• Catégories

  • Chaque jour est le bon

    mars 2009
    L M M J V S D
        Avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Pages

  • Archives

  • J'ai été heureux de vous accueillir, vous les

    • 260 004 lecteurs depuis avril 2009

Non-agir n’est pas passivité

wasterlain

Certes le bouddhisme est une philosophie ou religion des plus ouvertes au dialogue, cela remonte même jusqu’aux temps où l’empereur Ashoka régnait en maître sur l’Inde et où le bouddhisme était pourtant religion d’état.

Il disait en effet « Quiconque honore sa propre religion et condamne les religions des autres, le fait bien entendu par dévotion à sa propre religion, en pensant « Je glorifierai ma propre religion ». mais au contraire, en agissant ainsi, il nuit gravement à sa propre religion. Ainsi la concorde est bonne : que tous écoutent et veuillent bien écouter les doctrines des autres religions. » (cité dans L’enseignement du Bouddha – ed° du Seuil 1978).

Mais si comme le dit le Dalaï Lama, tolérance n’est pas passivité, Michel Onfray parle dans « Politique du Rebelle » (ed° Grasset & Fasquelle – 1997) de la douleur de ne pas pouvoir, pas savoir « dire » les choses, et de la soumission que cela entraîne.

Un bouddhiste ne peut être qu’engagé dans le monde, dans la sphère où nous vivons, familiale, professionnelle jusqu’aux implications sociétales du système dans lequel nous existons. Et cela sans tarder, car nous ne pouvons être indifférents à la souffrance des humains, et en même temps ne pas rester soumis sous prétexte de tolérance, d’une interprétation limitée du  « non agir » ou d’une croyance en des vies futures meilleures.

abonnezvous

11 Réponses

  1. « Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre »

    il y a là un réel engagement..
    non pas à riposter ..
    mais à comprendre le sens du geste.

    C’est comme cela que je peçois
    la  » politique du rebelle  »
    cette urgence à  » dire » .

    • Oui, pour ma part je ne vais pas jusquà tendre l’autre joue (trop sensible à la douleur 😉 ) mais je pense comme toi : soit la personne peut « entendre  » et je lui demande SON pb (qui peut être « moi ») si elle ne peut je me débrouille pour la maîtriser pour éviter qu’elle ne nuise (c’est pas bon pour son karma 😉 ) et si je ne peux : je prends mes jambes à mon cou ! hahaha 🙂

      Bises Lilou

  2. Pfiou ! Se laisser frapper, sans riposter, soit ! Comprendre le sens du geste, of course !
    Mais que c’est-il donc passé pour qu’une gifle parvienne sur ma joue… qu’ai-je dis, qu’ai-je fais « justifiant » le mouvement sec d’une main revendicative sur mon visage… peut-être n’ai-je tout simplement pas encore compris, appris, à surveillez mes paroles, mes pensées, ma propre conduite envers les autres afin de rendre inoffensifs le moindre de mes mouvements… suis-je devenue certaine que plus aucune réaction émotive en ma personne ne puisse offenser ou nuire à autrui ?
    Ma parole, mes gestes, mes actions, mes engagements traduisent-ils une quasi parfaite inocuité ?…
    La tolérance pour être active, ne commence-t-elle pas pas par une profonde réflexion sur ce qui chez soi, a pu provoquer un geste de violence chez l’autre ? … ah, miroir, miroir, que me donne-tu à voir, que me révèle-tu ?

    • Oui et c’est pour cela qu’in fine , à la tolérance (je TE tolère) je préfère le dialogue (qu’avons NOUS à échanger ?)

      • Tout à fait d’accord avec toi Lung Ta, la prononciation du « NOUS » est un acte inclusif qui engage véritablement le partage et la tolérance…

  3. Surprise et j’arrive ici – Je suis bien d’accord avec ce qui est dit au sujet de ceux qui au nom de leur religion rejettent les autres – grand mal ! très grand mal en effet on le voit tous les jours – passive , perso je ne le suis jamais et mon dernier post pourra t’en convaincre si tu viens lire – un vrai débat sur un sujet , celui d’un procès injuste aux yeux d’une grande majorité de gens , s’est instauré – il faut en parler je crois . Amicalement cher Lung-Ta 🙂

    • Bienvenue à toi, en effet « passive » ne serait pas le qualificatif que je t’apposerais 😉
      peut être ? heu « réactive » ? ;))
      Je vais mettre ton blog en lien ici, j’avance doucement (mais sûrement)

  4. Sans oublier que que l’agresseur a son propre karma. Parfois je crois qu’il est bon d’encaisser la gifle en silence – voire même de ‘tendre l’autre joue », en tout cas de façon symbolique – si c’est bon pour lui qui souffre, ou si ça permet d’apaiser suffisamment le débat pour commencer à établir une autre relation si l’autre est en état d’entendre – parfois je crois qu’il ne faut pas l’accepter. Mais le dialogue n’est pas toujours possible. Il arrive que la seule chose à faire soit de partir en courant – comme Lungtazen :o) – et c’était aussi l’opinion de mon professeur d’Aïkido pour certaines circonstances !
    Par ailleurs, si j’en crois les textes (et si j’ai bien compris !), le bodhisattva prend la giffle en silence, mais plus encore :

    « Puissé-je, en toute compagnie,
    Me considérer comme le plus petit
    Et chérir mon prochain
    Pour sa suprématie !
    (…)
    Quand je verrai des êtres au naturel méchant et d’autres encore
    Ecrasés sous les maux qu’ils infligent et subissent,
    Puissé-je alors les aimer plus que des choses rares,
    Comme si j’avais trouvé un trésor inestimable. »

    Extrait de « Les huit stances sur l’entraînement de l’esprit » de Langri Thangpa.

    • Je ne pense pas qu’un Bodhisattva tende l’autre joue (encore qu’un grand Bodhisattva ait proposé cela 😉 ) mais en tout cas et c’est très clair dans le texte que tu mets, jamais il ne laisse ses émotions le dépasser.
      MERCI à toi

  5. « tendre l’autre joue »
    peut se lire aussi : « tendre, l’autre joue ».

    Une simple virgule et tout change .
    L’action est peut être toute entière contenue dans cette virgule ..

    • Ah oui c’est sûr qu’il vaut mieux contextualiser, sinon c’est qd même un sens différent suivant la virgule, dans l’un c’est plutôt accepter la violence, dans l’autre c’est toute tendresse hahaha bravo à toi 🙂
      Quant à dire que l’autre joue avec tendresse en envoyant des coups, là nous serions dans du Sado Masochisme, moi je ne joue plus 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :