• Catégories

  • Chaque jour est le bon

  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 260 006 lecteurs depuis avril 2009

Notre vie est bâtie sur des croyances que nous prenons pour la réalité

AutHausman

(Sorcellerie et croyances populaires en Wallonie Scénario : De Warsage, Rodolphe Dessin : Hausman, René Editeur : Noir Dessin Production)

Notre vie est bâtie sur des croyances, mais le plus pathologique est que nous avons la croyance que nous vivons dans un monde rationnel qui est tel que nous le voyons, du coup nous prenons le trompe-oeil de nos croyances pour la réalité telle qu’elle est.

Nous avons nos propres croyances sur nous-mêmes.
Elles sont issues de ce que les autres disent de nous, surtout si ce sont des personnes pour qui nous avons une certaine reconnaissance. C’est ce qu’on appelle en psychosociologie les «prophéties interpersonnelles autoréalisatrices». Ces personnes peuvent être nos parents, ceux qui nous élèvent, les médecins, mais aussi les enseignants, etc.
Par exemple, Robert Rosenthal et Lenore Jacobson, deux psychosociologues américains ont fait une expérience dans les années 60. Ils ont tiré au sort, parmi des élèves reconnus d’un niveau très bas, un petit groupe qu’ils ont présenté à leurs enseignants comme ayant parfaitement réussi un test d’évaluation de compétences intellectuelles. Cette présentation de la réalité a produit chez les professeurs des préjugés positifs. Ces élèves sont devenus au cours de l’année de très bons élèves. Leurs camarades non choisis, sont restés dans la médiocrité qui avait été annoncée!

Nos croyances se forment au fur et à mesure des expériences que nous vivons, selon les émotions que nous ressentons face à ces expériences.
Nous rattachons alors ces émotions à ces expériences. Si nous ratons quelque chose, nous en concluons que nous sommes mauvais pour le faire.
Imaginons qu’un bébé fonctionne de la même manière, nous marcherions tous encore à quatre pattes, vu le nombre de fois que nous sommes tombés en essayant de marcher. Car comme le dit un haïku japonais :

« Telle est la vie
Tomber sept fois
Et se relever huit. »

C’est pourtant ce mécanisme qui constitue principalement notre apprentissage de la vie.
Par exemple, bébé, nous sentons de la joie lorsque nos parents nous prennent dans leurs bras & de la souffrance lorsqu’ils ne répondent pas à nos cris. Un enfant à qui il aura manqué de la tendresse pourra penser  : « Personne ne répond à mes demandes donc personne ne s’intéresse à moi », et cela pourra entraîner la croyance : « on ne peut compter que sur soi-même ! », ce qui va peser fortement sur ses comportements avec une propension à l’isolement, une méfiance a priori envers les gens et la société, etc.

Ainsi on peut voir que dans une boucle fermée nos croyances vont se renforcer et transformer la réalité pour la faire conformer à ce que nous croyons qu’elle est.
Par exemple, si je crois que le monde autour de moi est menaçant et que je dois m’en méfier, comment vais-je me comporter ? Je vais être méfiant vis-à-vis des personnes rencontrées, le plus souvent en retrait des groupes qui se forment, prudent et introverti de peur qu’on retourne contre moi ce que j’aurai pu dire, etc. Du coup les gens vont sentir cette défiance, ne pas me trouver franc et ouvert et vont ressentir eux aussi de la méfiance en retour. Je pourrai alors penser : « J’avais bien raison de me méfier, ils sont distants et peu amicaux »
Ma croyance s’auto-alimente ainsi et renforce des comportements négatifs.

Pour résumer quand on est convaincu d’une chose elle devient notre réalité. Même processus pour quelque chose qu’on croit sur soi, que ce soit en positif ou en négatif, on se comporte d’une manière qui reflète cette chose. Et enfin les autres finissent par nous voir comme nous nous voyons nous-mêmes et tel que nous nous montrons.

Il n’y a pas à juger nos croyances, la seule chose qu’on puisse affirmer c’est qu’elle ne sont pas la réalité. On peut chercher à prendre conscience de leur existence et de noter leurs effets pour voir s’ils sont positifs ou limitants dans notre vie et dans la vie en général.

Maintenant au travail  : Par la méditation ou tout autre moyen  que vous choisirez, revoyez ce que vous avez vécu dans la journée, telle réaction, tel jugement, telle action… Par quelles croyances ont ils été créés ? Avec quels effets ?

13 Réponses

  1. YES ! Un bon exercice effectivement ! Bonne journée à toi !

  2. Il me semble que tous autant que nous sommes, nous avons grandi et nous vivons avec un certain nombre de croyances. C’est d’ailleurs une des particularités du monde humain.
    Partant de là, comment affirmer qu’elles ne sont pas  » la réalité « , puisque 1°) c’est la notre et 2°) la réalité n’a que le sens que l’on veut bien lui donner ? 😉

    • Je suis entièrement d’accord avec les points 1 & 2 🙂
      Mais quand on a dit cela, on a bien décrit justement le fait que ce n’est pas la réalité puisque chacun suivant son expérience, son état, son contexte, la verra différemment. 🙄

  3. @ Ambre : Si tu veux que la lune soit un fromage blanc et que les chats noirs portent malheur, pas de problème pour moi ;o)

  4. est-ce qu’on ne peut pas envisager que les croyances que l’on entretient peuvent être dans certains cas des stratégies de survie ?
    Est-ce qu’on ne pourrait pas nuancer aussi cette notion « Si nous ratons quelque chose, nous en concluons que nous sommes mauvais pour le faire. »
    car pour certains, l’échec ne génére pas obligatoirement le sentiment d’être mauvais (heureusement !)

    Et je butte autant qu’à la première lecture sur la « réalité »
    puisque les croyances induisent ce qui fait notre « réalité » comment définir quelque chose qui revêt autant de formes que de personnes et de situations ?
    pour reprendre l’exemple du bébé à qui on ne donne pas des marques de tendresse il s’agit pourtant bien au départ d’une réalité
    et l’émotion d’abandon du bébé elle est bien réelle aussi
    Si la personne se place ensuite dans des situations qui la confortent dans ce qu’elle a connu dès ses premiers jours, là aussi ça reste sa réalité
    alors comment modifier sa « croyance » puisque ce que nous « croyons » est forcément intimement lié à notre environnement ? et que pour sortir de cet environnement il faudrait « changer de croyance » ? donc de réalité ?
    alors pour en revenir à ma question de départ comment définir quelque chose qui revêt autant d’aspect ?

    Bonne journée à toi

    @ Mifa, clin d’oeil et bonne journée à toi aussi 🙂

    • Certainement que les croyances sont des stratégies de survie puisqu’aller au delà de nos croyances c’est accepter l’inconnu
      c’est pourquoi la méditation peut nous secouer car elle nous aide à renverser l’échaffaudage de trompe l’oeil pour prendre le risque d’aller voir derrière

      Bien sûr que pour bon nombre un échec est qq chose de normal dans la vie qui n’empêche pas d’avancer. Il suffit de regarder le petit enfant qui commence à marcher, il tombe, réessaye, tombe, réessaye … et pour la plupart nous ne marchons plus à 4 pattes à 20 ans ! 😉 donc cela doit être possible de considérer une suite d’échec comme un apprentissage normal

      Quant à savoir comment définir quelque chose qui revêt autant de formes que de personnes et de situations et que l’on nommerait la réalité, ah ben ça dès que j’ai atteint l’éveil je te donne ma réponse 😮
      En attendant il reste la possiblilité de prendre conscience de nos lunettes & filtres, que notre réalité n’est pas la réalité
      c’est déjà pas si mal 😀

      Sinon en effet nos croyances sont liées aux systèmes dans les quels on vit et de leurs valeurs, mythes et rites
      On peut donc rester complètement illusionné toute sa vie
      Mais la vie en général et le fait que nous croisions d’autres systèmes avec d’autres mythes fait que cela s’oppose, ou pour le moins s’affronte, à nos valeurs et croyances
      A ce moment soit on accepte de regarder, comme on le fait en méditation, soit on fait l’aveugle , on encaisse et on donne une explication construite qui renforce nos croyances
      Mais on sort rarement de nos croyances par un claquement de doigt, c’est un travail de maturation, expérimentation, confrontation, et parfois d’éclair instantané ! 😮

  5. Il me semble que nous savons tous, d’une façon ou d’une autre, que la réalité n’est pas notre réalité. On croit une chose, et puis on change d’avis, et c’est une autre réalité. Il me semble que si réalité il y a, elle ne doit pas dépendre de notre appréhension du monde (jusqu’à l’Eveil ?) qui est très limitée et de plus colorée par nos émotions.
    D’où les deux niveaux de réalité dont parlent certains textes. De savoir cela seulement de façon littéraire et non expérimentale est déjà apaisant, il me semble : nous savons que la réponse existe !

  6. Merci, cet article est très intéressant…

  7. hummm!!! ( de satisfaction)
    La réalité …si nous oublions NOTRE réalité, faites de fausses réalités… pour aller se promener sur celle des autres, sans s’en imbiber, serions nous encore acteur? ou simple spectateur?
    Le monde en deviendrait-il meilleur?

    Plus l’ascension vers l’élévation est, plus le désastre est visible.
    -Pardon pour cette évidence-

    Donc la sagesse voudrait-elle que l’on sache, avec le danger subtil de repli sur soi parce que l’on connait le vertige de l’impuissance devant l’immensité du gouffre, ne pas vouloir interférer sur la marche en avant pour ne pas charger plus le chaos par nos fausses réalités?
    Ou, « agir » avec toutes les petites lumières qui s’éclairent dans le monde vers une prise de conscience ENVERS TOUTES LES REALITES?

    Être …sans appartenance autre, qu’à l’humanité.

    • Oui, descendre de sa colline, pour aller monter sur celle des autres pour comprendre leur point de vue, n’empêche pas de garder son point de vue, mais fait prendre conscience de son côté relatif
      Nous avons besoin d’un point de vue, nous sommes toujours géocentré, nous parlons toujours depuis notre corps, mais le savoir, savoir que les autres font pareil mais d’un autre point de vue permet de relativiser ce que l’on dit, ce que l’on pense, et de ne pas se battre pour des vérités qui ne sont que relatives
      Maintenant la prise de conscience de toutes les réalités, doit toucher à l’éveil, et là je ne suis pas compétent pour donner mon point de vue 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :