintenant le trouver chez le libraire 🙂
    j’aime beaucoup la façon d’écrire de Françoise. Elle est très fine, très respectueuse, et à une époque où on « prône » le libertinage à toutes forces, il est bien agréable de croiser quelqu’un qui n’impose pas ses choix comme la seule vérité.Au contraire..ses livres ouvrent des réflexions qui vont bien au delà du simple libertinage, telles  » les valeurs d’égalité absolues des sexes, la monogamie porteuse de valeur capitaliste, de possession de l’autre, de consommation compensatrice de frustration  »
    Bon ceci dit, tu dis que c’est un livre qui amène moins de souffrance, peut être pas, car c’est pas un livre qui va changer notre vie (ça serait un peu facile) mais qui apporte un regard nouveau, ça c’est sûr !
    merci et bonne journée à toi

    • Cela n’est pas du tout du libertinage, et la partie « sexualité » n’est qu’une partie et non obligatoire
      et en effet comme tu le dis c’est un modèle proposé concret et vécu, mais qui n’est ni imposé comme le modèle ni qui n’empêche de vivre suivant un autre modèle pour ceux qui s’y retrouvent
      et même je dirais qu’il ne faut pas en faire un modèle normé et dominant car il perdrait tout intérêt sûrement un peu comme l’injonction paradoxale : « soit libre ! »

      Tu as raison le fait de prendre conscience peut amener à ne pas trouver la vie confortable, voir ces commentaires mais cela ouvre tout à coup des espaces, et une impression de vivre, et de ne plus être ni dans le subit, ni dans le soumis tout le temps

  2. PS les livres de Françoise sont pour moi un bon outil de réflexion et je les relis souvent

  3. « Qu’est ce que la fidélité ? Le sentiment de posséder un corps et une âme qui ne m’appartiennent pas ? »
    (citation que je lis dans la marge à gauche)
    ben non.
    La fidélité c’est le fait d’offrir sa foi, d’être fiable.
    Ainsi, par exemple, peut on parler de la fidélité que l’on trouve chez un(e) ami(e) que l’on peut associer également me semble t il à l’idée de fiabilité
    un ami fidèle c’est quelqu’un en qui je sais que je peux avoir confiance.. ça me rappelle une phrase que j’ai lu sur le blog de Mifa .. attends je vais voir

  4. voilà, c’était ici
    http://mifazzablog.wordpress.com/2009/05/19/telephone/#comments

    oh, désolée, j’ai monopolisé toute la place 😦
    je file !
    Bonne journée !

    • Les commentaires ne me semblent pas limités , ce qui est toute la place peut vite ne devenir qu’une partie
      sans perdre de son intérêt
      nous ne quittons pas le sujet principal
      😉

  5. Je reste très dubitative : la théorie est séduisante, la pratique reste désastreuse, si j’en juge par ma lucarne… L’enjeu reste le plaisir et bien d’autres inconscients : le chemin de l’amour conscient m’intéresse davantage, où il n’est pas non plus question de posséder autrui, mais de grandir ensemble, de se posséder soi-même…
    Oui Mabes est quelque peu réac, elle assume ! Bon pont Lung Ta !

    • Tout d’abord il n’est pas question d’être réac ou pas
      face aux amours libres des années 70 qui s’opposaient à l’amour bourgeois on pouvait parler de réac (à tort ou à raison) pour ceux qui s’opposaient
      Ici il n’est pas question de s’opposer, mais de s’ouvrir

      pour ce qui est de la théorie est séduisante, la pratique reste désastreuse, je ne sais pas de quoi tu parles
      car la vie de couple normée actuelle (monogamie) peut en effet répondre à cette remarque
      Un divorce sur deux mariages (sans parler des couples non mariés qui se séparent) en grande ville, un sur trois dans toute la France
      oui c’est un désastre, pour le couple, et pour les enfants
      ce sont ceux qui pour protéger les enfants (noble souhait) veulent s’accrocher à la vision familiale romaine ou napoléonienne 😉 qui manquent cruellement de réalisme et continuent à créer cette souffrance chez les enfants

      L’enjeu reste en effet le bien-être pour ne pas dire le bonheur, en tout cas la découverte de l’amour, mais en effet en toute conscience
      Alors que le fonctionnement actuel est plutôt justement basé sur des refoulements, des culpabilités, frustrations et des mensonges

      La difficulté quand on parle de cela, et j’assume le fait d’en avoir parlé, c’est l’incompréhension, car on est reçu comme quelqu’un qui parle de liberté de relations sexuelles à foison, mais comme je répondais à Ambre, la sexualité n’est qu’une partie de cette vie (comme elle n’est qu’une partie de la vie de tout couple)
      par ailleurs il ne faut pas se leurrer ce sexe est omniprésent et d’autant plus avec internet, celui qui dit le contraire tout en étant connecté serait bien hypocrite
      voir les fabuleux succès des sites de rencontres (et quelle misère affective pourtant derrière tout cela)
      or cette markettique du sexe apauvrit la relation, le libertinage qui devient presque obligatoire comme le sous entend Ambre est pour le plus souvent réduit à une part congrue de l’humain mais n’est que dans de rares cas exceptionnels véritable rencontre

      Françoise propose (mais elle n’est pas la seule) une véritable piste concrète de vie plus épanouie, à construire, donc pas obligatoirement facile, mais faite de respect de l’autre & de soi et in fine donnant un cadre plus rassurant et stable pour les enfants

      on n’est pas obligé , heureusement, d’être d’accord avec cela 🙂

  6. « […] en dehors des adultères il n’est qu’à voir la vie cahotique des couples qui se font et se défont pour le plus grand malheur des adultes comme de leur progéniture. »

    C’est un peu étrange de critiquer le schéma social monogame en disant que ça fait souffrir les adultes et les enfants (qui voient leur éducation changée notamment) pour justifier la polygamie et la « liberté », puisque c’est bien ce qui provoque cette fameuse « vie chaotique » dans les couples.

    Et la « monogamie capitaliste » ou l’égalité des sexes par le « lutinage », j’ai un peu de mal là.

    Enfin bref ça a encore l’air d’être un bouquin prônant une idéologie où le plaisir est synonyme de bonheur, qui peut toutefois être intéressant à lire, avec un œil critique et du discernement.

    • Cher AD, j’ai déjà un peu répondu dans le commentaire à Mabes
      Mais encore une fois, il faut lire le livre pour juger, e t peut être mon texte était il trop rapide pour être clair
      j’y reviendrai 😉
      Face à un système hypocrite qui crée de plus en plus de situations complexes où les enfants ne s’y retrouvent pas obligatoirement (et je dis cela, car ayant eu l’occasion professionnellement de voir passer un certain nombre de familles en difficultés) il parait important de trouver une voie plus ouverte, plus consciente, plus respectueuse
      à chacun d’en faire son expérience, Françoise propose une piste, qui n’est pas intellectuelle, mais qui est vécu, on ne peut faire fi de cette expérience de vie

      ce qui provoque la vie chaotique n’est pas le fait d’être en capacité de batir plusieurs relations dans sa vie, qu’elles soient amicales ou amoureuses, mais le fait de le faire d’une manière hypocrite, la société est déjà polygammeANDRE mais ne l’accepte pas, il suffit de voir la dé/construction de couples successifs, les tromperies , le libertinage, plus ou moins subit pour un des membres du couple (ou encore on me parlait de libertins qui en fait restaient très jaloux de ce que l’autre pouvait vivre en dehors du libertinage, donc une liberté sexuelle apparente, mais un désir d’appropriation continuel)

      Le plaisir n’est pas bonheur, le bonheur amène le plaisir et la joie, mais il n’est pas un état orgasmique continuel, mais un processus qui se construit et qui dans cette construction amène à passer des moments inconfortables

      pour finir je suis d’accord avec toi 🙂 tout reste à prendre avec critique et discernement 😀

  7. Je passe mon tour !.. ceci me paraît être une bon exemple de « pont aux ânes » – mais je peux me tromper, ce ne serait pas la première fois ! :o)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_aux_%C3%A2nes

    • Merci pour la définition car je ne connaissais pas cette expression !

      C’est certainement une difficulté, mais en fait c’est une difficulté en général de se mettre etde vivre en couple
      ceux qui peuvent dire le contraire sont très rares ou très hypocrites 😉
      mais cette difficulté n’ôte rien au plaisir et satisfactions d’y être
      et la notre vie se construit dans la compléxité et nous impose d’être imaginatif

  8. et puis, atteignant un certain age, par dela polygamie et monogamie resteront les (menus) plaisirs de l’origami (plié de rire)

  9. Tu réponds à Mabes « le sexe est omniprésent, voir les fabuleux succès des sites de rencontres (et quelle misère affective pourtant derrière tout cela) »
    non non non !!! pas d’accord !!
    On ne rencontre par par internet parce qu’on est un « miséreux affectif » on rencontre par internet parce que c’est rapide et efficace (le moyen est efficace, je ne dis pas qu’il donne de bons résultats)
    Des miséreux affectifs, yen a toujours eu, et sûrement des pires qu’aujourd’hui, la solitude n’est pas une nouveauté !
    Simplement avant, (=avanr internet) les rencontres commençaient par un geste, un regard, une inclination éventuellement (comme disait Mme de Scudéry càd un coup de foudre) mais tout aussi bien la tendresse et l’amitié pouvaient déboucher sur l’amour
    Aujourd’hui, on essaie de faire pareil mais à toute vitesse et à coups de sélections par clics. Mais à quoi on accède alors : à une rencontre où on est censés tout connaître de l’autre (ben oui on a lu son CV sur le site) mais on est gêné de se parler, de se regarder, parce qu’on est censés s’être déjà tout dit. Il faudrait pouvoir passer directement à la case sensualité, mais là non plus ce n’est pas toujours simple. J’en connais qui le font allègrement, et avec succès. Mais j’en connais aussi beaucoup qui sont déçus que la réalité ne soit pas en accord parfait avec le CV virtuel
    Tout cela pour dire que ça ne traduit pas plus une misère affective qu’avant. Juste une façon de se rencontrer différente, c’est tout !
    Mais tout le monde ne se rencontre pas par internet non plus .. ! (mm si les statistiques disent qu’on est de moins en moins à suivre le cheminement « d’avant »),
    C’est donc sur les nouvelles façons « d’être ensemble » qu’il faut s’interroger, car ce sont elles je crois qui peuvent exacerber le sentiment de solitude qui est en tout humain en lui donnant l’illusion qu’il a plein d’amis/amants … qui peuvent s’évanouir en un clic !
    Bonne journée à tous

    • Oui la solitude a toujours existé et parfois de manière cruelle
      Oui je maintiens que le rythme et le mode de vie actuelle crée un « vide affectif »(même si on ne peut surtout pas généraliser à tout le monde, je parle de tendance) où internet joue un rôle important pour deux raisons : Il « capte » et fait négliger le lien « physique » (un peu en lien avec ces nouvelles manières d’être ensemble dont tu parles)et il fait croire qu’il est plus efficace. Je n’ai ps d’expérience importante 😉 de rencontres par Internet, mais c’est un jeu truqué, car si le Renard demande au Petit Prince de l’apprivoiser, c’est pour justement que chacun prenne le temps de découvrir la différence chez l’autre et que ces différences réciproques trouvent manière de se tisser ensemble sans faire UN mais faisant du nouveau
      ceci dit je ne critique pas Internet, chacun fait comme il peut avec les moyens qu’il a là où il est
      En tout cas il reste derrière cela, de mon point de vue, une notion marketing, j’ai entendu à la radio qu’il existerait un site de rencontres qui serait comme un supermarché, chacun a une étiquette qui vante ses qualités et avec ton panier tu fais tes courses
      c’est amusant au 1er abord, mais surtout emblématique de ce qui se passe en général

      Mais bien sûr que tout n’est pas cela 😉

  10. je viens de me rappeler que je n’étais pas venue ici regarder si tu avais répondu à mon dernier comm 😉
    ormis le fait que je n’ai pas pu accéder à ton blog aujourd’hui (mon PC n’aime pas wordpress.. 😦
    Heu, sinon, nous disons à peu près la même chose, non ? 😉
    En ce qui concerne l’anecdote à la fin (ce que tu as entendu à la radio) c’est plus précisément un supermarché réservé aux femmes car dans leur panier, c’est l’homme de leurs rêves qu’elles choisissent … SUPER, non ???? 😀

    « tout n’est pas cela » dis tu
    Je dirais : faisons attention que tout ne devienne pas cela !
    Bonne soirée à toi

  11. j’ai eu la chance (sous mon autre nom) de l’avoir rencontré, cette dame fabuleuse et pleine d’énergie (positive) lors d’un festival sur l’écologie, ou j’étais une invité et elle nous « interviewait)….faut absolumment que je lis son livre!!!

    • Françoise est journaliste scientifique, engagée dans tout ce qui est en effet écologie (brrr 😦 j’aime pas mettre dans des bocaux avec étiquettes), et a participé plusieurs fois à des rencontres écologiques, avec entre autres Jean-Marie Pelt je crois

  12. « Changement de pâture réjouit les veaux »

    Bon, j’ai dit assez de bêtises pour ce soir….J’espère que tu ne m’en voudra pas! 🙂

    Bonne nuit Lung!

    • Si déjà cela peut apporter du bien être 😉
      mais faut il que tous les veaux soient d’accord
      je ne suis pas pour les infidélités 🙂

  13. Merci pour ta longue réponse, OK pour ta reprise sur le mot réac !
    Effectivement ce serait bien que tu nous donnes à lire des extraits, je crois qu’en fait je ne saisis pas bien l’enjeu de ce livre, et don l’ « intérêt du lutinage », tellement proche du butinage ! question d’expérience(s) sans doute…( je n’ai jamais voulu avoir l’expérience du mariage entre autre et donc c’est sûr en ce domaine tout est très personnel ) mais promis je jetterai aussi un oeil en bib !
    Connais-tu la Voie de l’amoureux d’Arouna Lipschitz ?

    • L’enjeu ? C’est tout simplement de mener une vie plus sereine, plus accomplie, plus authentique, en dehors du boulot, la vie amoureuse et la vie de couple est bien ce qui nous préoccupe le plus en général avec ensuite l’éducation des enfants
      Quant au butinage, c’est ce qui nous donne le miel, pas si mal 😆
      Pour le livre de Lipshitz je ne l’ai pas lu, mais je l’ai plusieurs fois « manipulé » 😉 chez le libraire, mais c’est justement un livre construit sur l’échec amoureux, bon je crois que la prochaine fois je vais le prendre 😀 MERCI

  14. OK c’est bien cela : vraiment pas du tout la même expérience, ni la même intention de départ dans la vie (mabes jamais mariée, pas d’enfants… échec amoureux oui ;-))
    le miel oui pas mal : merci à nouveau pour un rire matinal !!
    donc si je comprends bien on échangera nos impressions de lecture sur ces deux livres !
    En tout cas merci pour cet échange, qui bien sûr tombe à pic…

  15. Merci d’abord, Lungtazen de ta lecture de mon livre. Je voulais juste préciser que ce guide n’est pas orienté vers le « plaisir » (même s’il est présent, évidemment) ni même vers le bonheur- même s’il nous est donné de surcroit- mais sur les a priori sur lesquels nous fondons notre vie amoureuse, a priori issus de mythes, de contes, de conditionnement social, et qui ne tiennent pas devant la réalité. Par ailleurs, loin de prôner une liberté débridée, j’insiste – parce que je l’ai vécu, en 35 ans de Lutinage- sur la responsabilité, sur l’attention aux autres, sur l’autonomie et la capacité à être seul- dans nos sociétés, la solitude est toujours péjorative alors qu’elle peut être très formatrice aussi- sur l’ouverture des possibles au détriment des normes imposées et surtout- tu as dû le remarquer en tant que bouddhiste, sur le travail que tout Lutin doit effectuer sur l’Ego: avoir confiance en soi et rester humble en même temps. Bref, c’est du travail qu’on effectue seul et avec ses partenaires, et ce travail contribue à donner du sens à ce choix… qui ne convient pas à tous, j’insiste aussi. Je ne suis pas contre la monogamie mais contre le fait qu’elle soit présentée comme seul modèle possible, et contre le fait que tant de gens en transgressent les principes de base, preuve que ce modèle ne leur convient pas.

    • Merci Françoise pour ce commentaire et toutes ces précisions importantes

      Je suis bien d’accord avec toi que ce livre parle d’amour, de respect de soi, de l’autre, de se faire respecter, je viens d’ailleurs de le prêter à une de mes filles qui a un passage amoureux difficile, non pas pour les idées Lutines , qui ne l’intéressent pour l’instant, mais pour justement tout ce que tu écris sur l’amour et le respect et la responsabilité.

      Sinon je lis en ce moment « Pour en finir avec Dieu » de Richard Dawkins (Ed Perrin en poche) voilà qqs extraitsde ce qu’écrit ce scientifique spécialiste de l’évolution :
      « Plutôt que que la dévotion fanatiquement monogame que nous avons fortement tendance à avoir, à y regarder de plus près, une sorte de polyamour est plus rationnel.
      Le polyamour est la croyance qu’on peut aimer en même temps plusieurs personnes du sexe opposé, de la même façon qu’on peut aimer plus qu’un seul vin, un seul compositeur, un seul livre, un seul sport.
      Nous acceptons volontiers qu’on puisse aimer plus d’un enfant, parent, frère ou soeur, ami ou animal de compagnie.
      Quand on regarde les choses sous cet angle, est-ce que l’exclusivité totale qu’on attend de l’amour conjugal n’est pas vraiment bizarre ?

      Le coup de foudre irrationnel, pourrait être un mécanisme destiné à assurer pour un coparent unique une fidélité suffisamment durable pour que tous les deux élèvent ensemble un enfant. D’un point de vue darwinien, il n’y a aucun doute qu’il est important de choisir un bon partenaire, pour toutes sortes de raisons. Mais une fois que ce choix est fait, même s’il est mauvais, et que l’enfant est conçu, il est plus important de s’en tenir à ce choix unique contre vents et marées, du moins jusqu’au sevrage de l’enfant. »

  16. “[…]Le polyamour est la croyance qu’on peut aimer en même temps plusieurs personnes du sexe opposé, de la même façon qu’on peut aimer plus qu’un seul vin, un seul compositeur, un seul livre, un seul sport.[…] »

    Le problème étant dans cette absurdité de la langue française qui nous permet « d’aimer » un frigo avec le même mot qu’un enfant ou que son conjoint.

    « J’aime vraiment ce frigo, toi aussi je t’aime. »

    L’amour d’un enfant n’est pas comparable à celui de son conjoint, ils n’ont pas la même fonction ou sens, même si les deux se doivent véritables et basés sur un dont total de soit, enfin je crois.

    Après si l’ont veut exercer un « amour véritable » avec son frigo, libre à chacun, j’imagine que c’est ça la fameuse liberté sexuelle 😛

    Et puis comparer « l’amour véritable » à l’amour du sport, c’est quand même un peu rude je trouve…Si c’est les scientifiques qui nous enseigne l’amour de nos jours, on est mal partis je crois.

    En grec il me semble qu’il y a plusieurs mots pour désigner les différents types d’amour (amour de dieu, amour affectif, amour « amoureux »). Enfin si quelqu’un s’y connait en grec il pourra surement mieux en parler que moi.

    • Oui tu as raison l’exemple n’est pas très gracieux quand on parle d’objets matériels, aimer un objet, c’est désirer et apprécier les effets que l’on peut en tirer, aimer un être humain c’est pour moi faire tout pour qu’il soit heureux tout en se respectant soi-même.
      Néanmoins l’exemple reste valable à mon avis à deux titres :
      Tout d’abord qu’un scientifique spécialisé dans l’évolution convienne que la monogamie n’est pas rationnelle en soi mais est mise en oeuvre dans le cadre de l’évolution des espèces malgré son coût humain alors qu’un engagement pour élever ses enfants serait plus rationnel. Et qu’on ne me parle pas d’être choqué par ce rapprochement rationalité / amour, car j’ai vu trop de couple passer où l’amour n’était plus qu’un souvenir ou une valeur idéale mais en rien un vécu présent et où la rationnalité était bien présente lorsqu’il s’agissait de partager les petites cuillères des couteaux lors du divorce
      Ensuite l’humain peut en effet donner autant d’amour qu’il veut à des personnes différentes sans diminuer la qualité de cet amour. C’est vrai pour les amis, dont la différence que nous faisons c’est que cette intimité ne franchit pas la barrière de la sexualité mais c’est vrai aussi pour les enfants. Il y a des familles trop nombreuses avec un seul enfant, c’est à dire où il est difficile de prendre la responsabilité de cet enfant de pouvoir l’aimer sans egoïsme, mais d’autres qui ont plusieurs enfants et qui ne sont pas trop nrombreuses, où il est possible de donner à chacun de cet amour sans en diminuer la qualité.

      Donc pour moi l’amour qu’on donne ainsi est bien le même , ce qui change c’est le contexte, ainsi pour l’amour donné à ses enfants il est nécessaire de respecter les frontières générationnelles qui fait qu’il s’exprimera d’une certaine manière et aussi qui a créé la règle universelle de l’interdiction de l’inceste qui protège les enfants. Mais là encore il ne faut pas dire que le système favorise cette frontière. Ainsi suite à cette pseudo-monogamie qui n’en est plus une vus les changements de couples (séparations et recompositions, rappel 1 pour 2 dans les grandes villes en France, 1 pou 3 en moyenne) il y a de plus en plus de famille monoparentale, et dans l’exemple le plus courant (mais je suppose que l’inverse est aussi vrai) élever seule son enfant pour une mère est très difficile (et je ne parle même pas des conditions financières) car se met facilement en place une relation fusionnelle où l’enfant et le parent peuvent se confier plus que ne le permettrait normalement cette frontière générationnelle, comme un couple d’un nouveau type.

      Les scientifiques n’enseigneront pas l’amour, mais certainement qu’ils nous apprendront (et le font déjà) quel processus se déroule en l’humain lorsqu’il est amoureux, et bien sûr que cela peut déranger dans la mesure où cela explique d’une manière plus rationnelle un processus, mais cela n’empêchera pas l’humain de tomber amoureux, de faire de la poésie, des haïkus , de la peinture 😉

      Pour terminer je ne connais pas trop le grec mais j’aime l’étymologie , et tu as raison il y a en grec trois manières de parler de l’amour :
      éros qui est l’amour avec sexualité, l’amour avec ego c’est à dire ramené à son plaisir
      philia (philo) qui l’amour amical et idéal dans le sens où l’ego se tourne pour donner du plaisir à l’autre
      agape qui est l’amour du partage du don ultime, on le compare souvent à l’amour divin

      chaleureusement

  17. […] et avec le courage de monter sa propre maison d’édition. Je vous avais déjà parlé de son Guide  des amours plurielles.Pour éviter toute polémique (encore que la différence crée la richesse ) je reprécise […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :